share_book
Envoyer cet article par e-mail

Petit traité du jardin ordinaire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Petit traité du jardin ordinaire

Petit traité du jardin ordinaire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Petit traité du jardin ordinaire"

« Il est difficile, lorsque l'on vit en contact étroit avec la nature de se sentir découragé » Qu'est-ce qu'un jardin, de quel type d'espace s'agit-il, quelle est sa forme temporelle, de quelles pièces et morceaux doit-il se composer pour avoir droit au nom de « jardin » ? En distinguant le jardin de son frère ennemi, le paysage, en évitant de le soumettre à la contagion des « beaux jardins », en essayant d'aller à l'élémentaire, ce petit traité tente de fixer pour un moment l'objet jardin, objet toujours en mouvement, toujours inachevé, et dont la composition subtile réclame un prudent dosage. Mais qu'il se montre dans son ingénuité ou qu'il s'expose comme une oeuvre contemporaine, le jardin répond à une loi qui le met à part dans les productions humaines : celle de l'anentropie, ce travail incessant de reconstruction, de rapiècement, de rétablissement patient à partir des restes, par lequel le jardinier compose avec la mort. Anne Cauquelin --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 205  pages
  • Dimensions :  1.4cmx10.2cmx16.8cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages poche
  • ISBN :  2743614048
  • EAN13 :  9782743614041
  • Classe Dewey :  712
  • Langue : Français

D'autres livres de Anne Cauquelin

L'invention du paysage

La notion de paysage et da réalité perçue dont bien une invention, un objet culturel déposé, ayant da fonction propre qui est de réassurer en permanence les cadres de la perception du temps et de l espace " Cette enquête philosophique sur l'élaboration, pour nous Occidentaux, de la notion...

Les théories de l'art

############################################################################################################################################################################################################################################################### ...

Fréquenter les incorporels : Contribution à une théorie de l'art contemporain

L'inexprimable, le rien, le vide semblent occuper l'art contemporain depuis quelques décennies : des monochromes de Klein aux corps virtuels du cyberspace, l'ère est à l'immatériel, voire au spirituel. Etrange tentation pour la technologie, que l'on dit si matérialiste Plutôt que de suivre com...

Voir tous les livres de Anne Cauquelin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Il est difficile, lorsque l'on vit en contact étroit avec la nature de se sentir découragé » Qu'est-ce qu'un jardin, de quel type d'espace s'agit-il, quelle est sa forme temporelle, de quelles pièces et morceaux doit-il se composer pour avoir droit au nom de « jardin » ? En distinguant le jardin de son frère ennemi, le paysage, en évitant de le soumettre à la contagion des « beaux jardins », en essayant d'aller à l'élémentaire, ce petit traité tente de fixer pour un moment l'objet jardin, objet toujours en mouvement, toujours inachevé, et dont la composition subtile réclame un prudent dosage. Mais qu'il se montre dans son ingénuité ou qu'il s'expose comme une oeuvre contemporaine, le jardin répond à une loi qui le met à part dans les productions humaines : celle de l'anentropie, ce travail incessant de reconstruction, de rapiècement, de rétablissement patient à partir des restes, par lequel le jardinier compose avec la mort. Anne Cauquelin --Ce texte fait référence à l'édition Broché .