share_book
Envoyer cet article par e-mail

Oeuvres complètes, tome 1, livre 1

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Oeuvres complètes, tome 1, livre 1

Oeuvres complètes, tome 1, livre 1

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Oeuvres complètes, tome 1, livre 1"

Essai, poème, récit en partie autobiographique ? Van Gogh le suicidé de la société est tout aussi inclassable que les autres oeuvres d'Antonin Artaud. Disloquant les formes et les pratiques culturelles, subvertissant toutes les catégories, il ne peut être absorbé par aucune. Sollicité d'écrire un texte sur Vincent van Gogh à l'occasion de la grande exposition ouverte en janvier 1947 au musée de l'Orangerie, Antonin Artaud l'aurait peut-être fait, mais ce n'aurait sans doute pas été ce plaidoyer chaleureux et indigné s'il n'avait vu appliquer à van Gogh, par un certain docteur Beer, cette nomenclature " dépréciative " de la psychiatrie dont il ne pouvait supporter d'être lui-même l'objet. Sa solidarité, alors, va s'exercer à plein : " Je défendrai van Gogh par intérêt pour ma santé, je ménagerai partout ma santé et ma liberté. " Car, pour lui, tout psychiatre, qu'il ait nom Beer, L., Ferdière, ou tout " improvisé psychiatre ", tel le docteur Gachet, est avant tout " une sorte d'ennemi-né et inné de tout génie ". Et il faut dénoncer cette forme particulière de suicide à laquelle van Gogh, parmi d'autres, s'est vu contraint par une société punitive, celle même qui a incarcéré Antonin Artaud pendant neuf années dans ses asiles d'aliénés. Pour en finir avec le jugement de dieu, texte radiophonique commandé à Antonin Artaud, dans l'automne 1947, a bouleversé à tel point les règles du genre que sa diffusion, programmée pour le 2 février 1948, en fut interdite. Il a fallu attendre près de trente ans pour que le texte soit diffusé. Il n'en conserve pas moins aujourd'hui toute sa virulence. Le Théâtre de la cruauté, poème qui fait référence par son titre aux manifestes publiés en 1932 et 1933, écrit tout exprès en vue de cette émission dont il ne fut écarté que pour des raisons de minutage, a été joint à Pour en finir avec le jugement de dieu, ainsi que les lettres d'Antonin Artaud relatives à sa radiodiffusion. --Ce texte fait référence à lédition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Dimensions :  2.2cmx14.0cmx20.2cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Blanche
  • ISBN :  2070292339
  • EAN13 :  9782070292332
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Antonin Artaud

Le théâtre et son double

Celui qui ne verrait dans Le Théâtre et son double qu'un traité inspiré montrant comment rénover le théâtre - bien qu'il y ait sans nul doute contribué -, celui-là se méprendrait étrangement. C'est qu'Antonin Artaud, quand il nous parle du théâtre, nous parle surtout de la vie, nous ...

Prix : 61 DH
Héliogabale, ou, L'anarchiste couronné

Voici le livre le plus violent de la littérature contemporaine, je veux dire d'une violence belle et régénératrice. Héliogabale, né sur un berceau de sperme, mort sur un oreiller de sang, est un noir héros de notre monde. Sa légende est faite de perversité et d'exécration. El Gabal, « ...

Le moine

On le nomme "Monk" Lewis, tant cet écrivain a été marqué par sa créature scandaleuse. Le livre fut d'abord interdit par la censure et Lewis obligé d'en réviser l'édition. Il n'a que vingt ans lorsqu'il écrit Le Moine et confronte le lecteur avec l'Invisible d'une manière directe et [......

Voir tous les livres de Antonin Artaud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Essai, poème, récit en partie autobiographique ? Van Gogh le suicidé de la société est tout aussi inclassable que les autres oeuvres d'Antonin Artaud. Disloquant les formes et les pratiques culturelles, subvertissant toutes les catégories, il ne peut être absorbé par aucune. Sollicité d'écrire un texte sur Vincent van Gogh à l'occasion de la grande exposition ouverte en janvier 1947 au musée de l'Orangerie, Antonin Artaud l'aurait peut-être fait, mais ce n'aurait sans doute pas été ce plaidoyer chaleureux et indigné s'il n'avait vu appliquer à van Gogh, par un certain docteur Beer, cette nomenclature " dépréciative " de la psychiatrie dont il ne pouvait supporter d'être lui-même l'objet. Sa solidarité, alors, va s'exercer à plein : " Je défendrai van Gogh par intérêt pour ma santé, je ménagerai partout ma santé et ma liberté. " Car, pour lui, tout psychiatre, qu'il ait nom Beer, L., Ferdière, ou tout " improvisé psychiatre ", tel le docteur Gachet, est avant tout " une sorte d'ennemi-né et inné de tout génie ". Et il faut dénoncer cette forme particulière de suicide à laquelle van Gogh, parmi d'autres, s'est vu contraint par une société punitive, celle même qui a incarcéré Antonin Artaud pendant neuf années dans ses asiles d'aliénés. Pour en finir avec le jugement de dieu, texte radiophonique commandé à Antonin Artaud, dans l'automne 1947, a bouleversé à tel point les règles du genre que sa diffusion, programmée pour le 2 février 1948, en fut interdite. Il a fallu attendre près de trente ans pour que le texte soit diffusé. Il n'en conserve pas moins aujourd'hui toute sa virulence. Le Théâtre de la cruauté, poème qui fait référence par son titre aux manifestes publiés en 1932 et 1933, écrit tout exprès en vue de cette émission dont il ne fut écarté que pour des raisons de minutage, a été joint à Pour en finir avec le jugement de dieu, ainsi que les lettres d'Antonin Artaud relatives à sa radiodiffusion. --Ce texte fait référence à lédition Broché .