share_book
Envoyer cet article par e-mail

Comme un adieu dans une langue oubliée

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Comme un adieu dans une langue oubliée

Comme un adieu dans une langue oubliée

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Comme un adieu dans une langue oubliée"

Mémorialiste de lui-même, Guy Dupré signe ici un livre inclassable et éblouissant. Sont-ce les archives du siècle ? Des mémoires ? Un récit ? Une auto-fiction ? où il lève le rideau sur le spectacle de sa vie. Né à Fécamp de papa normand et de maman nippone, éprouvant encore les crispations de la faim et les frustrations de la guerre, Guy Dupré, éditeur chez Plon et journaliste à Paris-Match, pourrait se définir, selon sa formule, comme un agent de destruction dans une société pourrissante". Déjouant les contraintes de la chronologie, s'amusant à mêler les visages des femmes aimées et les figures revisitées de l'histoire littéraire, il dresse un théâtre d'ombres vivantes. Voici Jean Cocteau, "tout en mains, fanons et tendons". Voici Bernanos, en exil brésilien, réclamant l'aumône à son éditeur, la femme-enfant Lise Deharme, André Breton à l'âme expatriée, Gracq en sédentaire, Gabriel Marcel et sa tablette Ouija, l'avocat Stephen Hecquet dont un "monsieur muscle" a sculpté le visage. Le noir et blanc de la première guerre mondiale s'anime. Les chevaux piaffent, et à l'arrière, Marcel Proust, raconté (imaginé, plutôt) par Guy Dupré. A côté de la littérature, sa passion, l'anti-conformiste Dupré parle aussi de l'histoire tragique : celle d'Hiroshima, par exemple, ou de Dien Biên Phu, qui le hante. Sens du portrait. Erudition où rien ne pèse. Jubilation de l'histoire, traversée, fouillée, revue. Les personnages de Guy Dupré vivent au présent perpétuel, de l'Indochine à Verdun, des salons aux charniers, comme si la mémoire les avait gardés farouchement intacts."

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 287  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.0cmx19.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Grasset 
  • ISBN :  2246400112
  • EAN13 :  9782246400110
  • Classe Dewey :  843

D'autres livres de Guy Dupré

Les fiancées sont froides ; Le Grand Coucher ; Les Mamantes

L'intrigue des Fiancées sont froides se déroule dans les années 1820-1830 sur les rivages de la Baltique, où un hussard déserte pour avoir enfreint les règles de son corps en se fiançant. Il devient écrivain public. Soutenu par les veuves et mères de 1814, il lève une phalange de femmes po...

Les fiancées sont froides

Sur les rivages de la Baltique, dans les années 1820-1830, un hussard déserte pour avoir enfreint les règles de son corps en se fiançant. Il devient écrivain public à Lubeck. Soutenu par l'amour des fiancées de 1814 et des veuves pour qui il remplace l'époux promis ou disparu dans les derni...

Dis-moi qui tu hantes

" Un des tout premiers écrivains français vivants ", a écrit Edmonde Charles-Roux de l'auteur des Fiancées sont froides. " L'un des plus grands écrivains français et finalement un des plus modernes qu'il soit donné de lire aujourd'hui " selon Marc Lambron. Cette couvre non romancée de Guy Du...

L'âme charnelle : Journal 1953-1978

Le journal commence en 1953 au moment où Guy Dupré entre chez Plon, l'éditeur de Barrès et de Bernanos, et publie son premier roman Les Fiancées sont froides, qui lui vaudra un accueil très favorable auprès des critiques : Mauriac, Albert Béguin entre autres salueront l'arrivée de ce jeune ...

Voir tous les livres de Guy Dupré

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Mémorialiste de lui-même, Guy Dupré signe ici un livre inclassable et éblouissant. Sont-ce les archives du siècle ? Des mémoires ? Un récit ? Une auto-fiction ? où il lève le rideau sur le spectacle de sa vie. Né à Fécamp de papa normand et de maman nippone, éprouvant encore les crispations de la faim et les frustrations de la guerre, Guy Dupré, éditeur chez Plon et journaliste à Paris-Match, pourrait se définir, selon sa formule, comme un agent de destruction dans une société pourrissante". Déjouant les contraintes de la chronologie, s'amusant à mêler les visages des femmes aimées et les figures revisitées de l'histoire littéraire, il dresse un théâtre d'ombres vivantes. Voici Jean Cocteau, "tout en mains, fanons et tendons". Voici Bernanos, en exil brésilien, réclamant l'aumône à son éditeur, la femme-enfant Lise Deharme, André Breton à l'âme expatriée, Gracq en sédentaire, Gabriel Marcel et sa tablette Ouija, l'avocat Stephen Hecquet dont un "monsieur muscle" a sculpté le visage. Le noir et blanc de la première guerre mondiale s'anime. Les chevaux piaffent, et à l'arrière, Marcel Proust, raconté (imaginé, plutôt) par Guy Dupré. A côté de la littérature, sa passion, l'anti-conformiste Dupré parle aussi de l'histoire tragique : celle d'Hiroshima, par exemple, ou de Dien Biên Phu, qui le hante. Sens du portrait. Erudition où rien ne pèse. Jubilation de l'histoire, traversée, fouillée, revue. Les personnages de Guy Dupré vivent au présent perpétuel, de l'Indochine à Verdun, des salons aux charniers, comme si la mémoire les avait gardés farouchement intacts."