share_book
Envoyer cet article par e-mail

La machine à broyer : De France Télécom à Orange : quand les privatisations tuent

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La machine à broyer : De France Télécom à Orange : quand les privatisations tuent

La machine à broyer : De France Télécom à Orange : quand les privatisations tuent

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La machine à broyer : De France Télécom à Orange : quand les privatisations tuent"

Les privatisations n’ont pas fini de tuer. La Machine à broyer, qui a rencontré un immense succès depuis sa parution en 2004 (30 000 exemplaires vendus), est toujours d’actualité aujourd’hui, en 2009. La série noire continue… Vendredi 11 septembre 2009, une salariée de France Télécom, âgée de 32 ans, s’est suicidée à l’issue d’une réunion, deux jours après le geste désespéré d'un autre employé et une série de suicides. Les employés sont les principales victimes de la fin du monopole des grandes entreprises publiques françaises. Afin de se préparer au marché concurrentiel, France Télécom a opéré un redéploiement interne de ses effectifs. Depuis 1990, ce sont plusieurs dizaines de milliers de salariés qui ont changé de fonction, de statut, de lieu de travail. Ces mutations contraintes se sont appuyées sur une gestion agressive des ressources humaines. Dominique Decèze, au cours d’une enquête minutieuse, montre l’étendue des dégâts et la violence délibérée avec laquelle l’entreprise s’est attaquée à son personnel. À France Télécom, le mal de vivre au travail est une réalité quantifiable : stress, dépression, maladies, suicides, fichage, mutations d’office, pressions hiérarchiques, placardisation, harcèlement. Il cite abondamment des médecins du travail, débordés par le nombre croissant d’employés en souffrance. Mais le plus bouleversant, ce sont les témoignages des intéressés eux-mêmes, pris à revers par leur DRH : comment admettre que la « libéralisation » d’une entreprise puisse se faire au prix de la santé, voire de la vie de ses employés ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Dimensions :  2.0cmx13.8cmx20.0cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Jean-Claude Gawsewitch Paru le
  • Collection : Coup de gueule
  • ISBN :  2350131521
  • EAN13 :  9782350131528
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

D'autres livres de Dominique Decèze

Violences contre agents

Postiers, cheminots, sapeurs-pompiers, électriciens et gaziers d'EDF et de GDF, conducteurs de bus et de métro, enseignants, personnels hospitaliers... ces " obligés du public " travaillent de plus en plus souvent dans la crainte de l'agression verbale ou physique. Assurant des services essentiel...

Services Publics : la grande braderie

" Aujourd'hui j'entends dire que nous bradons les services publics. C'est exactement l'inverse que nous faisons. " La véritable politique de démantèlement du secteur public, menée depuis vingt ans par les différents gouvernements, vient cruellement contredire ces propos de Dominique de Villepin...

Gare au travail - Malaise à la SNCF.

Design Christian Lacroix, campagnes de communication bling-bling, record du monde de vitesse sur rail, croissance soutenue, contrats à l'export, filiales profitables... la SNCF et sa holding SNCF-Participations ont une ambition claire : devenir le numéro 1 sur le marché ferroviaire des personnes ...

Voir tous les livres de Dominique Decèze

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les privatisations n’ont pas fini de tuer. La Machine à broyer, qui a rencontré un immense succès depuis sa parution en 2004 (30 000 exemplaires vendus), est toujours d’actualité aujourd’hui, en 2009. La série noire continue… Vendredi 11 septembre 2009, une salariée de France Télécom, âgée de 32 ans, s’est suicidée à l’issue d’une réunion, deux jours après le geste désespéré d'un autre employé et une série de suicides. Les employés sont les principales victimes de la fin du monopole des grandes entreprises publiques françaises. Afin de se préparer au marché concurrentiel, France Télécom a opéré un redéploiement interne de ses effectifs. Depuis 1990, ce sont plusieurs dizaines de milliers de salariés qui ont changé de fonction, de statut, de lieu de travail. Ces mutations contraintes se sont appuyées sur une gestion agressive des ressources humaines. Dominique Decèze, au cours d’une enquête minutieuse, montre l’étendue des dégâts et la violence délibérée avec laquelle l’entreprise s’est attaquée à son personnel. À France Télécom, le mal de vivre au travail est une réalité quantifiable : stress, dépression, maladies, suicides, fichage, mutations d’office, pressions hiérarchiques, placardisation, harcèlement. Il cite abondamment des médecins du travail, débordés par le nombre croissant d’employés en souffrance. Mais le plus bouleversant, ce sont les témoignages des intéressés eux-mêmes, pris à revers par leur DRH : comment admettre que la « libéralisation » d’une entreprise puisse se faire au prix de la santé, voire de la vie de ses employés ?