share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'enfant noir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'enfant noir

L'enfant noir

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'enfant noir"

Lire L'Enfant noir c'est emprunter les sentes de l'initiation, c'est décrypter les codes d'une société, de tout un peuple. On en sort ébloui, surpris d'être entré dans un univers de personnages humbles, dépositaires d'une culture de la courtoisie, de l'échange et de la dignité... Si dans L'Enfant noir l'écrivain guinéen s'imaginait ne penser qu'à lui, tracer les contours de sa " Haute-Guinée natale ", c'est pourtant un chant universel qui en est sorti. [...] Seul en Europe, détaché de sa famille, il se consolait avec les mots. Et le soir, la main tremblante, le coeur serré par la nostalgie, il devait retrouver sa terre natale, la clameur des forgerons provenant de l'atelier de son père, la voix rassurante d'un de ses oncles. Il retrouvait aussi ses camarades de jeu, ceux avec lesquels il passa la dure épreuve de la circoncision telle que décrite dans son récit. Il y avait l'Amour, sujet plus que tabou, avec la silhouette de sa bien-aimée Marie : " Mon oncle nous laissait son phono et ses disques, et Marie et moi dansions. Nous dansions avec infiniment de retenue, mais il va de soi : ce n'est pas la coutume chez nous de s'enlacer ; on danse face à face, sans se toucher ; tout au plus se donne-t-on la main, et pas toujours. Dois-je ajouter que rien ne convenait mieux à notre timidité ? " Alain Mabanckou.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 256  pages
  • Dimensions :  2.4cmx12.0cmx17.8cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Plon Paru le
  • ISBN :  2259204317
  • EAN13 :  9782259204316
  • Classe Dewey :  B
  • Langue : Français

D'autres livres de Camara Laye

L'enfant noir

" Je ne pensais qu'à moi-même et puis, à mesure que j'écrivais, je me suis aperçu que je traçais un portrait de ma Haute-Guinée natale. " Au-delà du récit autobiographique d'un jeune écrivain de vingt-cinq ans, L'enfant noir nous restitue, dans toute sa vérité, la vie quotidienne, les ...

Prix : 53 DH
L'enfant noir

Table des matières Introduction Poème: A ma mère Texte, accompagné de notes linguistiques et culturelles Activités Mise en train Questions à choix multiple Réflexions Essais Termes littéraires Bibliographie --Ce texte fait référence à lédition Broché ....

Voir tous les livres de Camara Laye

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Lire L'Enfant noir c'est emprunter les sentes de l'initiation, c'est décrypter les codes d'une société, de tout un peuple. On en sort ébloui, surpris d'être entré dans un univers de personnages humbles, dépositaires d'une culture de la courtoisie, de l'échange et de la dignité... Si dans L'Enfant noir l'écrivain guinéen s'imaginait ne penser qu'à lui, tracer les contours de sa " Haute-Guinée natale ", c'est pourtant un chant universel qui en est sorti. [...] Seul en Europe, détaché de sa famille, il se consolait avec les mots. Et le soir, la main tremblante, le coeur serré par la nostalgie, il devait retrouver sa terre natale, la clameur des forgerons provenant de l'atelier de son père, la voix rassurante d'un de ses oncles. Il retrouvait aussi ses camarades de jeu, ceux avec lesquels il passa la dure épreuve de la circoncision telle que décrite dans son récit. Il y avait l'Amour, sujet plus que tabou, avec la silhouette de sa bien-aimée Marie : " Mon oncle nous laissait son phono et ses disques, et Marie et moi dansions. Nous dansions avec infiniment de retenue, mais il va de soi : ce n'est pas la coutume chez nous de s'enlacer ; on danse face à face, sans se toucher ; tout au plus se donne-t-on la main, et pas toujours. Dois-je ajouter que rien ne convenait mieux à notre timidité ? " Alain Mabanckou.