share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Saint-Napoléon : Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Saint-Napoléon : Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août

La Saint-Napoléon : Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Saint-Napoléon : Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août"

Au début des années 1850, le 15 août devient la fête nationale en France. Cette célébration permet au président Louis-Napoléon d'amorcer la transition vers le second Empire, et d'imposer avec succès un modèle de fête nationale populaire qui sera largement repris par la République. S'appuyant sur une documentation inédite aux Archives nationales et départementales, Sudhir Hazareesingh fait revivre cette fête riche et multiforme. Moment d'exaltation de la mémoire napoléonienne, la fête impériale est aussi le théâtre de tensions créatives : entre la solennité pieuse des croyants et la jubilation carnavalesque du peuple, entre la glorification de la Nation et le culte des traditions locales, et entre la célébration du soutien populaire au régime et la peur de la foule. L'ouvrage renouvelle notre vision de la tradition napoléonienne sous le second Empire. Hazareesingh insiste particulièrement sur la dimension locale des fêtes, qui permet aux notables de célébrer les travaux publics et l'action caritative des associations, et donne l'occasion aux municipalités de se mettre en valeur. La Saint-Napoléon met également en scène des moments de liesse collective, comme lors des remises des médailles de Sainte-Hélène aux anciens vétérans des guerres de l'Empire. Mais cette harmonie fragile peut aussi prendre une fâcheuse tournure : au sein même de l'État bonapartiste, entre le clergé et les autorités civiles, et entre les représentants de l'État et les forces de l'opposition républicaine, qui utilisent sciemment le décor de la fête nationale pour subvertir l'ordre bonapartiste. Écrit avec humour et humanité, et fourmillant d'anecdotes savoureuses, cette étude originale apporte des éclairages nouveaux sur la sociabilité et la culture politique française, et souligne le poids de la tradition napoléonienne dans la mémoire collective nationale.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 294  pages
  • Dimensions :  3.0cmx14.6cmx21.4cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Tallandier Paru le
  • ISBN :  2847344047
  • EAN13 :  9782847344042
  • Classe Dewey :  944.07
  • Langue : Français

D'autres livres de Sudhir Hazareesingh

Le mythe gaullien

L'image du général de Gaulle a connu d'étranges retournements. L'homme d'Etat de son vivant le plus contesté est devenu après sa mort le plus incontestable. Celui qui avait si longtemps passé pour le diviseur de la nation est devenu le sauveur de la République, l'incarnation même de la [....

Voir tous les livres de Sudhir Hazareesingh

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Au début des années 1850, le 15 août devient la fête nationale en France. Cette célébration permet au président Louis-Napoléon d'amorcer la transition vers le second Empire, et d'imposer avec succès un modèle de fête nationale populaire qui sera largement repris par la République. S'appuyant sur une documentation inédite aux Archives nationales et départementales, Sudhir Hazareesingh fait revivre cette fête riche et multiforme. Moment d'exaltation de la mémoire napoléonienne, la fête impériale est aussi le théâtre de tensions créatives : entre la solennité pieuse des croyants et la jubilation carnavalesque du peuple, entre la glorification de la Nation et le culte des traditions locales, et entre la célébration du soutien populaire au régime et la peur de la foule. L'ouvrage renouvelle notre vision de la tradition napoléonienne sous le second Empire. Hazareesingh insiste particulièrement sur la dimension locale des fêtes, qui permet aux notables de célébrer les travaux publics et l'action caritative des associations, et donne l'occasion aux municipalités de se mettre en valeur. La Saint-Napoléon met également en scène des moments de liesse collective, comme lors des remises des médailles de Sainte-Hélène aux anciens vétérans des guerres de l'Empire. Mais cette harmonie fragile peut aussi prendre une fâcheuse tournure : au sein même de l'État bonapartiste, entre le clergé et les autorités civiles, et entre les représentants de l'État et les forces de l'opposition républicaine, qui utilisent sciemment le décor de la fête nationale pour subvertir l'ordre bonapartiste. Écrit avec humour et humanité, et fourmillant d'anecdotes savoureuses, cette étude originale apporte des éclairages nouveaux sur la sociabilité et la culture politique française, et souligne le poids de la tradition napoléonienne dans la mémoire collective nationale.