share_book
Envoyer cet article par e-mail

Universitas calamitatum : le livre noir des réformes universitaires

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Universitas calamitatum : le livre noir des réformes universitaires

Universitas calamitatum : le livre noir des réformes universitaires

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Universitas calamitatum : le livre noir des réformes universitaires"

A l'heure de la réforme de l'Université française, on est en droit de s'interroger sur le type d'enseignement supérieur qui est aujourd'hui imposé, à marche forcée, à la communauté universitaire. Ce livre dévoile les logiques sous-jacentes des réformes en cours. Il montre que l'ouverture internationale est un leurre, que les " innovations pédagogiques " autour du LMD (licence-master-doctorat) ont de très nombreux effets pervers sur le plan pédagogique et disciplinaire, que la professionnalisation à outrance, telle qu'elle est prônée, se révèle souvent contraire à son intention, que la transformation des présidents d'universités en managers, entraîne une dérive de l'Université gérée comme une petite entreprise, qui définira son offre de formation, sa politique de recherche, etc., en fonction de critères ne répondant plus forcément à ceux du service public, ni à ceux d'une recherche libre et autonome, liberté qui est pourtant au fondement même de l'idée d'Université. Au final, les étudiants, que les modernisateurs disaient vouloir replacer " au centre ", se trouvent relégués à la périphérie, victimes de réformes dont ils étaient censés être les premiers bénéficiaires

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 220  pages
  • Dimensions :  2.0cmx11.0cmx16.6cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Editions Du Croquant Paru le
  • Collection : Savoir/Agir
  • ISBN :  2914968051
  • EAN13 :  9782914968058
  • Classe Dewey :  378.44
  • Langue : Français

D'autres livres de Abélard

Correspondance d'Abélard et Héloise

Figures emblématiques de la Renaissance du XIIe siècle ? Héloïse et Abélard sont bien de leur époque, marquée par une grande ferveur, un appétit nouveau de savoir et de débattre et, surtout, le goût de la liberté. Cependant leur singularité, source de tous leurs malheurs, en fait [......

Voir tous les livres de Abélard

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

A l'heure de la réforme de l'Université française, on est en droit de s'interroger sur le type d'enseignement supérieur qui est aujourd'hui imposé, à marche forcée, à la communauté universitaire. Ce livre dévoile les logiques sous-jacentes des réformes en cours. Il montre que l'ouverture internationale est un leurre, que les " innovations pédagogiques " autour du LMD (licence-master-doctorat) ont de très nombreux effets pervers sur le plan pédagogique et disciplinaire, que la professionnalisation à outrance, telle qu'elle est prônée, se révèle souvent contraire à son intention, que la transformation des présidents d'universités en managers, entraîne une dérive de l'Université gérée comme une petite entreprise, qui définira son offre de formation, sa politique de recherche, etc., en fonction de critères ne répondant plus forcément à ceux du service public, ni à ceux d'une recherche libre et autonome, liberté qui est pourtant au fondement même de l'idée d'Université. Au final, les étudiants, que les modernisateurs disaient vouloir replacer " au centre ", se trouvent relégués à la périphérie, victimes de réformes dont ils étaient censés être les premiers bénéficiaires