share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Frères Rico

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Frères Rico

Les Frères Rico

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Les Frères Rico"

    Comme tous les autres jours, c'étaient les merles, les premiers, qui m'avaient réveillé. Il ne leur en voulait pas. Au début, cela le mettait en rage, surtout qu'il n'était pas encore habitué au climat et que la chaleur l'empêchait de s'endormir avant deux ou trois heures du matin. Ils commençaient juste au lever du soleil. Or, ici, en Floride, le soleil se levait presque d'un seul coup. Il n'y avait pas d'aube. Le ciel était tout de suite doré, l'air moite, vibrant du caquetage des oiseaux. Il ne savait pas où ils avaient leur nid. Il ne savait même pas si c'étaient réellement des merles. C'était lui qui les appelait ainsi, depuis dix ans qu'il se promettait de se renseigner et qu'il oubliait de le faire. Loïs leur donnait un nom qu'il aurait été incapable d'épeler. Ils étaient plus grands que des merles du Nord, avec trois ou quatre plumes de couleur. Il en arrivait deux sur la pelouse, à proximité des fenêtres, qui engageaient leur bavardage aigu. Eddie ne s'éveillait plus tout à fait, prenait seulement conscience du lever du jour et ne trouvait pas ça désagréable.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 208  pages
    • Dimensions :  2.2cmx19.2cmx25.2cm
    • Poids : 721.2g
    • Editeur :   Omnibus Paru le
    • ISBN :  2258063973
    • EAN13 :  9782258063976
    • Classe Dewey :  843
    • Langue : Français

    D'autres livres de Georges Simenon

    L'affaire Saint-Fiacre

    Un billet anonyme arrive au Quai des Orfèvres : un crime sera commis dans l'église de Saint-Fiacre, le jour des Morts. Maigret se rend sur place et assiste, impuissant, au meurtre de la comtesse de Saint-Fiacre. Le commissaire est sur les lieux de son enfance. Des souvenirs du passé surgissent. Q...

    Prix : 63.5 DH
    Les Rescapés du Télémaque

    " L'hallucinante histoire des rescapés du Télémaque. Arrestation mouvementée de Pierre Canut, l'assassin d'Emile Février. L'arrestation de Pierre Canut, capitaine du chalutier Centaure, qui a donné lieu, hier matin, à Fécamp, à une véritable manifestation de la part des gens de la mer, ...

    Prix : 69 DH

    L'Enigme de la Marie-Galante

    Pourquoi remettre en état la Marie-Galante, vieille goélette abandonnée dans le port de Fécamp ? Pourquoi lui faire prendre le large en pleine nuit comme un vaisseau fantôme ? Qui est la femme dont on a retrouvé le corps dans le réservoir ? Et qui l'a tuée ? Autant de questions auxquelles do...

    Prix : 25 DH
    Maigret

    Il était dix heures du soir. Les grilles du square étaient fermées, la place des Vosges, avec les pistes luisantes des voitures tracées sur l'asphalte et le chant continu des fontaines, les arbres sans feuilles et la découpe monotone sur le ciel des toits tous pareils. Sous les arcades, qui fon...

    Prix : 68 DH

    Voir tous les livres de Georges Simenon

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Comme tous les autres jours, c'étaient les merles, les premiers, qui m'avaient réveillé. Il ne leur en voulait pas. Au début, cela le mettait en rage, surtout qu'il n'était pas encore habitué au climat et que la chaleur l'empêchait de s'endormir avant deux ou trois heures du matin. Ils commençaient juste au lever du soleil. Or, ici, en Floride, le soleil se levait presque d'un seul coup. Il n'y avait pas d'aube. Le ciel était tout de suite doré, l'air moite, vibrant du caquetage des oiseaux. Il ne savait pas où ils avaient leur nid. Il ne savait même pas si c'étaient réellement des merles. C'était lui qui les appelait ainsi, depuis dix ans qu'il se promettait de se renseigner et qu'il oubliait de le faire. Loïs leur donnait un nom qu'il aurait été incapable d'épeler. Ils étaient plus grands que des merles du Nord, avec trois ou quatre plumes de couleur. Il en arrivait deux sur la pelouse, à proximité des fenêtres, qui engageaient leur bavardage aigu. Eddie ne s'éveillait plus tout à fait, prenait seulement conscience du lever du jour et ne trouvait pas ça désagréable.