share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mes envies de vivre : Mes plus belles histoires de table

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mes envies de vivre : Mes plus belles histoires de table

Mes envies de vivre : Mes plus belles histoires de table

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Mes envies de vivre : Mes plus belles histoires de table"

    Mes envies de vivre font appel au souvenir, sans nostalgie. Elles ont pour nom Léontine, Raymond, Lily, Marianne, Jeanne, Henri, etc. Tous ces gens qui m'ont appris à aimer l'instant qui passe, quand j'étais enfant, quand j'ai grandi. Quand l'envie de vivre se faisait désirer. Chacun d'eux est pour moi le héros d'une belle histoire venue se fondre à la mienne. Raymond, le balayeur chef de Clermont, me faisait écouter, à moi, le balayeur apprenti, le chant d'un rossignol qu'il était seul à connaître. Petits bonheurs pour petites gens, disait-il. Ma grand-mère Louise enfermait dans son coffre à linge ce pâté de pommes de terre que nous aimions tant manger chez elle : " Mes enfants, je suis vieille et fatiguée. " Le pâté apparaissait, elle nous avait bien eus ! Jeanne, la psychanalyste rencontrée dans un centre de rééducation où j'enseignais la pantomime, cachait derrière son armoire un grand poème écrit sur le mur par Paul Éluard, un poème d'amour fou. Elle me nourrissait. " Les artistes ? Ils crèvent de faim ", disait-elle. Ce sont toujours les autres qui m'ont donné envie de vivre, et j'essaie par ce livre de leur rendre la politesse.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 186  pages
    • Dimensions :  2.0cmx13.6cmx21.0cm
    • Poids : 281.2g
    • Editeur :   Fayard Paru le
    • Collection : LITT.GENE.
    • ISBN :  2213635862
    • EAN13 :  9782213635866
    • Classe Dewey :  641.013

    D'autres livres de Jean-Luc Petitrenaud

    Petit lexique du petit

    Les idées les plus saugrenues sont souvent les plus savoureuses. Ainsi, à force de s’entendre parodié sinon pastiché par son ami Nicolas Canteloup, Jean-Luc Petitrenaud a décidé de relever ce drôle de défi : écrire un petit lexique gourmand du petit, alors qu’il est tendrement moqué ch...

    52 Tartines du dimanche soir : Par les plus grands chefs de France

    Pour donner un air de fête à vos dimanches et oublier la morosité des fins de week-end, Jean-Luc Petitrenaud, le célèbre journaliste gastronomique, vous livre sa recette : 52 grands chefs ont rassemblé leur savoir-faire pour vous proposer tout autant de tartines gourmandes, pleines de saveurs...

    Voir tous les livres de Jean-Luc Petitrenaud

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Mes envies de vivre font appel au souvenir, sans nostalgie. Elles ont pour nom Léontine, Raymond, Lily, Marianne, Jeanne, Henri, etc. Tous ces gens qui m'ont appris à aimer l'instant qui passe, quand j'étais enfant, quand j'ai grandi. Quand l'envie de vivre se faisait désirer. Chacun d'eux est pour moi le héros d'une belle histoire venue se fondre à la mienne. Raymond, le balayeur chef de Clermont, me faisait écouter, à moi, le balayeur apprenti, le chant d'un rossignol qu'il était seul à connaître. Petits bonheurs pour petites gens, disait-il. Ma grand-mère Louise enfermait dans son coffre à linge ce pâté de pommes de terre que nous aimions tant manger chez elle : " Mes enfants, je suis vieille et fatiguée. " Le pâté apparaissait, elle nous avait bien eus ! Jeanne, la psychanalyste rencontrée dans un centre de rééducation où j'enseignais la pantomime, cachait derrière son armoire un grand poème écrit sur le mur par Paul Éluard, un poème d'amour fou. Elle me nourrissait. " Les artistes ? Ils crèvent de faim ", disait-elle. Ce sont toujours les autres qui m'ont donné envie de vivre, et j'essaie par ce livre de leur rendre la politesse.