share_book
Envoyer cet article par e-mail

Il me reste à vivre : Oublier les flammes, retrouver l'espoir...

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Il me reste à vivre : Oublier les flammes, retrouver l'espoir...

Il me reste à vivre : Oublier les flammes, retrouver l'espoir...

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Il me reste à vivre : Oublier les flammes, retrouver l'espoir..."

    En 1988, Fatou Diarra a quitté son Mali natal pour suivre en France ses parents, qui fuyaient la pauvreté de leur terre dans l'espoir d'une vie meilleure. Elle avait trois ans, elle en a vingt et un aujourd'hui. De son pays d'adoption, elle n'a connu que des taudis dont le dernier en date, celui du boulevard Vincent-Auriol à Paris, a brûlé le 25 août 2005. " Un squat ", disait-on. Sauf que les Diarra avaient leurs papiers, payaient leur loyer, travaillaient et réussissaient à vivre dignement dans cette fourmilière insalubre, malgré les rats, les bébés atteints de saturnisme, l'électricité défectueuse, la surpopulation. Fatou, elle, poursuivait ses études et croyait en l'avenir. L'incendie dramatique du 25 août a tout remis en question. Elle y a perdu son enfant, et sept de ses frères et soeurs. Après les avoir enterrés dans le pays de leurs ancêtres, Fatou Diarra a voulu témoigner. Sans haine. Juste pour faire le point sur les conditions de survie dans notre " terre d'accueil ". Et aussi pour expliquer les tourments des jeunes générations d'immigrés en quête d'identité, partagés entre deux cultures, subissant le poids de la tradition à l'intérieur de leurs ghettos, et cherchant désespérément à tenter leur chance dans la froide modernité occidentale. Un livre bouleversant, qui, entre les lignes, crie à l'aide.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 237  pages
    • Dimensions :  1.8cmx15.0cmx23.0cm
    • Poids : 440.0g
    • Editeur :   Michel Lafon Paru le
    • ISBN :  2749904234
    • EAN13 :  9782749904238
    • Langue : Français

    D'autres livres de  Albertine Gentou

    Nous existons encore

    Le génocide des Tutsis au Rwanda : on croit connaître... Ici, on se rend compte. On vit l'horreur à travers les yeux d'une adolescente de 14 ans dont l'enfance fut heureuse et aisée, avant que ne montent l'oppression, la haine et la terreur. Comment peut-on affronter la vie quand on a assisté a...

    Voir tous les livres de  Albertine Gentou

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    En 1988, Fatou Diarra a quitté son Mali natal pour suivre en France ses parents, qui fuyaient la pauvreté de leur terre dans l'espoir d'une vie meilleure. Elle avait trois ans, elle en a vingt et un aujourd'hui. De son pays d'adoption, elle n'a connu que des taudis dont le dernier en date, celui du boulevard Vincent-Auriol à Paris, a brûlé le 25 août 2005. " Un squat ", disait-on. Sauf que les Diarra avaient leurs papiers, payaient leur loyer, travaillaient et réussissaient à vivre dignement dans cette fourmilière insalubre, malgré les rats, les bébés atteints de saturnisme, l'électricité défectueuse, la surpopulation. Fatou, elle, poursuivait ses études et croyait en l'avenir. L'incendie dramatique du 25 août a tout remis en question. Elle y a perdu son enfant, et sept de ses frères et soeurs. Après les avoir enterrés dans le pays de leurs ancêtres, Fatou Diarra a voulu témoigner. Sans haine. Juste pour faire le point sur les conditions de survie dans notre " terre d'accueil ". Et aussi pour expliquer les tourments des jeunes générations d'immigrés en quête d'identité, partagés entre deux cultures, subissant le poids de la tradition à l'intérieur de leurs ghettos, et cherchant désespérément à tenter leur chance dans la froide modernité occidentale. Un livre bouleversant, qui, entre les lignes, crie à l'aide.