share_book
Envoyer cet article par e-mail

Un temps pour vivre, un temps pour mourir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Un temps pour vivre, un temps pour mourir

Un temps pour vivre, un temps pour mourir

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Un temps pour vivre, un temps pour mourir"

La publication de ce livre, en 1954, fut très mal accueillie en Allemagne. Il venait rouvrir des plaies fraîches, profondes, qui n'allaient pas cicatriser de sitôt : l'Allemagne enterrait à peine ses morts, se relevait tout juste de ses ruines, et voulait se tourner exclusivement vers l'avenir. Remarque la replongeait dans la boue, le sang, les décombres et la honte. La très grande force de ce texte – véritable monument – tient en grande partie à son extrême sobriété. Remarque se garde soigneusement de tout accent lyrique ou moralisateur. Il décrit les mécanismes de la peur et de la cruauté, les bombardements, la crucifixion des corps et des âmes avec une égale sérénité. L'horreur de cet enfer – le front russe, l'Allemagne en flammes – se suffit à elle-même. Mais il sait aussi parer son héros, son héroïne, d'une grâce tendre et délicate : la violence creuse ses tranchées à ciel ouvert dans un magasin de fines porcelaines où s'attarde parfois un timide rayon de lumière. On n'ose parler d'art, tant le discours reste contenu, d'une discrétion absolue. Mais on salue, chapeau bas, un authentique chef-d'œuvre. --Scarbo --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 507  pages
  • Dimensions :  2.6cmx10.8cmx17.6cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  207030941X
  • EAN13 :  9782070309412
  • Classe Dewey :  833.912
  • Langue : Français

D'autres livres de Erich M Remarque

L'obélisque noir

1923-1924 : deux années folles en Allemagne, où une inflation démentielle ruine les salariés et enrichit les affairistes. Employé à la firme " Henri Kroll et fils, monuments funéraires ", Louis vend des pierres tombales et des sculptures commémoratives. Le moment est favorable à ceux qui vi...

Voir tous les livres de Erich M Remarque

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La publication de ce livre, en 1954, fut très mal accueillie en Allemagne. Il venait rouvrir des plaies fraîches, profondes, qui n'allaient pas cicatriser de sitôt : l'Allemagne enterrait à peine ses morts, se relevait tout juste de ses ruines, et voulait se tourner exclusivement vers l'avenir. Remarque la replongeait dans la boue, le sang, les décombres et la honte. La très grande force de ce texte – véritable monument – tient en grande partie à son extrême sobriété. Remarque se garde soigneusement de tout accent lyrique ou moralisateur. Il décrit les mécanismes de la peur et de la cruauté, les bombardements, la crucifixion des corps et des âmes avec une égale sérénité. L'horreur de cet enfer – le front russe, l'Allemagne en flammes – se suffit à elle-même. Mais il sait aussi parer son héros, son héroïne, d'une grâce tendre et délicate : la violence creuse ses tranchées à ciel ouvert dans un magasin de fines porcelaines où s'attarde parfois un timide rayon de lumière. On n'ose parler d'art, tant le discours reste contenu, d'une discrétion absolue. Mais on salue, chapeau bas, un authentique chef-d'œuvre. --Scarbo --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.