share_book
Envoyer cet article par e-mail

Histoire du couple en France, de la Renaissance à nos jours

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Histoire du couple en France, de la Renaissance à nos jours

Histoire du couple en France, de la Renaissance à nos jours

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Histoire du couple en France, de la Renaissance à nos jours"

Le petit Éros, emblème de l'amour, semble depuis toujours narguer les amoureux. Cet écervelé décoche ses flèches au hasard ou charge les épaules des époux d'un joug pesant. C'est du moins ainsi que l'ont conçu les peintres et les poètes qui l'ont célébré. L'amour et le mariage sont-ils vraiment incompatibles ? D'abord utile à la survie des individus dans une société fondée sur le partage sexuel des tâches et sur l'insertion dans un réseau de solidarités, le couple s'est construit dans l'imaginaire des Français, depuis la Renaissance, sur les réflexions de l'humanisme, des Réformes et du catholicisme. Pour triompher, il lui a fallu ébranler les logiques familiales établies et s'imposer dans le mariage, en y intégrant l'amour. Si l'autorité royale soutenait les familles et donnait pouvoir aux parents de décider de l'avenir de leurs enfants, l'Église rappelait que la liberté individuelle était un principe fondamental et insistait sur la qualité de l'amour conjugal. En effet, que deviennent les sentiments intimes lorsque les mariages sont arrangés ? Que penser de la relation conjugale lorsqu'un libre choix n'en est pas l'origine ? La question traverse les époques. Au XVIIe siècle, l'amour est tantôt perçu comme un défi personnel qui révèle la qualité des êtres, tantôt comme un danger. Au siècle des Lumières, on se met à rêver d'une vie conjugale paisible apportant un bonheur familial sans ombre. La Révolution fait le pari qu'en changeant les conditions sociales et politiques, on assurera enfin les mariages d'amour. En réalité, l'opposition entre les sexes sort renforcée de cette période, le dialogue dans le couple paraît compromis. Pourtant, l'aspiration à un équilibre entre les attentes personnelles et les logiques familiales demeure. À partir des années 1880, le mariage d'amour s'impose, rendant possible le triomphe du couple qui progressivement se charge d'érotisme et de sensualité. Reposant exclusivement sur l'affection et la séduction, le couple est désormais menacé par la fragilité des sentiments. Des gens mariés du XVIIe siècle aux concubins du XXe, en passant par le ménage bourgeois du XIXe, le couple a subi de multiples métamorphoses. À l'heure du Pacs, est-il encore une valeur de référence ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 222  pages
  • Dimensions :  2.0cmx15.2cmx22.2cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Ouest-France Paru le
  • Collection : De memoire d'homme l'histoire
  • ISBN :  2737328403
  • EAN13 :  9782737328404
  • Classe Dewey :  944

D'autres livres de Agnès Walch

La marquise de Brinvilliers

Le 17 juillet 1676, à huit heures du soir, cinq jours avant son quarante-sixième anniversaire, Marie-Madeleine d'Aubray, marquise de Brinvilliers, fut décapitée en place de Grève à Paris devant une foule agitée, puis impressionnée par le courage de cette petite femme au corps si frêle. " El...

Histoire de l'adultère : XVIe-XIXe siècle

Il y a la belle Angélique qui n'en pouvait plus, Perrette et ses amants, Jean dont le retour n'est pas attendu ni même souhaité, les dames galantes, les maîtresses royales ; il y a monsieur de Montespan et sa calèche à cornes, des aventures sanglantes, joyeuses, terribles, tristes aussi. Les h...

Voir tous les livres de Agnès Walch

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le petit Éros, emblème de l'amour, semble depuis toujours narguer les amoureux. Cet écervelé décoche ses flèches au hasard ou charge les épaules des époux d'un joug pesant. C'est du moins ainsi que l'ont conçu les peintres et les poètes qui l'ont célébré. L'amour et le mariage sont-ils vraiment incompatibles ? D'abord utile à la survie des individus dans une société fondée sur le partage sexuel des tâches et sur l'insertion dans un réseau de solidarités, le couple s'est construit dans l'imaginaire des Français, depuis la Renaissance, sur les réflexions de l'humanisme, des Réformes et du catholicisme. Pour triompher, il lui a fallu ébranler les logiques familiales établies et s'imposer dans le mariage, en y intégrant l'amour. Si l'autorité royale soutenait les familles et donnait pouvoir aux parents de décider de l'avenir de leurs enfants, l'Église rappelait que la liberté individuelle était un principe fondamental et insistait sur la qualité de l'amour conjugal. En effet, que deviennent les sentiments intimes lorsque les mariages sont arrangés ? Que penser de la relation conjugale lorsqu'un libre choix n'en est pas l'origine ? La question traverse les époques. Au XVIIe siècle, l'amour est tantôt perçu comme un défi personnel qui révèle la qualité des êtres, tantôt comme un danger. Au siècle des Lumières, on se met à rêver d'une vie conjugale paisible apportant un bonheur familial sans ombre. La Révolution fait le pari qu'en changeant les conditions sociales et politiques, on assurera enfin les mariages d'amour. En réalité, l'opposition entre les sexes sort renforcée de cette période, le dialogue dans le couple paraît compromis. Pourtant, l'aspiration à un équilibre entre les attentes personnelles et les logiques familiales demeure. À partir des années 1880, le mariage d'amour s'impose, rendant possible le triomphe du couple qui progressivement se charge d'érotisme et de sensualité. Reposant exclusivement sur l'affection et la séduction, le couple est désormais menacé par la fragilité des sentiments. Des gens mariés du XVIIe siècle aux concubins du XXe, en passant par le ménage bourgeois du XIXe, le couple a subi de multiples métamorphoses. À l'heure du Pacs, est-il encore une valeur de référence ?