share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'eau dans la ville au Moyen Âge

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'eau dans la ville au Moyen Âge

L'eau dans la ville au Moyen Âge

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'eau dans la ville au Moyen Âge"

    L'eau à usage alimentaire, l'eau utilitaire, source d'énergie, moyen d'attaque et de défense, l'eau lustrale ou ludique, l'eau de transport, l'eau salutaire ou dangereuse... Ce sont les multiples facettes d'un élément, examiné dans cet ouvrage de synthèse. Le cadre choisi est le royaume de France, ses grands fiefs dont la Flandre, et quelques régions limitrophes dont font partie la Savoie et la vallée du Rhin, de la fin de l'Antiquité à l'aube des Temps modernes. Le sujet est vaste, la matière dispersée : ordonnances royales et princières, extraits de comptes domaniaux et municipaux, enquêtes, devis, procès, farces et nouvelles, bilans de fouilles archéologiques, découvertes d'installations portuaires et de navires fluviaux, toponymie... Quatre angles d'approche tiennent compte de la chronologie et de la thématique : l'utilisation de l'eau dans un passé lointain, encore mal connu, du Ve au XIIIe siècle (Livre I) ; les mutations de la fin du Moyen Age avant, pendant et après la guerre de Cent Ans (Livre II), l'eau indispensable à l'économie urbaine (Livre III), les joies et les dangers individuels et collectifs que procurent les fleuves et les rivières (Livre IV). Plusieurs axes de recherches sont examinés dans chacun de ces cadres. Le fleuve contribue, avec la forteresse, le pont, le simple débarcadère en bois ou le quai en dur, à fixer l'habitat. La conquête des berges, leurs difficiles aménagements, le recul des zones amphibies, la naissance de bas quartiers constituent des étapes majeures dans l'aménagement des paysages urbains du XIe au XIIIe siècle. Le pompage, le forage, la circulation et la distribution de l'eau, l'installation de puits, de fontaines, de bassins permettent de mesurer la persistance des usages anciens et les progrès. La pollution doit être reconsidérée dans le temps et dans l'espace urbain et certaines solutions, telles que les fosses à fiens, servant de dépotoirs, les réseaux d'égouts, les lieux d'aisances, la création de services de nettoyage des rues, sont modernes pour l'époque. L'histoire de l'eau est aussi celle des moulins céréaliers et industriels, des moyens de déplacement et de transport, des équipes de halage, des compagnies de mariniers et de nauchiers. C'est également celle des batailles, des sièges, des plaisirs des yeux depuis les belles résidences, les jardins et les parcs, des jeux, du suicide, des meurtres et des exécutions. C'est celle des inondations ou des sécheresses catastrophiques et de leurs conséquences sociales, économiques et fiscales. C'est enfin le rappel du paganisme et du christianisme à travers les récits légendaires, les croyances, le rite baptismal, les fontaines sacrées. Il s'agit donc d'un sujet essentiel par les enjeux et les travaux qu'il représente, par la remise en cause de beaucoup d'affirmations gratuites et d'idées préconçues, une recherche vivante qui pose bien des interrogations et ouvre la porte à de fructueuses discussions.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 493  pages
    • Dimensions :  4.0cmx15.2cmx23.8cm
    • Poids : 1982.2g
    • Editeur :   Pu Rennes Paru le
    • Collection : Histoire
    • ISBN :  2868477275
    • EAN13 :  9782868477279
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jean-Pierre Leguay

    L'Europe des Etats et des sociétés barbares, Ve-VIIIe siècle

    Une analyse approfondie de l'histoire politique, économique, sociale, religieuse et culturelle de l'Europe du Ve siècle au milieu du VIIIe siècle. Un ouvrage à jour des dernières recherches en historiographie qui remet en question l'approche classique de la période - Une étude portant sur l'e...

    Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Age

    C e livre reprend, en partie seulement, une thèse de doctorat d'état sur une trentaine de villes bretonnes du XVe siècle, sous la dynastie des Montforts, de Jean IV à la duchesse Anne. C'est une étude synthétique qui met l'accent sur une société composite, les institutions municipales, la vi...

    Les catastrophes au Moyen Age

    Des catastrophes naturelles, de terribles calamités ont frappé à plusieurs reprises le Royaume de France, ses grands fiefs et les territoires francophones de l'Empire allemand au cours du moyen âge. Les fléaux, seulement signalés ou décrits dans les sources narratives, dans les archives compt...

    Vivre en ville au Moyen Age

    Des citadins, de tous les milieux, des gens de passage se rencontrent, travaillent, conversent, s'amusent ou se querellent à l'intérieur de ces cadres restreints que constituent les habitations et les chaussées des villes françaises au Moyen Age. La restitution d'un vécu quotidien fait l'objet ...

    Voir tous les livres de Jean-Pierre Leguay

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'eau à usage alimentaire, l'eau utilitaire, source d'énergie, moyen d'attaque et de défense, l'eau lustrale ou ludique, l'eau de transport, l'eau salutaire ou dangereuse... Ce sont les multiples facettes d'un élément, examiné dans cet ouvrage de synthèse. Le cadre choisi est le royaume de France, ses grands fiefs dont la Flandre, et quelques régions limitrophes dont font partie la Savoie et la vallée du Rhin, de la fin de l'Antiquité à l'aube des Temps modernes. Le sujet est vaste, la matière dispersée : ordonnances royales et princières, extraits de comptes domaniaux et municipaux, enquêtes, devis, procès, farces et nouvelles, bilans de fouilles archéologiques, découvertes d'installations portuaires et de navires fluviaux, toponymie... Quatre angles d'approche tiennent compte de la chronologie et de la thématique : l'utilisation de l'eau dans un passé lointain, encore mal connu, du Ve au XIIIe siècle (Livre I) ; les mutations de la fin du Moyen Age avant, pendant et après la guerre de Cent Ans (Livre II), l'eau indispensable à l'économie urbaine (Livre III), les joies et les dangers individuels et collectifs que procurent les fleuves et les rivières (Livre IV). Plusieurs axes de recherches sont examinés dans chacun de ces cadres. Le fleuve contribue, avec la forteresse, le pont, le simple débarcadère en bois ou le quai en dur, à fixer l'habitat. La conquête des berges, leurs difficiles aménagements, le recul des zones amphibies, la naissance de bas quartiers constituent des étapes majeures dans l'aménagement des paysages urbains du XIe au XIIIe siècle. Le pompage, le forage, la circulation et la distribution de l'eau, l'installation de puits, de fontaines, de bassins permettent de mesurer la persistance des usages anciens et les progrès. La pollution doit être reconsidérée dans le temps et dans l'espace urbain et certaines solutions, telles que les fosses à fiens, servant de dépotoirs, les réseaux d'égouts, les lieux d'aisances, la création de services de nettoyage des rues, sont modernes pour l'époque. L'histoire de l'eau est aussi celle des moulins céréaliers et industriels, des moyens de déplacement et de transport, des équipes de halage, des compagnies de mariniers et de nauchiers. C'est également celle des batailles, des sièges, des plaisirs des yeux depuis les belles résidences, les jardins et les parcs, des jeux, du suicide, des meurtres et des exécutions. C'est celle des inondations ou des sécheresses catastrophiques et de leurs conséquences sociales, économiques et fiscales. C'est enfin le rappel du paganisme et du christianisme à travers les récits légendaires, les croyances, le rite baptismal, les fontaines sacrées. Il s'agit donc d'un sujet essentiel par les enjeux et les travaux qu'il représente, par la remise en cause de beaucoup d'affirmations gratuites et d'idées préconçues, une recherche vivante qui pose bien des interrogations et ouvre la porte à de fructueuses discussions.