share_book
Envoyer cet article par e-mail

La mémoire, pour quoi faire ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La mémoire, pour quoi faire ?

La mémoire, pour quoi faire ?

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La mémoire, pour quoi faire ?"

Mémoire de la Shoah, mémoire de l'esclavage, mémoire du colonialisme... À quoi sert ce retour sur le passé ? À reconnaître les préjudices subis et les crimes commis ? Mais cela peut-il éviter qu'ils se reproduisent ? Le devoir de mémoire entrave-t-il la liberté de l'historien ? Pour Alain Houziaux, faire mémoire conduit à rester figé dans le passé. Au contraire, se souvenir peut provoquer un changement de comportement qui incite à la responsabilité pour aujourd'hui et demain. La manie commémorative, constate Jean-Claude Guillebaud, révèle l'absence tragique de croyance en l'avenir. Pour Alain Finkielkraut, nous vivons sous la dictature du présent. Privilégier la mémoire du crime fait oublier les leçons positives du passé. Pourquoi donc faire mémoire ? François Dosse le dit : pour lutter contre l'oubli, mais aussi pour pouvoir oublier ce qui empêche de vivre et de créer.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 120  pages
  • Dimensions :  1.6cmx11.4cmx19.2cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Editions De L'atelier Paru le
  • Collection : Questions de vie
  • ISBN :  2708238582
  • EAN13 :  9782708238589
  • Classe Dewey :  301
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Claude Guillebaud

Sont-ils morts pour rien ?

John E Kennedy, Martin Luther King, Aldo Moro, Anouar el-Sadate, Indira Gandhi, Yitzhak Rabin, mais aussi Lord Mountbatten ou Thomas Sankara, et bien d'autres: l'assassinat politique a pris depuis un demi-siècle une place majeure dans les relations internationales. Soulevant des flots d'émotion, ...

Prix : 225 DH
Le Goût de l'avenir

Où en sommes-nous ? Tout va très vite en ce début de XXIe siècle. Les repères théoriques ou idéologiques qui permettaient de déchiffrer la société d'hier sont désormais incapables de donner sens à notre actualité : attentat du 11 septembre, guerre en Irak, radicalisation du [.......

Le commencement d'un monde

Nous sommes au commencement d'un monde. Vécu dans la crainte, ce prodigieux surgissement signe la disparition de l'ancien monde, celui dans lequel nous sommes nés. Pourtant, la sourde inquiétude qui habite nos sociétés doit être dépassée. Le monde " nouveau" qui naît sous nos yeux est [....

La Vie vivante

Nous vivons un extraordinaire paradoxe. Les technoprophètes de la modernité tiennent le corps en horreur. Numérique, nanotechnologies, intelligence artificielle, posthumanisme, gender studies... Les nouveaux pudibonds veulent nous "libérer" de la chair et du réel. Au coeur de la mutation [.....

Voir tous les livres de Jean-Claude Guillebaud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Mémoire de la Shoah, mémoire de l'esclavage, mémoire du colonialisme... À quoi sert ce retour sur le passé ? À reconnaître les préjudices subis et les crimes commis ? Mais cela peut-il éviter qu'ils se reproduisent ? Le devoir de mémoire entrave-t-il la liberté de l'historien ? Pour Alain Houziaux, faire mémoire conduit à rester figé dans le passé. Au contraire, se souvenir peut provoquer un changement de comportement qui incite à la responsabilité pour aujourd'hui et demain. La manie commémorative, constate Jean-Claude Guillebaud, révèle l'absence tragique de croyance en l'avenir. Pour Alain Finkielkraut, nous vivons sous la dictature du présent. Privilégier la mémoire du crime fait oublier les leçons positives du passé. Pourquoi donc faire mémoire ? François Dosse le dit : pour lutter contre l'oubli, mais aussi pour pouvoir oublier ce qui empêche de vivre et de créer.