share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'espoir est une chose ridicule

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'espoir est une chose ridicule

L'espoir est une chose ridicule

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'espoir est une chose ridicule"

    Revenons à mes amis. Pronek et Mirza, quelquefois ensemble, d'autre fois séparément, se rendaient dans la montagne de Jahorina pour les vacances d'hiver, et ils passaient des semaines à skier et à traîner, et ils se mettaient en ménage dans le chalet d'un ami de la famille, ou dans la chambre d'hôtel de quelqu'un, tout ça grâce à leurs talents d'amuseurs. Voici l'inventaire de leurs plaisirs hivernaux : ciels bleus, neige blanche, visages bronzés, air vif, vitesse, pentes, feux de cheminée, chambres douillettes, et puis entendre le craquement des pas dans la nuit froide, la lune brillante comme une pièce d'argent. C'était dans un chalet, à Jahorina, après une interprétation particulièrement inspirée d'une suite de chansons des Beatles, parmi lesquelles on avait inclus en douce If You Know Her Name, le tout couronné par une deuxième partie à base de sevdah, plus — une fois atteint le paroxysme de la fête — quelques chansons pseudo-gitanes, générant quelques glapissements de pseudo-abandon... c'est (permettez-moi de tout reprendre depuis le début) dans un chalet de Jahorina que Pronek monta dans une chambre à l'étage avec Aida. Elle avait envie de le laisser explorer « la jungle située sous l'équateur ». Pourtant, dans cette jungle, Pronek se perdit complètement : il n'arrêtait pas de se cogner les genoux sur les flancs du lit et la tête contre le mur. Il eut la plus grande difficulté à retirer son jeans serré à Aida, réussissant tout de même à le lui baisser jusqu'aux chevilles, après quoi il rampa entre ses cuisses. Avec son caleçon bloqué à l'Antarctique de ses pieds (la pièce n'était pas chauffée, si ce n'est par leur encombrante passion), il tenta de pénétrer sa culotte, convaincu d'être confronté à un hymen robuste. Cela s'acheva sur un complet fiasco — elle fut prise d'un rire incontrôlable, quand Pronek, au beau milieu de toute l'entreprise, toujours porté à la poésie, lui déclara : « Laisse-moi simplement t'aimer. » Ils prirent davantage de temps pour se démêler qu'il ne leur en avait fallu pour s'enchevêtrer. Cette nuit-là, Pronek se confia à Mirza, qui s'était attendu à des histoires du même niveau que celles de ces lettres de lecteurs, dans la revue de ses parents. Pronek lui raconta qu'il ne parviendrait jamais à comprendre comment faire l'amour pouvait procurer du plaisir. À titre de preuve, il lui exhiba (en se plaçant d'un point de vue tout théorique) ces bosses sur sa tête, ces griffures aux genoux et ces bleus au pénis. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 306  pages
    • Dimensions :  2.0cmx10.8cmx17.6cm
    • Poids : 199.6g
    • Editeur :   10 Paru le
    • Collection : Domaine étranger
    • ISBN :  2264038683
    • EAN13 :  9782264038685
    • Classe Dewey :  813.6
    • Langue : Français

    D'autres livres de Aleksandar Hemon

    Le projet Lazarus

    En 1908, Lazarus Averbuch, un juif ukrainien de dix-sept ans échappé des pogroms, immigre à Chicago. Dans des circonstances étranges, il est tué par le chef de la police. Un siècle plus tard, hanté par la mort de ce garçon, Vladimir Brik - écrivain bosniaque exilé aux Etats-Unis - [.......

    L'espoir est une chose ridicule

    Revenons à mes amis. Pronek et Mirza, quelquefois ensemble, d'autre fois séparément, se rendaient dans la montagne de Jahorina pour les vacances d'hiver, et ils passaient des semaines à skier et à traîner, et ils se mettaient en ménage dans le chalet d'un ami de la famille, ou dans la chambre...

    De l'esprit chez les abrutis

    Parcours tragicomique de Sarajevo à Chicago. En neuf nouvelles unies par le fil de la mémoire, Aleksandar Hemon évoque, avec un détachement feint, le traumatisme de la guerre en Yougoslavie, les parenthèses insouciantes de l'existence avant les obus, les embarras de l'exil. Torture, deuil, assa...

    De l'esprit chez les abrutis

    Parcours tragicomique de Sarajevo à Chicago. En neuf nouvelles unies par le fil de la mémoire, Aleksandar Hemon évoque, avec un détachement feint, le traumatisme de la guerre en Yougoslavie, les parenthèses insouciantes de l'existence avant les obus, les embarras de l'exil. Torture, deuil, assa...

    Voir tous les livres de Aleksandar Hemon

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Revenons à mes amis. Pronek et Mirza, quelquefois ensemble, d'autre fois séparément, se rendaient dans la montagne de Jahorina pour les vacances d'hiver, et ils passaient des semaines à skier et à traîner, et ils se mettaient en ménage dans le chalet d'un ami de la famille, ou dans la chambre d'hôtel de quelqu'un, tout ça grâce à leurs talents d'amuseurs. Voici l'inventaire de leurs plaisirs hivernaux : ciels bleus, neige blanche, visages bronzés, air vif, vitesse, pentes, feux de cheminée, chambres douillettes, et puis entendre le craquement des pas dans la nuit froide, la lune brillante comme une pièce d'argent. C'était dans un chalet, à Jahorina, après une interprétation particulièrement inspirée d'une suite de chansons des Beatles, parmi lesquelles on avait inclus en douce If You Know Her Name, le tout couronné par une deuxième partie à base de sevdah, plus — une fois atteint le paroxysme de la fête — quelques chansons pseudo-gitanes, générant quelques glapissements de pseudo-abandon... c'est (permettez-moi de tout reprendre depuis le début) dans un chalet de Jahorina que Pronek monta dans une chambre à l'étage avec Aida. Elle avait envie de le laisser explorer « la jungle située sous l'équateur ». Pourtant, dans cette jungle, Pronek se perdit complètement : il n'arrêtait pas de se cogner les genoux sur les flancs du lit et la tête contre le mur. Il eut la plus grande difficulté à retirer son jeans serré à Aida, réussissant tout de même à le lui baisser jusqu'aux chevilles, après quoi il rampa entre ses cuisses. Avec son caleçon bloqué à l'Antarctique de ses pieds (la pièce n'était pas chauffée, si ce n'est par leur encombrante passion), il tenta de pénétrer sa culotte, convaincu d'être confronté à un hymen robuste. Cela s'acheva sur un complet fiasco — elle fut prise d'un rire incontrôlable, quand Pronek, au beau milieu de toute l'entreprise, toujours porté à la poésie, lui déclara : « Laisse-moi simplement t'aimer. » Ils prirent davantage de temps pour se démêler qu'il ne leur en avait fallu pour s'enchevêtrer. Cette nuit-là, Pronek se confia à Mirza, qui s'était attendu à des histoires du même niveau que celles de ces lettres de lecteurs, dans la revue de ses parents. Pronek lui raconta qu'il ne parviendrait jamais à comprendre comment faire l'amour pouvait procurer du plaisir. À titre de preuve, il lui exhiba (en se plaçant d'un point de vue tout théorique) ces bosses sur sa tête, ces griffures aux genoux et ces bleus au pénis. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .