share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les lettres du Yage

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les lettres du Yage

Les lettres du Yage

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les lettres du Yage"

Je suis allé jusqu'à Puerto Limon à peu près à 90 km de Macoa. On peut y aller en camion. Là j'ai trouvé un Indien intelligent et en dix minutes j'ai eu mon plant de vigne de Yage. Mais l'Indien ne voulait rien préparer, parce que le Brujo (le docteur- sorcier) en a le monopole. Ce vieux faux derche ivrogne chantonnait au-dessus d'un type qui évidemment avait la malaria. (Peut-être chassait-il l'esprit du mal pour le transférer dans le gringo. De toute façon deux semaines plus tard pile, j'ai eu une crise de malaria.) Le Brujo m'expliqua qu'il devait être à moitié saoul pour envoûter et guérir les gens. Le prix fort de l'alcool rendait les choses difficiles pour les malades, il ne tapait que deux cylindres pour une demi-biture. Je lui ai acheté une pinte d'aguardiente et il a bien voulu me préparer le Yage pour un autre litre. En fait, il a préparé une pinte - une infusion d'eau froide après avoir volé la moitié du plant - si bien que je n'ai rien ressenti. Mais ce soir-là j'ai fait un rêve éclatant couleur de la jungle verte, coucher de soleil rouge vu en fin d'après-midi. Une ville qui ne m'était pas familière et que je ne pouvais pas situer.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 99  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.0cmx16.4cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Herne Paru le
  • Collection : Carnets de l'Herne
  • ISBN :  2851979035
  • EAN13 :  9782851979032
  • Classe Dewey :  816.54

D'autres livres de William Burroughs

Le festin nu

Auteur emblématique de la Beat Generation, William Burroughs a marqué de son empreinte sulfureuse la littérature américaine des années soixante. Le manuscrit du Festin nu est un tel fatras de notes éparpillées qu'aucun éditeur n'accepte de le publier, d'autant que le contenu est d'une [.....

Le porte-lame

Depuis la parution du Festin nu en 1959, l'oeuvre de William S Burroughs (1914-1997) n'a cessé d'inspirer les créateurs contemporains - influençant, aussi bien le cinéma (Gus Van Sant, David Cronenberg) que les arts plastiques ou la scène rock. Sans doute est-ce sa brièveté qui explique [....

Junky

Gifle froide et piqûre dérangeante, le premier roman de Burroughs éclaire tout son oeuvre à venir. Car, loin du foudroiement stylistique du Festin nu ou de La Machine molle, le présent ouvrage est fabriqué de la réalité la plus crue, celle d'un héroïnomane en errance. Le manque et les [...

Le Festin Nu

Auteur emblématique de la Beat Generation, William Burroughs a marqué de son empreinte sulfureuse la littérature américaine des années soixante. Le manuscrit du Festin nu est un tel fatras de notes éparpillées qu'aucun éditeur n'accepte de le publier, d'autant que le contenu est d'une obscé...

Voir tous les livres de William Burroughs

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Je suis allé jusqu'à Puerto Limon à peu près à 90 km de Macoa. On peut y aller en camion. Là j'ai trouvé un Indien intelligent et en dix minutes j'ai eu mon plant de vigne de Yage. Mais l'Indien ne voulait rien préparer, parce que le Brujo (le docteur- sorcier) en a le monopole. Ce vieux faux derche ivrogne chantonnait au-dessus d'un type qui évidemment avait la malaria. (Peut-être chassait-il l'esprit du mal pour le transférer dans le gringo. De toute façon deux semaines plus tard pile, j'ai eu une crise de malaria.) Le Brujo m'expliqua qu'il devait être à moitié saoul pour envoûter et guérir les gens. Le prix fort de l'alcool rendait les choses difficiles pour les malades, il ne tapait que deux cylindres pour une demi-biture. Je lui ai acheté une pinte d'aguardiente et il a bien voulu me préparer le Yage pour un autre litre. En fait, il a préparé une pinte - une infusion d'eau froide après avoir volé la moitié du plant - si bien que je n'ai rien ressenti. Mais ce soir-là j'ai fait un rêve éclatant couleur de la jungle verte, coucher de soleil rouge vu en fin d'après-midi. Une ville qui ne m'était pas familière et que je ne pouvais pas situer.