share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nous revenons comme des ombres

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nous revenons comme des ombres

Nous revenons comme des ombres

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nous revenons comme des ombres"

Comme les mousquetaires d'Alexandre Dumas, les ombres que l'on retrouve en 1941, vingt ans après leur première apparition dans Ombre de l'ombre, sont au nombre de quatre. Fermín Valencia Taivo, surnommé le Poète, subsiste en écrivant sous pseudonyme des romans pornographiques. Ce manchot malhabile, sous le nom de A39, est aussi un agent secret du ministère de l'Intérieur qui surveille à Mexico un réseau d'espions pronazis. Le deuxième, ancien marin chinois nommé Tomás Wong, après avoir participé en Chine, à la longue marche de Mao Tse Toung, travaille à l'édification d'une route dans la forêt amazonienne et tombe sur un nid de soldats allemands qu'il va tenter d'éliminer. Le troisième, Pioquinto Manterola qui vivote comme journaliste au Popular, accepte, à la demande de deux écrivains allemands et marxistes, de protéger de VeraCruz jusqu'à Mexico un rabbin qui se dissimule sous une fausse identité portugaise. Quant au quatrième larron, Stanley Kowalski, jadis avocat des prostituées mexicaines, on le retrouve à Cuba où il veille, dans sa chambre, sur quatre-vingt-trois lingots d'or. Bientôt, il va convoquer ses vieux complices pour une partie de poker en présence du romancier Ernest Hemingway. Ce roman débridé peut se lire indépendamment de Ombre de l'ombre dans lequel apparaissaient pour la première fois les quatre protagonistes. On les retrouve au coeur d'un nouveau récit insensé. Comme le souligne le romancier mexicain Ignacio Paco Taibo : "Écrire un roman suppose une certaine perversité." Celle-ci se manifeste ici par un nombre élevé de chapitres (plus de 150) et de digressions, le tout animé avec une verve narrative peu commune. --Claude Mesplède --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 522  pages
  • Dimensions :  2.2cmx11.2cmx17.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages Noir
  • ISBN :  2743612274
  • EAN13 :  9782743612276
  • Classe Dewey :  863.64

D'autres livres de Paco Ignacio Taibo II

Archanges : Douze histoires de révolutionnaires sans révolution possible

Dans un monde qui ne s'intéresse qu'aux victoires, voici douze histoires de défaites terribles mais héroïques. Des histoires qui parlent de la ténacité, du respect des principes, de la politique comme morale tragique. Du délire du syndicat des meilleurs peintres muralistes du monde et de leur...

Rêves de frontière

Héctor, le détective borgne de Paco Taibo II, part sur les traces d'une actrice de cinéma qu'il a bien connue lorsqu'ils étaient l'un et l'autre étudiants. Il la retrouve tout au long des villes qui jalonnent la frontière entre le Mexique et les états-unis. Elle dit être poursuivie par un po...

Des morts qui dérangent

En bon mexicain, Hector Belascoarân Shayne n'était pas du genre à s'effrayer devant l'absurde. Borgne, il voyait seulement la moitié de ce que voyaient les autres, mais de façon plus nette. Alors quand un homme récemment assassiné téléphone d'outre-tombe pour accuser un certain morales, res...

Mexico Noir

Enlèvements, pollution extrême, circulation infernale, narcotrafic, corruption généralisée : Mexico est un véritable monstre urbain, une mégalopole où règne la violence ordinaire. Les douze nouvelles inédites rassemblées dans cette anthologie explorent la géographie de cette forêt de b...

Voir tous les livres de Paco Ignacio Taibo II

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Comme les mousquetaires d'Alexandre Dumas, les ombres que l'on retrouve en 1941, vingt ans après leur première apparition dans Ombre de l'ombre, sont au nombre de quatre. Fermín Valencia Taivo, surnommé le Poète, subsiste en écrivant sous pseudonyme des romans pornographiques. Ce manchot malhabile, sous le nom de A39, est aussi un agent secret du ministère de l'Intérieur qui surveille à Mexico un réseau d'espions pronazis. Le deuxième, ancien marin chinois nommé Tomás Wong, après avoir participé en Chine, à la longue marche de Mao Tse Toung, travaille à l'édification d'une route dans la forêt amazonienne et tombe sur un nid de soldats allemands qu'il va tenter d'éliminer. Le troisième, Pioquinto Manterola qui vivote comme journaliste au Popular, accepte, à la demande de deux écrivains allemands et marxistes, de protéger de VeraCruz jusqu'à Mexico un rabbin qui se dissimule sous une fausse identité portugaise. Quant au quatrième larron, Stanley Kowalski, jadis avocat des prostituées mexicaines, on le retrouve à Cuba où il veille, dans sa chambre, sur quatre-vingt-trois lingots d'or. Bientôt, il va convoquer ses vieux complices pour une partie de poker en présence du romancier Ernest Hemingway. Ce roman débridé peut se lire indépendamment de Ombre de l'ombre dans lequel apparaissaient pour la première fois les quatre protagonistes. On les retrouve au coeur d'un nouveau récit insensé. Comme le souligne le romancier mexicain Ignacio Paco Taibo : "Écrire un roman suppose une certaine perversité." Celle-ci se manifeste ici par un nombre élevé de chapitres (plus de 150) et de digressions, le tout animé avec une verve narrative peu commune. --Claude Mesplède --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.