share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ecrits sur le Canada : Mémoire - Journal - Lettres

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ecrits sur le Canada : Mémoire - Journal - Lettres

Ecrits sur le Canada : Mémoire - Journal - Lettres

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Ecrits sur le Canada : Mémoire - Journal - Lettres"

    " L'air qui nourrit les sauvages, leur exemple, ces déserts immenses, tout inspire, tout offre l'indépendance", écrit Bougainville en janvier 1759. Et ces Sauvages, comme il les appelle, ont déteint sur les Canadiens qualifiés de "peuple le plus indocile et le plus indépendant". Ils ont inspiré aussi un nouvel art de faire la guerre. "Ils [les Canadiens] sont braves, leur genre de courage, ainsi que [celui] des Sauvages, est de s'exposer plus, de faire des embuscades; ils sont fort bons dans les bois, adroits à tirer [...]. II faut convenir que les Sauvages leur sont supérieurs dans ce genre de combat, et c'est l'affection qu'ils nous portent qui jusqu'à présent a conservé le Canada. " Bougainville a compris l'importance des alliances franco-indiennes, mais il réalise aussi que la cruauté des Indiens et la terreur qu'ils font régner en Nouvelle-Angleterre sont en soi des motifs pour les Anglo-Américains de chercher à vaincre le Canada afin de jouir à jamais des douceurs de la paix. À titre d'aide de camp de Montcalm, Bougainville est en excellente situation pour tout savoir, tout voir. Il raconte avec finesse, parfois avec malice. Du tout-puissant Bigot, il dira qu'il est "homme d'esprit, travailleur [...] qui s'occupe bien de ses amis et de leur fortune. Je crois qu'il retournera en France riche", ne peut-il s'empêcher de laisser tomber, ajoutant toutefois qu'" il sert bien le Roi ". Montcalm sera passablement moins indulgent à l'endroit de Bigot ! La présente édition reprend les Mémoires publiés dans le Rapport de l'archiviste de la Province de Québec pour 1923-1924 et qui sont attribués à Bougainville. Au journal de l'expédition d'Amérique ont été ajoutées une note sur la mort de Montcalm et une autre par laquelle Bougainville relate sa mission auprès du ministre Berryer, " ce ministre qui aimait les paraboles", et qui aurait lancé, rapporte-t-il, " qu'on ne cherchait point à sauver les écuries quand le feu était à la maison ". Viennent enfin une vingtaine de lettres écrites entre mars 1756 et septembre 1759. Outre une carte générale du nord de la Nouvelle France, un index détaillé permet de mieux exploiter la richesse d'informations des Écrits sur le Canada de Bougainville

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 425  pages
    • Dimensions :  3.0cmx15.4cmx22.8cm
    • Poids : 979.8g
    • Editeur :   Septentrion (Editions Du) Paru le
    • ISBN :  289448304X
    • EAN13 :  9782894483046
    • Classe Dewey :  971.0188
    • Langue : Français

    D'autres livres de Louis-Antoine de Bougainville

    Voyage autour du monde : Par la frégate la Boudeuse et la flûte l'Etoile

    " Le grand frisson qu'éprouva Bougainville/Ce fut un soir à Nouméa/De voir les feux du Triangle immobile/Ruisseler sur les bougainvillées... " A ce détail près que Bougainville ne visita jamais La Nouvelle-Calédonie mais Tahiti - qu'il nomma la nouvelle Cythère " -, Jean Giraudoux a vu juste...

    Voir tous les livres de Louis-Antoine de Bougainville

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    " L'air qui nourrit les sauvages, leur exemple, ces déserts immenses, tout inspire, tout offre l'indépendance", écrit Bougainville en janvier 1759. Et ces Sauvages, comme il les appelle, ont déteint sur les Canadiens qualifiés de "peuple le plus indocile et le plus indépendant". Ils ont inspiré aussi un nouvel art de faire la guerre. "Ils [les Canadiens] sont braves, leur genre de courage, ainsi que [celui] des Sauvages, est de s'exposer plus, de faire des embuscades; ils sont fort bons dans les bois, adroits à tirer [...]. II faut convenir que les Sauvages leur sont supérieurs dans ce genre de combat, et c'est l'affection qu'ils nous portent qui jusqu'à présent a conservé le Canada. " Bougainville a compris l'importance des alliances franco-indiennes, mais il réalise aussi que la cruauté des Indiens et la terreur qu'ils font régner en Nouvelle-Angleterre sont en soi des motifs pour les Anglo-Américains de chercher à vaincre le Canada afin de jouir à jamais des douceurs de la paix. À titre d'aide de camp de Montcalm, Bougainville est en excellente situation pour tout savoir, tout voir. Il raconte avec finesse, parfois avec malice. Du tout-puissant Bigot, il dira qu'il est "homme d'esprit, travailleur [...] qui s'occupe bien de ses amis et de leur fortune. Je crois qu'il retournera en France riche", ne peut-il s'empêcher de laisser tomber, ajoutant toutefois qu'" il sert bien le Roi ". Montcalm sera passablement moins indulgent à l'endroit de Bigot ! La présente édition reprend les Mémoires publiés dans le Rapport de l'archiviste de la Province de Québec pour 1923-1924 et qui sont attribués à Bougainville. Au journal de l'expédition d'Amérique ont été ajoutées une note sur la mort de Montcalm et une autre par laquelle Bougainville relate sa mission auprès du ministre Berryer, " ce ministre qui aimait les paraboles", et qui aurait lancé, rapporte-t-il, " qu'on ne cherchait point à sauver les écuries quand le feu était à la maison ". Viennent enfin une vingtaine de lettres écrites entre mars 1756 et septembre 1759. Outre une carte générale du nord de la Nouvelle France, un index détaillé permet de mieux exploiter la richesse d'informations des Écrits sur le Canada de Bougainville