share_book
Envoyer cet article par e-mail

Une affaire d'âme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Une affaire d'âme

Une affaire d'âme

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Une affaire d'âme"

Dans « Infidèle », Bergman se met lui-même en scène en compagnie d'un personnage, qu'il baptise Marianne. Au cours d'un long dialogue suscité, relancé, commenté par Bergman et coupé de brefs flashes-back, Marianne, à la fois auteur, narratrice et actrice de sa propre histoire, invente sur place le scénario d'une passion amoureuse et d'un divorce aux effets dévastateurs, tandis que dans une sorte de contrepoint pirandellien, Bergman s'interroge sur les rapports de la réalité et du spectacle. (Ce texte a été adapté à l'écran en 2000 par Liv Ullmann avec Lena Endre dans le rôle de Marianne). « Une affaire d'âme », est construit à partir de la contrainte d'un unique plan rapproché : c'est le monologue d'une femme atteinte d'une maladie psychiatrique, sorte de journal intime parlé, coupé de quelques dialogues fantasmatiques. Ce discours de la folie, à la fois pathétique, tendre et dérisoire, s'achève sur l'image apaisée d'une pierre rouge, une cornaline au toucher bienfaisant, que le personnage abandonne à une main familière, tandis que la nuit tombe. (Ce scénario est devenu une pièce radiophonique créée par la comédienne Jane Friedmann sous la direction de Bergman). Le dernier texte, écrit à Munich en 1978 n'a jamais été adapté. Dans « Amour sans amant », le scénario à élaborer est l'enjeu même de l'intrigue. Un réalisateur ayant disparu sans avoir procédé au montage du film qu'il vient de tourner, deux de ses proches, un certain professeur Albert Kummer et Anna, l'assistante, essaient de reconstituer l'oeuvre à l'aide des rushes. La difficulté de la tâche tient autant à l'absence de scénario, à l'hétérogénéité des séquences tournées (l'une d'elles est une intéressante répétition d'une mise en scène de « La tempête ») qu'aux relations personnelles d'Albert et d'Anna entre eux et avec le metteur en scène disparu. Le point d'orgue est la réapparition du metteur en scène, :« Furieux, mais de bonne humeur. » qui finit par mettre allègrement le feu aux bobines. Sorte de pied de nez final de Bergman aux producteurs frileux. 

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 320  pages
  • Dimensions :  2.4cmx11.6cmx19.2cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Cahiers Du Cinéma Paru le
  • Collection : Fiction
  • ISBN :  2866423283
  • EAN13 :  9782866423285
  • Classe Dewey :  791.437
  • Langue : Français

D'autres livres de Ingmar Bergman

Scènes de la vie congugale

Les dialogues quotidiens d'un couple presque parfait. L'ordinaire d'une vie conjugale idéale avant l'orage. Puis la vie calme tourne à l'ennui, la platitude tourne au drame. La plaie vive de la rupture, l'espoir vite déçu d'une vie nouvelle, la culpabilité et la violence font vivre à Johan et ...

Prix : 54 DH

Cris et chuchotements

Il n'est pas nécessaire d'avoir vu les films de Bergman pour prendre plaisir à la lecture de ces scénarios dont l'histoire se déroule comme une " simple ligne mélodique ", avec ses temps forts, laissant de côté le détail du découpage. Persona, qui met en scène l'actrice Elisabet Vogler et ...

Laterna magica

Lorsque Bergman jette, comme ici, un regard sur sa vie, c'est un homme profondément marqué par une éducation rigide et par une imagination débordante qui parle. Mais c'est surtout un homme de spectacle à la fois directeur de théâtre et réalisateur de films, il a vécu dans la fièvre, entre ...

Voir tous les livres de Ingmar Bergman

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Dans « Infidèle », Bergman se met lui-même en scène en compagnie d'un personnage, qu'il baptise Marianne. Au cours d'un long dialogue suscité, relancé, commenté par Bergman et coupé de brefs flashes-back, Marianne, à la fois auteur, narratrice et actrice de sa propre histoire, invente sur place le scénario d'une passion amoureuse et d'un divorce aux effets dévastateurs, tandis que dans une sorte de contrepoint pirandellien, Bergman s'interroge sur les rapports de la réalité et du spectacle. (Ce texte a été adapté à l'écran en 2000 par Liv Ullmann avec Lena Endre dans le rôle de Marianne). « Une affaire d'âme », est construit à partir de la contrainte d'un unique plan rapproché : c'est le monologue d'une femme atteinte d'une maladie psychiatrique, sorte de journal intime parlé, coupé de quelques dialogues fantasmatiques. Ce discours de la folie, à la fois pathétique, tendre et dérisoire, s'achève sur l'image apaisée d'une pierre rouge, une cornaline au toucher bienfaisant, que le personnage abandonne à une main familière, tandis que la nuit tombe. (Ce scénario est devenu une pièce radiophonique créée par la comédienne Jane Friedmann sous la direction de Bergman). Le dernier texte, écrit à Munich en 1978 n'a jamais été adapté. Dans « Amour sans amant », le scénario à élaborer est l'enjeu même de l'intrigue. Un réalisateur ayant disparu sans avoir procédé au montage du film qu'il vient de tourner, deux de ses proches, un certain professeur Albert Kummer et Anna, l'assistante, essaient de reconstituer l'oeuvre à l'aide des rushes. La difficulté de la tâche tient autant à l'absence de scénario, à l'hétérogénéité des séquences tournées (l'une d'elles est une intéressante répétition d'une mise en scène de « La tempête ») qu'aux relations personnelles d'Albert et d'Anna entre eux et avec le metteur en scène disparu. Le point d'orgue est la réapparition du metteur en scène, :« Furieux, mais de bonne humeur. » qui finit par mettre allègrement le feu aux bobines. Sorte de pied de nez final de Bergman aux producteurs frileux.