share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le feu au moyen âge

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le feu au moyen âge

Le feu au moyen âge

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le feu au moyen âge"

    Second volet d'un ensemble plus vaste consacré à la perception des forces de la nature au Moyen Âge et qui compte déjà une étude sur l'eau, cette présente recherche sur le feu s'intéresse à une composante ultra-vivante de l'univers. profondément ambivalente. L'élément tend en effet vers le sublime, vers la beauté irréelle à Iran ers le ruissellement de lumière. La flamine est tout: l'utile, la douceur de vivre, la perfection artistique, le mystère. La chaleur qu'apporte à la maisonnée la cheminée est l'expression du parfait bonheur qui favorise les rencontres, les veillées, les conversations. Et pourtant ce même feu se révèle à d'autres moments source de malheur. instrument de torture ou évoque la décomposition à travers le feu Saint-Antoine ou la destruction avec le bal des Ardents. Ce travail de synthèse, difficile. repose sur un large éventail de sources législatives, administratives, comptables, religieuses. II accorde une attention particulière aux ressources de l'ethnologie, emprunte des exemples et des idées à la littérature, s'intéresse aux recherches archéologiques, trouve des expressions dans les " ymaiges " picturales et sculptées. Le développement s'inscrit dans quatre ensembles thématiques. Le feu est d'abord intime d'une cellule familiale simple ou polynucléaire et son évocation se fait dans un logis devant une cheminée, sous l'éclairage parcimonieux des flammes et des lampes à huile. Il s'intéresse au mobilier. aux objets courants, aux hôtes, à la maîtresse de maison et à ses activités quotidiennes ou à ses loisirs. Les plaisirs. les Inutilités, les amours conjugaux et extraconjugaux donnent matière à l'évocation de situations cocasses et de propos rabelaisiens. Le feu est associé au travail rural au hasard de la découverte de forgettes de hauts-fourneaux, de campements de charbonniers et de chaufourniers, d'ateliers de potiers et d'artisanat urbain transparaît à travers une analyse des métiers de bouche, (le l'orfèvrerie, de la fabrication de canons ou de l'alchimie. Le feu accompagne les manifestations de joie, les réceptions et les fêtes avec les illuminations ou les feux d'artifices. les offices d'une devotio modem avec le luminaire, les folies de la jeunesse autour des bûchers de la Saint-Jean, avec la lessive des connards de Rouen ou les farandoles. lais la tragédie n'est jamais très éloignée du plaisir. Les lanternes des morts, les représentations de corps calcinées, (l'autres manifestations de l'ars moriendi rappellent une cruelle réalité. Les fièvres, des feux intérieurs, le mal de saint-moine consument les malades. ,On exécute sur le bûcher. dans une marmite à bouillir les faussaires. après toute une cruelle et édifiante mise en scène. les incendies sont fréquents dans une civilisation où la promiscuité et l'imprudence font craindre le pire

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 456  pages
    • Dimensions :  3.8cmx16.6cmx23.6cm
    • Poids : 721.2g
    • Editeur :   Pu Rennes Paru le
    • Collection : Histoire
    • ISBN :  2753506299
    • EAN13 :  9782753506299
    • Classe Dewey :  398.364
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jean-Pierre Leguay

    L'Europe des Etats et des sociétés barbares, Ve-VIIIe siècle

    Une analyse approfondie de l'histoire politique, économique, sociale, religieuse et culturelle de l'Europe du Ve siècle au milieu du VIIIe siècle. Un ouvrage à jour des dernières recherches en historiographie qui remet en question l'approche classique de la période - Une étude portant sur l'e...

    Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Age

    C e livre reprend, en partie seulement, une thèse de doctorat d'état sur une trentaine de villes bretonnes du XVe siècle, sous la dynastie des Montforts, de Jean IV à la duchesse Anne. C'est une étude synthétique qui met l'accent sur une société composite, les institutions municipales, la vi...

    L'eau dans la ville au Moyen Âge

    L'eau à usage alimentaire, l'eau utilitaire, source d'énergie, moyen d'attaque et de défense, l'eau lustrale ou ludique, l'eau de transport, l'eau salutaire ou dangereuse... Ce sont les multiples facettes d'un élément, examiné dans cet ouvrage de synthèse. Le cadre choisi est le royaume de Fr...

    Les catastrophes au Moyen Age

    Des catastrophes naturelles, de terribles calamités ont frappé à plusieurs reprises le Royaume de France, ses grands fiefs et les territoires francophones de l'Empire allemand au cours du moyen âge. Les fléaux, seulement signalés ou décrits dans les sources narratives, dans les archives compt...

    Voir tous les livres de Jean-Pierre Leguay

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Second volet d'un ensemble plus vaste consacré à la perception des forces de la nature au Moyen Âge et qui compte déjà une étude sur l'eau, cette présente recherche sur le feu s'intéresse à une composante ultra-vivante de l'univers. profondément ambivalente. L'élément tend en effet vers le sublime, vers la beauté irréelle à Iran ers le ruissellement de lumière. La flamine est tout: l'utile, la douceur de vivre, la perfection artistique, le mystère. La chaleur qu'apporte à la maisonnée la cheminée est l'expression du parfait bonheur qui favorise les rencontres, les veillées, les conversations. Et pourtant ce même feu se révèle à d'autres moments source de malheur. instrument de torture ou évoque la décomposition à travers le feu Saint-Antoine ou la destruction avec le bal des Ardents. Ce travail de synthèse, difficile. repose sur un large éventail de sources législatives, administratives, comptables, religieuses. II accorde une attention particulière aux ressources de l'ethnologie, emprunte des exemples et des idées à la littérature, s'intéresse aux recherches archéologiques, trouve des expressions dans les " ymaiges " picturales et sculptées. Le développement s'inscrit dans quatre ensembles thématiques. Le feu est d'abord intime d'une cellule familiale simple ou polynucléaire et son évocation se fait dans un logis devant une cheminée, sous l'éclairage parcimonieux des flammes et des lampes à huile. Il s'intéresse au mobilier. aux objets courants, aux hôtes, à la maîtresse de maison et à ses activités quotidiennes ou à ses loisirs. Les plaisirs. les Inutilités, les amours conjugaux et extraconjugaux donnent matière à l'évocation de situations cocasses et de propos rabelaisiens. Le feu est associé au travail rural au hasard de la découverte de forgettes de hauts-fourneaux, de campements de charbonniers et de chaufourniers, d'ateliers de potiers et d'artisanat urbain transparaît à travers une analyse des métiers de bouche, (le l'orfèvrerie, de la fabrication de canons ou de l'alchimie. Le feu accompagne les manifestations de joie, les réceptions et les fêtes avec les illuminations ou les feux d'artifices. les offices d'une devotio modem avec le luminaire, les folies de la jeunesse autour des bûchers de la Saint-Jean, avec la lessive des connards de Rouen ou les farandoles. lais la tragédie n'est jamais très éloignée du plaisir. Les lanternes des morts, les représentations de corps calcinées, (l'autres manifestations de l'ars moriendi rappellent une cruelle réalité. Les fièvres, des feux intérieurs, le mal de saint-moine consument les malades. ,On exécute sur le bûcher. dans une marmite à bouillir les faussaires. après toute une cruelle et édifiante mise en scène. les incendies sont fréquents dans une civilisation où la promiscuité et l'imprudence font craindre le pire