share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Juifs selon Hegel et Nietzsche, la clef d'une énigme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Juifs selon Hegel et Nietzsche, la clef d'une énigme

Les Juifs selon Hegel et Nietzsche, la clef d'une énigme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Les Juifs selon Hegel et Nietzsche, la clef d'une énigme"

    Dans l'imagerie courante, Hegel est le philosophe de la « raison dans l'histoire » , et Nietzsche une des sources irrationnelles de l'antisémitisme moderne. Qu'en est- il réellement ? Pour Hegel, l'existence juive n'a plus de sens dans l'histoire moderne. Nietzsche, au contraire, pourtant éduqué dans l'anti-judaïsme et environné d'antisémites, devient un anti-antisémite passionné. Il sera un admirateur fervent du judaïsme ancien et des juifs de la diaspora, qui joueront un rôle important dans l'Europe à venir. Il réserve tous ses coups au judaïsme « sacerdotal » du Second Temple, ancêtre du christianisme, du message décadent de Jésus, de l'inversion des valeurs qu'il lit dans le Nouveau Testament et qui fait la « maladie » de l'Europe chrétienne. Dans ce livre brillant, Yovel montre que l'antisémitisme et ses sources ne se trouvent pas nécessairement là où l'on croit : une philosophie de la raison n'en est pas démunie, tandis qu'une pensée de la « volonté de puissance » peut y échapper. Yirmiyahu Yovel enseigne la philosophie à l'université de Jérusalem et à la New School University de New York. Professeur invité dans plusieurs universités d'Europe et d'Amérique, il a reçu le Grand Prix d'Israël, la plus haute distinction culturelle dans son pays.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 343  pages
    • Dimensions :  2.2cmx14.0cmx19.8cm
    • Poids : 340.2g
    • Editeur :   Seuil Paru le
    • Collection : La couleur des idées
    • ISBN :  2020298430
    • EAN13 :  9782020298438
    • Classe Dewey :  100

    D'autres livres de Yirmiyahu Yovel

    L'aventure marrane : Judaïsme et modernité

    La conversion forcée puis l'expulsion des juifs espagnols et portugais aux XIVe et XVe siècles ne sont pas des événements anodins ou secondaires de l'histoire européenne. Yirmiyahu Yovel revient ici, longuement, sur l'histoire de ceux qu'il préfère désigner du nom de conversos : sur leurs or...

    Voir tous les livres de Yirmiyahu Yovel

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Dans l'imagerie courante, Hegel est le philosophe de la « raison dans l'histoire » , et Nietzsche une des sources irrationnelles de l'antisémitisme moderne. Qu'en est- il réellement ? Pour Hegel, l'existence juive n'a plus de sens dans l'histoire moderne. Nietzsche, au contraire, pourtant éduqué dans l'anti-judaïsme et environné d'antisémites, devient un anti-antisémite passionné. Il sera un admirateur fervent du judaïsme ancien et des juifs de la diaspora, qui joueront un rôle important dans l'Europe à venir. Il réserve tous ses coups au judaïsme « sacerdotal » du Second Temple, ancêtre du christianisme, du message décadent de Jésus, de l'inversion des valeurs qu'il lit dans le Nouveau Testament et qui fait la « maladie » de l'Europe chrétienne. Dans ce livre brillant, Yovel montre que l'antisémitisme et ses sources ne se trouvent pas nécessairement là où l'on croit : une philosophie de la raison n'en est pas démunie, tandis qu'une pensée de la « volonté de puissance » peut y échapper. Yirmiyahu Yovel enseigne la philosophie à l'université de Jérusalem et à la New School University de New York. Professeur invité dans plusieurs universités d'Europe et d'Amérique, il a reçu le Grand Prix d'Israël, la plus haute distinction culturelle dans son pays.