share_book
Envoyer cet article par e-mail

Etudes, 1909-1924

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Etudes, 1909-1924

Etudes, 1909-1924

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Etudes, 1909-1924"

    Ce n'est pas un hasard si la critique de Jacques Rivière porte aussi bien sur des peintres que sur des musiciens ou des écrivains. Sa pensée se meut à l'aise dans un univers peuplé de formes, de couleurs et de sons, et adopte tout naturellement un caractère sensuel. " Chaque poème est le doux corps précis d'un sentiment unique "... " les lignes parfaites d'Ingres entourent le corps ainsi qu'un bras "... " son amour est si violent, écrit-il de Cézanne, qu'il tremble de respect ". Mais Rivière va plus loin, il reconstitue la démarche du poète, le geste du peintre, la sensation du musicien, qu'il semble approcher de ses yeux pour mieux en décrire avec minutie les moindres détails. Si Rivière s'était repenti en 1924 d'avoir " introduit les moeurs de l'amour dans la critique ", il priait toutefois son lecteur d'avoir " la gentillesse de [lui] en faire tout de même un mérite ". D'autant que ses " idoles " ne lui paraissaient pas, douze ans plus tard, trop mal choisies, ni son Panthéon trop " démodé ". De ce " poème critique ", selon l'expression de Saint-John Perse, Rivière passera insensiblement au débat d'idées où va se manifester plus nettement son autorité de directeur de revue. Maintes fois, il quitte l'actualité pour se consacrer à une grande réflexion d'ordre général comme " La Crise du concept de littérature ", ou les articles et les conférences consacrés à l'étude approfondie d'un auteur, tel Proust ou Rimbaud, ou encore à la polémique dans sa " Lettre ouverte à Henri Massis sur les bons et les mauvais sentiments " qui prend une valeur quasi testamentaire d'être son dernier écrit publié dans La NRF.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 630  pages
    • Dimensions :  4.2cmx13.8cmx20.6cm
    • Poids : 662.2g
    • Editeur :   Gallimard Paru le
    • Collection : Les cahiers de la NRF
    • ISBN :  2070746283
    • EAN13 :  9782070746286
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jacques Rivière

    Un siècle de rugby 2011 - 14 ème édition mise à jour

    Sport de voyous pratiqué par des gentlemen : c'est ainsi que le rugby se définissait au début de ce siècle. À cette époque, déjà, il ne laissait personne indifférent. Complexe et subtil dans son élaboration, universel dans l'expression de ses valeurs, il n'a cessé depuis de fasciner. De l...

    Voir tous les livres de Jacques Rivière

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Ce n'est pas un hasard si la critique de Jacques Rivière porte aussi bien sur des peintres que sur des musiciens ou des écrivains. Sa pensée se meut à l'aise dans un univers peuplé de formes, de couleurs et de sons, et adopte tout naturellement un caractère sensuel. " Chaque poème est le doux corps précis d'un sentiment unique "... " les lignes parfaites d'Ingres entourent le corps ainsi qu'un bras "... " son amour est si violent, écrit-il de Cézanne, qu'il tremble de respect ". Mais Rivière va plus loin, il reconstitue la démarche du poète, le geste du peintre, la sensation du musicien, qu'il semble approcher de ses yeux pour mieux en décrire avec minutie les moindres détails. Si Rivière s'était repenti en 1924 d'avoir " introduit les moeurs de l'amour dans la critique ", il priait toutefois son lecteur d'avoir " la gentillesse de [lui] en faire tout de même un mérite ". D'autant que ses " idoles " ne lui paraissaient pas, douze ans plus tard, trop mal choisies, ni son Panthéon trop " démodé ". De ce " poème critique ", selon l'expression de Saint-John Perse, Rivière passera insensiblement au débat d'idées où va se manifester plus nettement son autorité de directeur de revue. Maintes fois, il quitte l'actualité pour se consacrer à une grande réflexion d'ordre général comme " La Crise du concept de littérature ", ou les articles et les conférences consacrés à l'étude approfondie d'un auteur, tel Proust ou Rimbaud, ou encore à la polémique dans sa " Lettre ouverte à Henri Massis sur les bons et les mauvais sentiments " qui prend une valeur quasi testamentaire d'être son dernier écrit publié dans La NRF.