share_book
Envoyer cet article par e-mail

Correspondance: Volume "0" septembre 1951 - juillet 1957

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Correspondance: Volume "0" septembre 1951 - juillet 1957

Correspondance: Volume "0" septembre 1951 - juillet 1957

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Correspondance: Volume "0" septembre 1951 - juillet 1957"

Comme annoncé dès le début de leur publication, ce dernier volume (augmenté d'un index des noms cités) – qui va de 1951 à la fondation de l'Internationale situationniste en 1957 – précède chronologiquement les sept volumes déjà publiés de la Correspondance de Guy Debord. Ont été regroupés, en annexe, des rectificatifs, mais principalement de nombreuses "lettres retrouvées" – le plus souvent d'ailleurs auprès de leurs propres destinataires ou ayants droit. Toutefois, malgré les lacunes particulièrement regrettables au regard des années 50, rien, semblerait-il, n’est tout à fait à désespérer. En effet, l'État français, qui s'est, depuis 2009, porté acquéreur de l'ensemble des « Archives Guy Debord », – le bruit qu’on en a fait est pour nous plaire : car la gloire est un scandale – les a, de surcroît, classées au rang exceptionnel de Trésor national.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 400  pages
  • Dimensions :  3.4cmx16.2cmx22.8cm
  • Poids : 979.8g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Essais
  • ISBN :  2213655804
  • EAN13 :  9782213655802
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Guy Debord

La société du spectacle

Guy Debord (1931-1994) a suivi dans sa vie, jusqu'à la mort qu'il s'est choisie, une seule règle. Celle-là même qu'il résume dans l'Avertissement pour la troisième édition française de son livre La Société du Spectacle « Il faut lire ce livre en considérant qu'il a été sciemment [....

Commentaires sur La société du spectacle

" J'ai du reste ajouté, en leur temps d'autres observations touchant les plus remarquables nouveautés que le cours ultérieur du même processus devait faire apparaître. En 1979, à l'occasion d'une préface destinée à une nouvelle traduction italienne, j'ai traité des transformations ...

Oeuvres

Ce volume, présenté dans l'ordre chronologique, contient : Tous les livres de Guy Debord : Rapport sur la construction des situations, Mémoires, La Société du spectacle, La Véritable Scission dans l'Internationale, Préface à la quatrième édition italienne de " La Société du spectacle ...

Voir tous les livres de Guy Debord

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Comme annoncé dès le début de leur publication, ce dernier volume (augmenté d'un index des noms cités) – qui va de 1951 à la fondation de l'Internationale situationniste en 1957 – précède chronologiquement les sept volumes déjà publiés de la Correspondance de Guy Debord. Ont été regroupés, en annexe, des rectificatifs, mais principalement de nombreuses "lettres retrouvées" – le plus souvent d'ailleurs auprès de leurs propres destinataires ou ayants droit. Toutefois, malgré les lacunes particulièrement regrettables au regard des années 50, rien, semblerait-il, n’est tout à fait à désespérer. En effet, l'État français, qui s'est, depuis 2009, porté acquéreur de l'ensemble des « Archives Guy Debord », – le bruit qu’on en a fait est pour nous plaire : car la gloire est un scandale – les a, de surcroît, classées au rang exceptionnel de Trésor national.