share_book
Envoyer cet article par e-mail

La liberté politique : esai de généalogie conceptuelle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La liberté politique : esai de généalogie conceptuelle

La liberté politique : esai de généalogie conceptuelle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La liberté politique : esai de généalogie conceptuelle"

Le concept de liberté possède aujourd'hui une ascendance bien établie qui, passant par les voies de la loi et du droit, montre comment s'est composée, au cours de l'âge moderne, une représentation de l'homme comme porteur naturel de droits dont la politique doit assurer le respect et la sûreté grâce à une législation stable et à des garanties constitutionnelles. Pourtant, cette ascendance © qui est au coeur de la philosophie politique libérale contemporaine © n'est sans doute pas la seule qu'on puisse assigner à la liberte moderne : on peut reconstituer à cette dernière une autre généalogie qui, passant par les concepts républicains de souveraineté et d'équité de la loi, suggère que les hommes ne sont libres que s'ils sont unis au sein d'institutions légitimes qui leur confèrent des droits réels en créant chez leurs concitoyens un authentique devoir de les respecter. Dans cette tradition, l'idée première est qu'il ne saurait exister de véritable liberté si les citoyens sont seulement dissuadés de se nuire, mais qu'il faut au contraire, pour qu'un homme agisse librement, qu'il jouisse d'une forme de reconnaissance universelle de légitimité de la part de ses concitoyens ; en d'autres termes, nous ne pouvons avoir de droits véritables et en jouir librement que si les hommes avec lesquels nous vivons possèdent les mêmes droits et ont pour cette raison un devoir de respecter les nôtres. En ce sens la " liberté sans la justice " serait bien, selon l'expression de Rousseau, une véritable contradiction.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 512  pages
  • Dimensions :  2.8cmx17.0cmx23.2cm
  • Poids : 821.0g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Léviathan
  • ISBN :  2130471897
  • EAN13 :  9782130471899
  • Classe Dewey :  320.01
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Fabien Spitz

Pourquoi lutter contre les inégalités ?

Vivons-nous la fin de la justice sociale ? Est-il devenu contre-productif de demander à ceux qui ont accumulé des richesses de payer pour ceux qui n'en ont pas assez pour subsister ? Comment refonder la nécessité de la redistribution des richesses dans un monde où certains ont réussi par leurs...

John Locke et les fondements de la liberté moderne

L'individualisme radical a souvent été considéré comme le signe distinctif de la philosophie politique moderne : chacun étant à lui-même la mesure de son propre bien, les règles communes de justice et de droit ne peuvent naître que du consentement, du contrat ou de l'artifice. Le présent o...

Le moment républicain en France

Le modèle républicain en France appartient-il au passé? La réponse à cette question ne semble plus faire de doute aujourd'hui. Pour les libéraux, le modèle jacobin fantasme l'égalité abstraite de tous les citoyens mais il ne réussit, au nom de cet idéal, qu'à étouffer la société civil...

Voir tous les livres de Jean-Fabien Spitz

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le concept de liberté possède aujourd'hui une ascendance bien établie qui, passant par les voies de la loi et du droit, montre comment s'est composée, au cours de l'âge moderne, une représentation de l'homme comme porteur naturel de droits dont la politique doit assurer le respect et la sûreté grâce à une législation stable et à des garanties constitutionnelles. Pourtant, cette ascendance © qui est au coeur de la philosophie politique libérale contemporaine © n'est sans doute pas la seule qu'on puisse assigner à la liberte moderne : on peut reconstituer à cette dernière une autre généalogie qui, passant par les concepts républicains de souveraineté et d'équité de la loi, suggère que les hommes ne sont libres que s'ils sont unis au sein d'institutions légitimes qui leur confèrent des droits réels en créant chez leurs concitoyens un authentique devoir de les respecter. Dans cette tradition, l'idée première est qu'il ne saurait exister de véritable liberté si les citoyens sont seulement dissuadés de se nuire, mais qu'il faut au contraire, pour qu'un homme agisse librement, qu'il jouisse d'une forme de reconnaissance universelle de légitimité de la part de ses concitoyens ; en d'autres termes, nous ne pouvons avoir de droits véritables et en jouir librement que si les hommes avec lesquels nous vivons possèdent les mêmes droits et ont pour cette raison un devoir de respecter les nôtres. En ce sens la " liberté sans la justice " serait bien, selon l'expression de Rousseau, une véritable contradiction.