share_book
Envoyer cet article par e-mail

La chute du faucon noir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La chute du faucon noir

La chute du faucon noir

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La chute du faucon noir"

    Dimanche 3 octobre 1993, à Mogadiscio, Somalie, Afrique. Place du marché, l'après-midi. Mission des militaires américains : s'emparer de deux personnages importants de Habr Gidr, le clan du chef de guerre le général Mohammed Farah Aidid. Temps estimé : une heure... Plus de quatorze heures de combat seront nécessaires pour mener à bien cette tâche. Hélicoptères abattus, armée décimée, boucliers humains, corps mutilés, des dizaines de rangers seront tués, blessés et un soldat sera pris en otage. Le côté somali comptera plus de cinq cents victimes. La Chute du faucon noir ou comment plonger dans l'horreur de la guerre en quatre cents pages. À l'annonce de ce désastre, le président Clinton se demandera "comment une chose pareille a pu arriver." Comment, alors que les Américains venaient officiellement alimenter les populations affamées, une telle catastrophe a-t-elle pu se produire ? Plusieurs explications viennent nourrir le débat autour de cette bataille : erreurs d'appréciation du danger, revanche des Somalis devant les crimes aveugles des soldats, émeutes organisées par le clan Aidid, coups fourrés des milices... Et un pays qui connaît pillages, déroute, désœuvrement, misère, famine, guerres civiles... Une fois de plus, les Américains ont voulu jouer aux gendarmes du monde. Mais la perte, cette fois, fut terrible. Et passée sous silence, car aucune archive réelle, aucune étude approfondie n'existe sur cette nuit du 3 au 4 octobre 1993. Le travail de Mark Bowden est, à ce titre, exemplaire. Les témoignages qu'il a recueillis, les informations – et leur source, dévoilée dans le passionnant épilogue – ainsi que son analyse font de ce livre un ouvrage de guerre édifiant. Grâce à lui, nous voilà plongés à l'intérieur du combat, oscillant entre la vision personnelle des soldats et la tactique militaire d'ensemble américaine. Reste le récit : on s'attache difficilement aux héros et aux étapes successives de l'action. Les images sont claires, on les imagine mais on peine à les lire. Des séquences courtes, des scènes de guerre, d'action, de mort, de fraternité virile, d'émotion... Rien d'étonnant à ce que Ridley Scott ait décidé d'adapter le livre à l'écran : tout est réuni pour en faire un film de guerre efficace. Espérons que cette réalisation parviendra à réveiller les mémoires endormies des politiciens américains et de l'opinion publique sur ce tragique 3 octobre, devenu depuis fête nationale en Somalie... --Marine Segalen

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 404  pages
    • Dimensions :  4.0cmx16.0cmx24.0cm
    • Poids : 598.7g
    • Editeur :   Plon Paru le
    • ISBN :  2259195385
    • EAN13 :  9782259195386
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Dimanche 3 octobre 1993, à Mogadiscio, Somalie, Afrique. Place du marché, l'après-midi. Mission des militaires américains : s'emparer de deux personnages importants de Habr Gidr, le clan du chef de guerre le général Mohammed Farah Aidid. Temps estimé : une heure... Plus de quatorze heures de combat seront nécessaires pour mener à bien cette tâche. Hélicoptères abattus, armée décimée, boucliers humains, corps mutilés, des dizaines de rangers seront tués, blessés et un soldat sera pris en otage. Le côté somali comptera plus de cinq cents victimes. La Chute du faucon noir ou comment plonger dans l'horreur de la guerre en quatre cents pages. À l'annonce de ce désastre, le président Clinton se demandera "comment une chose pareille a pu arriver." Comment, alors que les Américains venaient officiellement alimenter les populations affamées, une telle catastrophe a-t-elle pu se produire ? Plusieurs explications viennent nourrir le débat autour de cette bataille : erreurs d'appréciation du danger, revanche des Somalis devant les crimes aveugles des soldats, émeutes organisées par le clan Aidid, coups fourrés des milices... Et un pays qui connaît pillages, déroute, désœuvrement, misère, famine, guerres civiles... Une fois de plus, les Américains ont voulu jouer aux gendarmes du monde. Mais la perte, cette fois, fut terrible. Et passée sous silence, car aucune archive réelle, aucune étude approfondie n'existe sur cette nuit du 3 au 4 octobre 1993. Le travail de Mark Bowden est, à ce titre, exemplaire. Les témoignages qu'il a recueillis, les informations – et leur source, dévoilée dans le passionnant épilogue – ainsi que son analyse font de ce livre un ouvrage de guerre édifiant. Grâce à lui, nous voilà plongés à l'intérieur du combat, oscillant entre la vision personnelle des soldats et la tactique militaire d'ensemble américaine. Reste le récit : on s'attache difficilement aux héros et aux étapes successives de l'action. Les images sont claires, on les imagine mais on peine à les lire. Des séquences courtes, des scènes de guerre, d'action, de mort, de fraternité virile, d'émotion... Rien d'étonnant à ce que Ridley Scott ait décidé d'adapter le livre à l'écran : tout est réuni pour en faire un film de guerre efficace. Espérons que cette réalisation parviendra à réveiller les mémoires endormies des politiciens américains et de l'opinion publique sur ce tragique 3 octobre, devenu depuis fête nationale en Somalie... --Marine Segalen