share_book
Envoyer cet article par e-mail

En pure perte : Le renoncement et le gratuit

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
En pure perte : Le renoncement et le gratuit

En pure perte : Le renoncement et le gratuit

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "En pure perte : Le renoncement et le gratuit"

    Notre époque, fascinée par les mythes d’Ulysse, par les emblèmes de la sagesse active, a un peu oublié les vertus « passives » : la patience, le renoncement, le détachement, la pure perte de soi. Non pas la prise, mais la « déprise » de Roland Barthes, la Résistance et soumission de Dietrich Bonhoeffer, l’abandon, le détachement, l’Abgeschiedenheit silencieuse de Maître Eckhart, le fait de « se laisser aller en soi, au repos de soi », de faire le vide et le silence à l’intérieur et à l’entour. Le lieu en nous où cesse toute arrogance, où l’on accède sur la pointe des pieds, l’ « existence minimale » accueillie avec une juste « retenue » : « le Neutre serait l’habitation généralisée de l’en deçà, de la réserve, de l’avance de l’esprit sur le corps (R. Barthes, Retenue, in Le Neutre, cours au Collège de France, 1977-1978). La « pure perte » est telle seulement si elle garde mémoire non de la perte mais de la pureté absolue de cet effacement sans traces. Carlo Ossola est professeur au Collège de France, chaire de « Littératures modernes de l’Europe néolatine ». En pure perte réunit les thèmes essentiels de son cours de 2004-2005.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 88  pages
    • Dimensions :  1.0cmx10.8cmx16.6cm
    • Poids : 59.0g
    • Editeur :   Rivages Paru le
    • Collection : Rivages Poche
    • ISBN :  2743622873
    • EAN13 :  9782743622879
    • Classe Dewey :  800
    • Langue : Français

    D'autres livres de Carlo Ossola

    Les grandes civilations

    Qu'est-ce qu'une civilisation sinon un lieu d'échange, de mémoire, de formation, d'élaboration de l'avenir ? Les mythes de l'Eden, la Chine, l'Egypte, Rome, la Gaule de Vercingétorix, les civilisations amérindiennes, l'Orient arabe sont autant d'exemples de cet effort des hommes pour rendre ét...

    Voir tous les livres de Carlo Ossola

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Notre époque, fascinée par les mythes d’Ulysse, par les emblèmes de la sagesse active, a un peu oublié les vertus « passives » : la patience, le renoncement, le détachement, la pure perte de soi. Non pas la prise, mais la « déprise » de Roland Barthes, la Résistance et soumission de Dietrich Bonhoeffer, l’abandon, le détachement, l’Abgeschiedenheit silencieuse de Maître Eckhart, le fait de « se laisser aller en soi, au repos de soi », de faire le vide et le silence à l’intérieur et à l’entour. Le lieu en nous où cesse toute arrogance, où l’on accède sur la pointe des pieds, l’ « existence minimale » accueillie avec une juste « retenue » : « le Neutre serait l’habitation généralisée de l’en deçà, de la réserve, de l’avance de l’esprit sur le corps (R. Barthes, Retenue, in Le Neutre, cours au Collège de France, 1977-1978). La « pure perte » est telle seulement si elle garde mémoire non de la perte mais de la pureté absolue de cet effacement sans traces. Carlo Ossola est professeur au Collège de France, chaire de « Littératures modernes de l’Europe néolatine ». En pure perte réunit les thèmes essentiels de son cours de 2004-2005.