share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les moments de la confiance : Connaissance, affects et engagements

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les moments de la confiance : Connaissance, affects et engagements

Les moments de la confiance : Connaissance, affects et engagements

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les moments de la confiance : Connaissance, affects et engagements"

La confiance est, dit-on, un phénomène social sans lequel nous ne pourrions ni agir ni interagir. Pour Simmel, elle est " de toute évidence l'une des forces de synthèse les plus importantes au sein de la société " : celle-ci se désintégrerait s'il n'y avait pas une confiance généralisée entre ses membres. Ce jugement n'a pas été démenti par les sciences sociales contemporaines, qui, à la suite de Luhmann ou de Giddens, considèrent la confiance comme un mécanisme de réduction du risque et de la complexité, qui instille un sentiment de sécurité propice au développement de la sociabilité. Les sciences politiques reprennent également cette définition: la confiance y est à la fois considérée comme une des conditions d'émergence de la démocratie et comme un facteur crucial à son fonctionnement, même si certains nient que la confiance soit un élément d'explication pertinent en politique. Et pour ceux des économistes qui ont introduit la notion dans leur discipline, la confiance est un mécanisme qui présente un tout autre avantage: celui de réduire les " coûts de transaction " liés à la recherche d'informations et aux contrôles réciproques que devrait provoquer l'incomplétude des contrats, quand ce n'est la crainte de la tromperie. La confiance apparaît ainsi comme un rouage essentiel aux sociétés modernes, dont certains pensent même qu'il est devenu indispensable à une époque où se multiplient les modes formels de régulation des transactions sociales (lois, codes, règlements, protocoles, normes, classements, etc.). Mais la permanence même de ce phénomène provoque l'étonnement: les sociétés contemporaines ne sont-elles pas des sociétés dans lesquelles prédominent les relations entre anonymes ? Comment la confiance est-elle encore possible entre des personnes qui ne savent rien les unes des autres: sur quoi pourrait-elle reposer et qu'est-ce qui pourrait encore l'engendrer ? Et si l'action est si étroitement encadrée par des dispositifs techniques de mesure et de contrôle, comment laisserait-elle encore place à l'ambiguïté et à l'incertain ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 232  pages
  • Dimensions :  2.4cmx15.6cmx23.2cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Economica Paru le
  • Collection : Etudes Sociologiques
  • ISBN :  2717851674
  • EAN13 :  9782758000020
  • Classe Dewey :  300
  • Langue : Français

D'autres livres de Laurence Cornu

Revue internationale d'éducation, N° 57, septembre 201 : Le plaisir et l'ennui à l'école

A l'opposé d'une expérience du temps qui n'en finit pas pour qui s'ennuie, d'autres ont été émerveillés par la petite école : les enfants démunis qui y découvrent le monde, en toutes sortes de voyages imaginés, liant ainsi le dedans et le dehors. Mona Ozouf évoque dans une sobre et profon...

Une autre République : 1791 L'occasion et le destin d'une initiative républicaine

Juin 1791 : le roi s'est enfui. Après la Révolution de la souveraineté, voici l'occasion d'instaurer la république, à ce point déconcertante que peu vont s'en saisir. Mais ceux-là auront posé, avant même 1792, et autrement, des questions qui sont encore les nôtres : comment forger de faço...

Voir tous les livres de Laurence Cornu

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La confiance est, dit-on, un phénomène social sans lequel nous ne pourrions ni agir ni interagir. Pour Simmel, elle est " de toute évidence l'une des forces de synthèse les plus importantes au sein de la société " : celle-ci se désintégrerait s'il n'y avait pas une confiance généralisée entre ses membres. Ce jugement n'a pas été démenti par les sciences sociales contemporaines, qui, à la suite de Luhmann ou de Giddens, considèrent la confiance comme un mécanisme de réduction du risque et de la complexité, qui instille un sentiment de sécurité propice au développement de la sociabilité. Les sciences politiques reprennent également cette définition: la confiance y est à la fois considérée comme une des conditions d'émergence de la démocratie et comme un facteur crucial à son fonctionnement, même si certains nient que la confiance soit un élément d'explication pertinent en politique. Et pour ceux des économistes qui ont introduit la notion dans leur discipline, la confiance est un mécanisme qui présente un tout autre avantage: celui de réduire les " coûts de transaction " liés à la recherche d'informations et aux contrôles réciproques que devrait provoquer l'incomplétude des contrats, quand ce n'est la crainte de la tromperie. La confiance apparaît ainsi comme un rouage essentiel aux sociétés modernes, dont certains pensent même qu'il est devenu indispensable à une époque où se multiplient les modes formels de régulation des transactions sociales (lois, codes, règlements, protocoles, normes, classements, etc.). Mais la permanence même de ce phénomène provoque l'étonnement: les sociétés contemporaines ne sont-elles pas des sociétés dans lesquelles prédominent les relations entre anonymes ? Comment la confiance est-elle encore possible entre des personnes qui ne savent rien les unes des autres: sur quoi pourrait-elle reposer et qu'est-ce qui pourrait encore l'engendrer ? Et si l'action est si étroitement encadrée par des dispositifs techniques de mesure et de contrôle, comment laisserait-elle encore place à l'ambiguïté et à l'incertain ?