share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Anarchie de l'imagination - Entretiens et interviews

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Anarchie de l'imagination - Entretiens et interviews

L'Anarchie de l'imagination - Entretiens et interviews

  (Auteur)


Prix : 200,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'Anarchie de l'imagination - Entretiens et interviews"

    « Fassbinder n a écrit qu un petit nombre d articles et d essais ; pour exposer ses idées sur la théorie du cinéma et l esthétique, il préférait chercher des interlocuteurs. Le monologue ne correspondait pas à son naturel ; la forme de l interview l aidait au contraire à développer une position dans la polémique et la controverse. [Ces] interviews livrent un dialogue qui s est poursuivi avec des interlocuteurs successifs. Fassbinder a exprimé son imaginaire et ses obsessions avec force et avec une franchise brutale. On a dit que ses films constituaient un journal extrêmement personnel ; les interviews en sont le commentaire. Les thèmes de ces entretiens, ce sont entre autres le rapport entre le cinéma et la réalité, la politique du cinéma et la jungle des commissions, le métier de cinéaste à Hollywood et en Allemagne, mais aussi l amour et le travail, la violence dans les relations privées, les sentiments et la possibilité de leur exploitation et l utopie d une société autre, plus humaine. On y voit se dessiner une esthétique de l engagement vive et directe, qui ne réprime pas les émotions radicales . » (Michael Töteberg)

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 181  pages
    • Dimensions :  1.6cmx11.6cmx18.2cm
    • Poids : 199.6g
    • Editeur :   L' Arche Paru le
    • ISBN :  2851810731
    • EAN13 :  9782851810731
    • Langue : Français

    D'autres livres de Rainer Werner Fassbinder

    Le Café d'après Goldoni

    Entre un café et un tripot, des habitants de Venise font des affaires, jouent, se disputent, se jalousent, se trompent, se volent, se menacent. Mais trahisons et malhonnêtetés n empêchent pas que tout finisse par rentrer dans l ordre et que les couples un moment désunis ne se reforment. Chez Fa...

    Liberté à Brême: Madame Geesche Gottfried, tragédie bourgeoise

    La collection " Répliques " renouvelle la méthode d'approche de l'écriture théâtrale. Dans chaque volume, le texte intégral de la pièce est suivi d'un dossier en trois parties : analyse d'un fragment (éclairant le fonctionnement dramaturgique de l'oeuvre), mise en pratique du texte (mise en ...

    Qu'une tranche de pain / Nul n'est méchant, personne n'est bon / Loup-garou

    Après la mort de Fassbinder, sa mère retrouva un manuscrit, qu il avait conçu en vue de son examen d études cinématographiques et qu il avait transformé par la suite en pièce radiophonique. Qu une tranche de pain, écrit en 1967, un an avant la révolte des jeunes contre leurs pères, reprend...

    Voir tous les livres de Rainer Werner Fassbinder

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    « Fassbinder n a écrit qu un petit nombre d articles et d essais ; pour exposer ses idées sur la théorie du cinéma et l esthétique, il préférait chercher des interlocuteurs. Le monologue ne correspondait pas à son naturel ; la forme de l interview l aidait au contraire à développer une position dans la polémique et la controverse. [Ces] interviews livrent un dialogue qui s est poursuivi avec des interlocuteurs successifs. Fassbinder a exprimé son imaginaire et ses obsessions avec force et avec une franchise brutale. On a dit que ses films constituaient un journal extrêmement personnel ; les interviews en sont le commentaire. Les thèmes de ces entretiens, ce sont entre autres le rapport entre le cinéma et la réalité, la politique du cinéma et la jungle des commissions, le métier de cinéaste à Hollywood et en Allemagne, mais aussi l amour et le travail, la violence dans les relations privées, les sentiments et la possibilité de leur exploitation et l utopie d une société autre, plus humaine. On y voit se dessiner une esthétique de l engagement vive et directe, qui ne réprime pas les émotions radicales . » (Michael Töteberg)