share_book
Envoyer cet article par e-mail

Moi, Marilyn

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Moi, Marilyn

Moi, Marilyn

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Moi, Marilyn"

On croit tout savoir, avoir tout lu de la vie de Marilyn Monroe, la star la plus adulée et la plus malheureuse qu'Hollywood ait portée, on croit que tout a été dit, tout et son contraire : qu'elle était stupide, qu'elle était intelligente, qu'elle était riche, qu'elle était démunie, qu'elle était calculatrice, qu'elle était folle, qu'elle était adorée, qu'elle était abandonnée - mais sa propre voix, son propre point de vue sur l'histoire, personne ne les a entendus. Il fallait tout le culot et toute la passion de Jean-Jacques Greif pour donner son timbre particulier à cette voix qui avait souvent autre chose à murmurer que des "pou pou pi dou" sucrés. Toute sa vie, Marilyn est ballottée. D'une famille d'adoption à une autre, tandis que sa mère est enfermée dans un asile psychiatrique. D'un amant décevant à un autre, d'un avortement à une fausse couche, alors qu'elle rêve d'être une épouse et une mère modèles. D'un studio hollywoodien à un autre, alors qu'elle cherche chez les producteurs et les metteurs en scène, comme chez ses maris successifs, le père qu'elle n'a jamais eu. D'un conseiller à un autre, alors que son esprit plein de jugeote et d'intuition est tout à fait capable de comprendre tout seul comment elle doit jouer et se perfectionner. D'un médecin à un autre, alors que ce n'est pas de somnifères, ni de calmants, ni de ces criminels hot shots de plateau (les piqûres qu'on inflige aux acteurs et aux techniciens pour qu'ils se surpassent après dix-huit heures de boulot) que son corps a besoin. Ballottée, emportée dans la tempête d'une célébrité qu'elle a désirée pour consoler en elle une petite fille mal aimée. Ce livre nous la rend plus attachante que jamais, fait un sort à quelques idées reçues et réussit la prouesse de nous faire entendre une Norma Jean Baker lucide, secrète et pudique, comme dans la chanson de Serge Gainsbourg, sans que jamais au fil des pages soit ébranlé le mythe Marilyn Monroe.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 238  pages
  • Dimensions :  1.8cmx12.6cmx19.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   L'ecole Des Loisirs Paru le
  • Collection : Médium
  • ISBN :  2211046525
  • EAN13 :  9782211046527
  • Classe Dewey :  791.4309

D'autres livres de Jean-Jacques Greif

Le ring de la mort

Auschwitz, 1941.L'usine à fabriquer des cadavres. Pendant quatre ans, des millions de Juifs vont laisser leur vie dans les camps nazis. Quelques milliers seulement reviendront, ni sains, ni saufs, mais survivants. Moshé, dit Maurice, fait partie de ceux-là. Les insultes antisémites, sa petite...

Nine Eleven

Sujet : 11 septembre 2001.Le matin d'un jour comme les autres dans le sud de Manhattan.Une belle journée de fin d'été. Les élèves vont au lycée ou à l'école, les parents sont au travail. Architectes, courtiers, informaticiens, enfants, enseignants, tous croient à un accident lorsqu'un [....

J'ai mal aux maths mais je me soigne

J'ai le triple de l'âge de mon fils, mais dans vingt ans j'aurai le double. Quel âge ai-je ? Aïe, ouille, oh là là, quel casse-tête ! J'ai jamais rien compris aux maths. Pitié ! Pas de panique. Les mathématiques ont été inventées par des idiots comme vous et moi, donc n'importe quel [....

Voir tous les livres de Jean-Jacques Greif

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

On croit tout savoir, avoir tout lu de la vie de Marilyn Monroe, la star la plus adulée et la plus malheureuse qu'Hollywood ait portée, on croit que tout a été dit, tout et son contraire : qu'elle était stupide, qu'elle était intelligente, qu'elle était riche, qu'elle était démunie, qu'elle était calculatrice, qu'elle était folle, qu'elle était adorée, qu'elle était abandonnée - mais sa propre voix, son propre point de vue sur l'histoire, personne ne les a entendus. Il fallait tout le culot et toute la passion de Jean-Jacques Greif pour donner son timbre particulier à cette voix qui avait souvent autre chose à murmurer que des "pou pou pi dou" sucrés. Toute sa vie, Marilyn est ballottée. D'une famille d'adoption à une autre, tandis que sa mère est enfermée dans un asile psychiatrique. D'un amant décevant à un autre, d'un avortement à une fausse couche, alors qu'elle rêve d'être une épouse et une mère modèles. D'un studio hollywoodien à un autre, alors qu'elle cherche chez les producteurs et les metteurs en scène, comme chez ses maris successifs, le père qu'elle n'a jamais eu. D'un conseiller à un autre, alors que son esprit plein de jugeote et d'intuition est tout à fait capable de comprendre tout seul comment elle doit jouer et se perfectionner. D'un médecin à un autre, alors que ce n'est pas de somnifères, ni de calmants, ni de ces criminels hot shots de plateau (les piqûres qu'on inflige aux acteurs et aux techniciens pour qu'ils se surpassent après dix-huit heures de boulot) que son corps a besoin. Ballottée, emportée dans la tempête d'une célébrité qu'elle a désirée pour consoler en elle une petite fille mal aimée. Ce livre nous la rend plus attachante que jamais, fait un sort à quelques idées reçues et réussit la prouesse de nous faire entendre une Norma Jean Baker lucide, secrète et pudique, comme dans la chanson de Serge Gainsbourg, sans que jamais au fil des pages soit ébranlé le mythe Marilyn Monroe.