share_book
Envoyer cet article par e-mail

La fracture ferroviaire : Pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La fracture ferroviaire : Pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer ?

La fracture ferroviaire : Pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La fracture ferroviaire : Pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer ?"

    Il va vite. II bat des records. II est démocratique. Le monde entier nous l'envie. Il a, proclame-t-on, sauvé la SNCF. Le TGV monopolise les discours à sa gloire dans un déploiement de communication sans précédent. L'incontestable réussite technologique et le gain de temps qu'il permet cachent pourtant une réalité moins reluisante: tarifs en constante augmentation, correspondances chaotiques, lignes secondaires délaissées, réseau classique en déshérence. La SNCF ressemble de plus en plus à une compagnie aérienne qui dessert les centres des métropoles en traversant des territoires condamnés à regarder passer le progrès. Loin de tout fatalisme, cet ouvrage démontre que cette stratégie guidée par des logiques de rentabilité n'est pas la seule possible. La Belgique, l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche ont adopté à bien des égards d'autres modes de développement fondés sur la densification de leur réseau, des tarifs souvent plus bas, des correspondances harmonisées, des dessertes régulières et nombreuses. Le "tout TGV" français se condamne ainsi à ne livrer concurrence qu'à l'avion, laissant ainsi la voie libre au "tout route" avec les conséquences écologiques que l'on sait. La fracture ferroviaire est devenue flagrante. Un service public fragilisé peut-il encore la résorber?

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 233  pages
    • Dimensions :  2.0cmx15.0cmx21.8cm
    • Poids : 399.2g
    • Editeur :   Editions De L'atelier Paru le
    • Collection : SOCIAL ECO H C
    • ISBN :  2708239708
    • EAN13 :  9782708239708
    • Classe Dewey :  380
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Il va vite. II bat des records. II est démocratique. Le monde entier nous l'envie. Il a, proclame-t-on, sauvé la SNCF. Le TGV monopolise les discours à sa gloire dans un déploiement de communication sans précédent. L'incontestable réussite technologique et le gain de temps qu'il permet cachent pourtant une réalité moins reluisante: tarifs en constante augmentation, correspondances chaotiques, lignes secondaires délaissées, réseau classique en déshérence. La SNCF ressemble de plus en plus à une compagnie aérienne qui dessert les centres des métropoles en traversant des territoires condamnés à regarder passer le progrès. Loin de tout fatalisme, cet ouvrage démontre que cette stratégie guidée par des logiques de rentabilité n'est pas la seule possible. La Belgique, l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche ont adopté à bien des égards d'autres modes de développement fondés sur la densification de leur réseau, des tarifs souvent plus bas, des correspondances harmonisées, des dessertes régulières et nombreuses. Le "tout TGV" français se condamne ainsi à ne livrer concurrence qu'à l'avion, laissant ainsi la voie libre au "tout route" avec les conséquences écologiques que l'on sait. La fracture ferroviaire est devenue flagrante. Un service public fragilisé peut-il encore la résorber?