share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Art persan

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Art persan

L'Art persan

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'Art persan"

    Vertigineuses merveilles de l'art persan ! L'ampleur souveraine des ensembles monumentaux édifiés par Timour à Samarkand, par Shah Abbas à Ispahan, accueille une infinie complexité décorative et architecturale, superposant à l'harmonie des courbes un entrelacs de couleurs, de formes et de motifs, géométriques, scripturaires, animaliers ou végétaux, l'éclat des ors et des miroirs, des mosaïques de faïence et des kashis turquoise, outremer ou vieux rose... hymne au pouvoir temporel et à l'au-delà rêvé. Exposer tant de beautés dans leur cadre naturel, montagnes arides de l'Iran, plaines alluviales de Transoxiane, est le premier propos du livre. L'éblouissement initial, face aux structures alvéolaires de la mosquée du Vendredi à Ispahan, se renforce au fil des vues panoramiques de la cour, au bassin multilobé, du mirhab polychrome ; à Samarkand, voici la profusion décorative du tombeau de Timour, de la mosquée de Bibi Khanum, son épouse, de la madrasa Shir Dor. Rayonne enfin, surenchère de luxuriance et de splendeur, l'oeuvre de Shah Abbas, Roi-Soleil de la Perse. La Grande Mosquée royale, le palais des Huit Paradis, le palais des Quarante Colonnes (Tchéhel Sotoun) et son iwan de verre et d'or, le salon de musique du palais Ali Kapou : autant de merveilles inouïes, ineffables, dont la mise en pages révèle la somptueuse majesté et l'effervescence du détail.Cette haute civilisation, aux antiques origines, dont le Livre des Rois (Shah Namé) de Firdousi (940-1020) marque le regain après deux siècles de soumission aux dynasties arabes, “conquit ses féroces vainqueurs”, seldjoukides, mongols, turco-mongols, du XIe au XIXe siècle, au point de marquer de son empreinte l'Asie centrale, Bagdad, l'Afghanistan (Hérât). L'essor, au XVIe siècle, de la dynastie iranienne des Safavides la porte à son suprême épanouissement. Henri Stierlin décèle les multiples correspondances entre l'architecture, les arts, l'inspiration des poètes – Omar Khayyâm, Hâfiz, Nîzami, Saadi – qu'illustrent de précieuses miniatures, sommets de grâce et de raffinement. Ainsi, tel tapis à motif en Tchahar Bagh – “quatre jardins” – croisant à angle droit en un bassin octogonal les “quatre Fleuves du Paradis”, reproduit la composition même de la Mosquée royale de Shah Abbas. De cette forêt de symboles l'auteur dévoile les mystérieuses résonances, échos du Pentateuque, du Coran, des grands mystiques Rûmî et Sohrarwardî. Le décor de faïence où les arabesques d'une végétation immortelle jouxtent les inscriptions stylisées, dédiées à la trinité shiite Allah, Mahomet et Ali ; l'arbre Tuba joignant l'ici-bas à la Terre des Ames ; les reflets immatériels des iwans et des galeries dans le bassin aux eaux d'éternité... l'arcane cosmique de l'architecture figure le passage du monde matériel à la transcendance, exalte la foi en la résurrection.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 280  pages
    • Dimensions :  3.2cmx26.8cmx30.8cm
    • Poids : 2299.7g
    • Editeur :   Imprimerie Nationale Paru le
    • Collection : IMPRIMERIE NATI
    • ISBN :  2330000642
    • EAN13 :  9782330000646
    • Classe Dewey :  700
    • Langue : Français

    D'autres livres de Henri Stierlin

    Teotihuacan

    À 50 kilomètres au nord de l'actuelle Mexico, sur les hauts plateaux à 2300 mètres d'altitude, une cité gigantesque de près de 150000 habitants fut construite à l'aube de notre ère, berceau d'une civilisation qui a influencé l'ensemble du Mexique précolombien. Les colossales pyramides de ...

    Prix : 100 DH
    L'architecture de l'Islam : Au service de la foi et du pouvoir

    Dernière des religions révélées, l'Islam, né au VIIe siècle, suscite dès ses débuts une architecture impressionnante. A partir de la simple maison de Mahomet à Médine, cette foi nouvelle s'exprime dans un édifice nouveau : la mosquée, lieu du prosternement. Tant par ses espaces de [.....

    La vision photographique en architecture : Un itinéraire dans l'image

    L'Institut d'Architecture de l'Université de Genève (IAUG) consacre à l'œuvre d'Henri Stierlin - historien de l'art et photographe, auteur d'une cinquantaine d'ouvrages - une exposition présentée à la Bibliothèque municipale, à Genève. Y figurent la plupart de ses publications ainsi que de...

    Le buste de Néfertiti : Une imposture de l'égyptologie ?

    Le fameux buste de Néfertiti, icône de l'égyptologie, n'est pas ce qu'on croit. L'apparition du buste, en 1912, n'est pas claire. L'égyptologue qui l'a " découvert " n'a pas jugé bon de rédiger de rapport de fouille. Quand il l'a fait, douze ans plus tard, ce n'est que contraint et du bout de...

    Voir tous les livres de Henri Stierlin

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Vertigineuses merveilles de l'art persan ! L'ampleur souveraine des ensembles monumentaux édifiés par Timour à Samarkand, par Shah Abbas à Ispahan, accueille une infinie complexité décorative et architecturale, superposant à l'harmonie des courbes un entrelacs de couleurs, de formes et de motifs, géométriques, scripturaires, animaliers ou végétaux, l'éclat des ors et des miroirs, des mosaïques de faïence et des kashis turquoise, outremer ou vieux rose... hymne au pouvoir temporel et à l'au-delà rêvé. Exposer tant de beautés dans leur cadre naturel, montagnes arides de l'Iran, plaines alluviales de Transoxiane, est le premier propos du livre. L'éblouissement initial, face aux structures alvéolaires de la mosquée du Vendredi à Ispahan, se renforce au fil des vues panoramiques de la cour, au bassin multilobé, du mirhab polychrome ; à Samarkand, voici la profusion décorative du tombeau de Timour, de la mosquée de Bibi Khanum, son épouse, de la madrasa Shir Dor. Rayonne enfin, surenchère de luxuriance et de splendeur, l'oeuvre de Shah Abbas, Roi-Soleil de la Perse. La Grande Mosquée royale, le palais des Huit Paradis, le palais des Quarante Colonnes (Tchéhel Sotoun) et son iwan de verre et d'or, le salon de musique du palais Ali Kapou : autant de merveilles inouïes, ineffables, dont la mise en pages révèle la somptueuse majesté et l'effervescence du détail.Cette haute civilisation, aux antiques origines, dont le Livre des Rois (Shah Namé) de Firdousi (940-1020) marque le regain après deux siècles de soumission aux dynasties arabes, “conquit ses féroces vainqueurs”, seldjoukides, mongols, turco-mongols, du XIe au XIXe siècle, au point de marquer de son empreinte l'Asie centrale, Bagdad, l'Afghanistan (Hérât). L'essor, au XVIe siècle, de la dynastie iranienne des Safavides la porte à son suprême épanouissement. Henri Stierlin décèle les multiples correspondances entre l'architecture, les arts, l'inspiration des poètes – Omar Khayyâm, Hâfiz, Nîzami, Saadi – qu'illustrent de précieuses miniatures, sommets de grâce et de raffinement. Ainsi, tel tapis à motif en Tchahar Bagh – “quatre jardins” – croisant à angle droit en un bassin octogonal les “quatre Fleuves du Paradis”, reproduit la composition même de la Mosquée royale de Shah Abbas. De cette forêt de symboles l'auteur dévoile les mystérieuses résonances, échos du Pentateuque, du Coran, des grands mystiques Rûmî et Sohrarwardî. Le décor de faïence où les arabesques d'une végétation immortelle jouxtent les inscriptions stylisées, dédiées à la trinité shiite Allah, Mahomet et Ali ; l'arbre Tuba joignant l'ici-bas à la Terre des Ames ; les reflets immatériels des iwans et des galeries dans le bassin aux eaux d'éternité... l'arcane cosmique de l'architecture figure le passage du monde matériel à la transcendance, exalte la foi en la résurrection.