share_book
Envoyer cet article par e-mail

La guerre des crayons : Quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La guerre des crayons : Quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre

La guerre des crayons : Quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La guerre des crayons : Quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre"

Durant la Première Guerre mondiale, deux écoles de Montmartre ont demandé à leurs élèves âgés de 6 à 13 ans de dessiner la guerre et ses effets dans leur vie quotidienne. Il en résulte un fonds particulièrement riche dans la mesure où le dessin est un moyen d'expression "naturel" des enfants qui traduit leur perception des événements. On avait déjà beaucoup étudié la propagande patriotique destinée aux enfants mais, faute de sources, beaucoup plus rarement la "parole" de ces derniers. Les enfants parlent de l'absence des pères ou des frères, du rapport à la mort, de la violence, des bouleversements de la vie quotidienne (restrictions, travail des femmes...), de leur propre investissement dans l'effort de guerre. Nous voyons par leurs yeux, avec l'aide d'une historienne et d'un psychanalyste, car certains dessins ont un sens caché qu'il faut pouvoir décrypter. D'autres documents complètent ce fonds et le mettent en perspective rédactions enfantines, photos tirées d'un film de Poulbot sur les enfants jouant à la guerre dans les rues de Montmartre, pièces de propagande scolaire... Le témoignage vaut "sur le vif" et aussi à plus long terme car les enfants de 1914 sont les adultes de 1940, façonnés, "brutalisés" pourrait-on peut-être avancer par l'expérience de la Grande Guerre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 128  pages
  • Dimensions :  1.8cmx23.6cmx26.8cm
  • Poids : 861.8g
  • Editeur :   Parigramme Paru le
  • ISBN :  2840963558
  • EAN13 :  9782840963554
  • Classe Dewey :  944.08
  • Langue : Français

D'autres livres de  Roland Beller

La chose traumatique

Peut-on encore parler de traumatisme ? La question mérite d'être posée tant le mot est galvaudé aujourd'hui et qu'il autorise les idéologies les plus diverses, les pratiques les plus contradictoires. On le retrouve partout : il est passé dans la langue courante autorisant les demandes de psych...

Voir tous les livres de  Roland Beller

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Durant la Première Guerre mondiale, deux écoles de Montmartre ont demandé à leurs élèves âgés de 6 à 13 ans de dessiner la guerre et ses effets dans leur vie quotidienne. Il en résulte un fonds particulièrement riche dans la mesure où le dessin est un moyen d'expression "naturel" des enfants qui traduit leur perception des événements. On avait déjà beaucoup étudié la propagande patriotique destinée aux enfants mais, faute de sources, beaucoup plus rarement la "parole" de ces derniers. Les enfants parlent de l'absence des pères ou des frères, du rapport à la mort, de la violence, des bouleversements de la vie quotidienne (restrictions, travail des femmes...), de leur propre investissement dans l'effort de guerre. Nous voyons par leurs yeux, avec l'aide d'une historienne et d'un psychanalyste, car certains dessins ont un sens caché qu'il faut pouvoir décrypter. D'autres documents complètent ce fonds et le mettent en perspective rédactions enfantines, photos tirées d'un film de Poulbot sur les enfants jouant à la guerre dans les rues de Montmartre, pièces de propagande scolaire... Le témoignage vaut "sur le vif" et aussi à plus long terme car les enfants de 1914 sont les adultes de 1940, façonnés, "brutalisés" pourrait-on peut-être avancer par l'expérience de la Grande Guerre.