share_book
Envoyer cet article par e-mail

Tous les chevaliers sauvages

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Tous les chevaliers sauvages

Tous les chevaliers sauvages

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Tous les chevaliers sauvages"

    Six mois après l'arrivée de Mitterrand au pouvoir, Droit de Réponse, l'émission de Michel Polac, est consacrée à la fin de Charlie Hebdo. Dominique Jamet et Jean-François Kahn plastronnent, un groupe de lycéens bafouillent que l'époque est formidable, Desproges, Gainsbourg, Renaud sont trop inconscients pour mesurer le sens de ce qu'ils sont en train de vivre. Au fond du plateau, quatre figures sortent de l'ombre : Cavanna, accablé par la mauvaise conscience ; le Professeur Choron, le seul à saisir l'abjection absurde dans laquelle ils sont tombés, hurlant sans micro ; Jean Bourdier de Minute à qui Siné décide de casser la gueule ; Bernard Tapie, enfin, le jeune patron de Manufrance, monstre froid venant de l'avenir. Personne ne saisit alors qu'il est leur véritable fossoyeur. L'esprit Hara-Kiri disparut ce soir-là, et avec lui un rire jaune, désormais ringardisé par des adversaires ayant cyniquement appris le langage de la provocation " bête et méchante " (de Tapie à Besson), et récupéré par des gagmen limités dans leurs visions comme dans leurs expressions (de Canal + à Ruquier). L'humour n'était certainement plus une arme de lutte ou de déstabilisation du monde politique, il devenait - des Bronzés à Philippe Val - la pilule pour nous faire avaler... la pilule. Il y a deux types de rire : le petit rire né de la soumission aux limites, et le grand rire né de la confrontation à l'illimité, de la mise en pièces de nos conditionnements. Choron provoquait un grand rire. Il était un samouraï, une figure théâtrale de violence et de distinction. De 1982 à 2012, s'est installé un système qui a déposé les armes de l'humour. Preuve en est la forme privilégiée du " chroniqueur ", mi-humoriste, mi-valet du pouvoir, nul en tout mais présent partout, ne sachant rien faire mais parlant tout le temps très fort, et toujours dans la bonne humeur. D'une puissance illimitée pour détruire les impostures des années Pompidou-Giscard, Choron, Reiser et Gébé auront été mille fois moins forts pour analyser les nouvelles formes de violence incarnées par Mitterrand et son staff, acquis aux ruses de l'autodérision et de la provocation. Jouer la violence anarchique quand le pouvoir est représenté par des boulangères (Nadine Morano) ou des profs de natation (Frédéric Lefebvre) n'a plus beaucoup de sens. Il faut renoncer à l'humour quand le rire ne provoque plus que le petit rire de l'acceptation des choses. Tous les Chevaliers sauvages est un voyage dans la France et les Etats-Unis de l'après-guerre, de leurs plus grandes créations jusqu'à leurs plus grands leurres. C'est également un tombeau de Choron, Reiser, Gébé, Andy Kaufman, valeureux héros d'une époque révolue où l'humour fonctionnait comme un substitut à la guerre. Or, il faut renoncer à l'humour comme à la guerre parce que désormais nous attend quelque chose de bien plus violent et de beaucoup plus drôle...

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • Editeur :   Philippe Rey Paru le
    • Collection : TOMB.OUVERT
    • ISBN :  2848762012
    • EAN13 :  9782848762012
    • Classe Dewey :  844

    D'autres livres de Pacôme Thiellement

    Les mêmes yeux que Lost

    La fiction sait ce que la réalité ne fait que sentir. L'Occident a répandu ses ténèbres sur le reste de la Terre. Et la série Lost ne se contente pas d'en dresser le portrait le plus complet ; elle met également en scène la quête d'un nouveau pôle d'orientation, qui passe par la compréhen...

    Economie Eskimo : Le rêve de Zappa

    Economie Eskimo a été écrit pour répondre à la question suivante : le bonheur est-il accessible aux terriens ? Et, si oui, comment ? Dans une pratique qui allie à la fois l'expérience et le savoir, et dans lequel on sent grandir sa puissance d'affecter et d'être affecté. Frank Zappa répond...

    La main gauche de David Lynch. Twin Peaks et la fin de la télévision

    Considéré par Cyril De Graeve (qui l'a mis en couverture de Chronicart) comme une des « pop-stars méconnues » de notre temps, par Philippe Nassif (qui l'a encensé dans les pages de Technikart) comme « notre Greil Marcus », ou par Philippe Manoeuvre (qui a édité son dernier livre, Cabala Le...

    Led Zepellin Occulte

    Traversée de formes empruntant à trois sources fondamentales (blues, musiques celte et orientale) Led Zeppelin reste le symbole sans équivalent d'une société secrète rock. Plongeant dans le corpus zeppelinien des neuf albums mythiques, Pacôme Thiellement propose une relecture gnostique de l'O...

    Voir tous les livres de Pacôme Thiellement

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Six mois après l'arrivée de Mitterrand au pouvoir, Droit de Réponse, l'émission de Michel Polac, est consacrée à la fin de Charlie Hebdo. Dominique Jamet et Jean-François Kahn plastronnent, un groupe de lycéens bafouillent que l'époque est formidable, Desproges, Gainsbourg, Renaud sont trop inconscients pour mesurer le sens de ce qu'ils sont en train de vivre. Au fond du plateau, quatre figures sortent de l'ombre : Cavanna, accablé par la mauvaise conscience ; le Professeur Choron, le seul à saisir l'abjection absurde dans laquelle ils sont tombés, hurlant sans micro ; Jean Bourdier de Minute à qui Siné décide de casser la gueule ; Bernard Tapie, enfin, le jeune patron de Manufrance, monstre froid venant de l'avenir. Personne ne saisit alors qu'il est leur véritable fossoyeur. L'esprit Hara-Kiri disparut ce soir-là, et avec lui un rire jaune, désormais ringardisé par des adversaires ayant cyniquement appris le langage de la provocation " bête et méchante " (de Tapie à Besson), et récupéré par des gagmen limités dans leurs visions comme dans leurs expressions (de Canal + à Ruquier). L'humour n'était certainement plus une arme de lutte ou de déstabilisation du monde politique, il devenait - des Bronzés à Philippe Val - la pilule pour nous faire avaler... la pilule. Il y a deux types de rire : le petit rire né de la soumission aux limites, et le grand rire né de la confrontation à l'illimité, de la mise en pièces de nos conditionnements. Choron provoquait un grand rire. Il était un samouraï, une figure théâtrale de violence et de distinction. De 1982 à 2012, s'est installé un système qui a déposé les armes de l'humour. Preuve en est la forme privilégiée du " chroniqueur ", mi-humoriste, mi-valet du pouvoir, nul en tout mais présent partout, ne sachant rien faire mais parlant tout le temps très fort, et toujours dans la bonne humeur. D'une puissance illimitée pour détruire les impostures des années Pompidou-Giscard, Choron, Reiser et Gébé auront été mille fois moins forts pour analyser les nouvelles formes de violence incarnées par Mitterrand et son staff, acquis aux ruses de l'autodérision et de la provocation. Jouer la violence anarchique quand le pouvoir est représenté par des boulangères (Nadine Morano) ou des profs de natation (Frédéric Lefebvre) n'a plus beaucoup de sens. Il faut renoncer à l'humour quand le rire ne provoque plus que le petit rire de l'acceptation des choses. Tous les Chevaliers sauvages est un voyage dans la France et les Etats-Unis de l'après-guerre, de leurs plus grandes créations jusqu'à leurs plus grands leurres. C'est également un tombeau de Choron, Reiser, Gébé, Andy Kaufman, valeureux héros d'une époque révolue où l'humour fonctionnait comme un substitut à la guerre. Or, il faut renoncer à l'humour comme à la guerre parce que désormais nous attend quelque chose de bien plus violent et de beaucoup plus drôle...