share_book
Envoyer cet article par e-mail

Popolôrepô : Morceaux choisis par un imbécile et illustrés par un autre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Popolôrepô : Morceaux choisis par un imbécile et illustrés par un autre

Popolôrepô : Morceaux choisis par un imbécile et illustrés par un autre

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Popolôrepô : Morceaux choisis par un imbécile et illustrés par un autre"

" L'été. Une maison pleine de livres. Grands-parents, oncles, tantes et une trentaine de cousins se sont donné le mot. Popolôrepô est devenu, au fil du temps, un synonyme de chacune de leurs enfances. Ceux d'entre nous qui prétendaient avoir lu ce livre mythique p méritaient le respect. Ils nous avaient présenté une troupe de personnages originaux que la musique des mots mettait en mouvement. Fatty fessait à feu son fils insupportable; le mari aigri maigrissait à vue d'oeil; pour quelle obscure raison le marin ami de l'amiral n'aimait-il donc pas la mie? C'était à celui d'entre nous qui saisirait à la volée l'occasion de placer les fameuses phrases phonétiquement farfelues. Les assonances que nous préférions étaient celles dont le sens nous échappait. Le cornac caltrac (sic) ou le petit potard pâle nous conféraient des pouvoirs de grands initiés. Le savions-nous? Notre Popolôrepô était un livre d'artiste, tiré à 300 exemplaires, en 1927, par le couturier Paul Poiret, à l'intention de ses amis. Poiret confectionne de délicats calligrammes dont la typographie Artdéco impose à ses textes des contorsions phonétiques et alphabétiques inouïes. Déchiffrées, ces devinettes dadaïstes, lettristes avant la lettre, deviennent autant de comptines délectables. On pense à Boby Lapointe, à Georges Perec et à l'Oulipo de l'imagination sous contraintes. Remarquable dessinateur de mode, Paul Poiret demande pourtant à Pierre Fau des illustrations dans le style expressionniste. II éclaire les phonèmes énigmatiques dans les moindres détails et fait naître une inoubliable série de personnages drôles et inquiétants, dépassés par l'absurdité de leur situation. Paul Poiret a dessiné ses textes, son illustrateur en raconte les histoires. Entre SMS et bande dessinée, c'est dans un tel livre que toute une famille aura appris à lire "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 64  pages
  • Dimensions :  1.2cmx16.8cmx19.6cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Editions Chandeigne Paru le
  • Collection : SERIE ILLUSTREE
  • ISBN :  2915540314
  • EAN13 :  9782915540314
  • Classe Dewey :  847

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" L'été. Une maison pleine de livres. Grands-parents, oncles, tantes et une trentaine de cousins se sont donné le mot. Popolôrepô est devenu, au fil du temps, un synonyme de chacune de leurs enfances. Ceux d'entre nous qui prétendaient avoir lu ce livre mythique p méritaient le respect. Ils nous avaient présenté une troupe de personnages originaux que la musique des mots mettait en mouvement. Fatty fessait à feu son fils insupportable; le mari aigri maigrissait à vue d'oeil; pour quelle obscure raison le marin ami de l'amiral n'aimait-il donc pas la mie? C'était à celui d'entre nous qui saisirait à la volée l'occasion de placer les fameuses phrases phonétiquement farfelues. Les assonances que nous préférions étaient celles dont le sens nous échappait. Le cornac caltrac (sic) ou le petit potard pâle nous conféraient des pouvoirs de grands initiés. Le savions-nous? Notre Popolôrepô était un livre d'artiste, tiré à 300 exemplaires, en 1927, par le couturier Paul Poiret, à l'intention de ses amis. Poiret confectionne de délicats calligrammes dont la typographie Artdéco impose à ses textes des contorsions phonétiques et alphabétiques inouïes. Déchiffrées, ces devinettes dadaïstes, lettristes avant la lettre, deviennent autant de comptines délectables. On pense à Boby Lapointe, à Georges Perec et à l'Oulipo de l'imagination sous contraintes. Remarquable dessinateur de mode, Paul Poiret demande pourtant à Pierre Fau des illustrations dans le style expressionniste. II éclaire les phonèmes énigmatiques dans les moindres détails et fait naître une inoubliable série de personnages drôles et inquiétants, dépassés par l'absurdité de leur situation. Paul Poiret a dessiné ses textes, son illustrateur en raconte les histoires. Entre SMS et bande dessinée, c'est dans un tel livre que toute une famille aura appris à lire "