share_book
Envoyer cet article par e-mail

Maria ou le Malheur d'être femme : Ouvrage posthume de Mary Wollstonecraft Godwin: initié de l'anglais par B.Ducos

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Maria ou le Malheur d'être femme : Ouvrage posthume de Mary Wollstonecraft Godwin: initié de l'anglais par B.Ducos

Maria ou le Malheur d'être femme : Ouvrage posthume de Mary Wollstonecraft Godwin: initié de l'anglais par B.Ducos

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Maria ou le Malheur d'être femme : Ouvrage posthume de Mary Wollstonecraft Godwin:..."

Mary Wollstonecraft (1759-1797), femme du philosophe radical William Godwin et mère de celle qui deviendrait Mary Shelley a marqué l'histoire intellectuelle par sa Défense des droits de la femme (1792), considérée comme le premier manifeste du féminisme moderne. Journaliste, analyste de la Révolution française, elle est aussi l'auteur de deux romans, Mary (1788) et Maria, ou, le Malheur d'être femme (1798), publié peu après sa mort par Godwin. Ce second roman est d'une modernité, étonnante. L'héroïne, enfermée dans un asile de fous par son mari qui veut s'approprier sa fortune, refuse de se laisser intimider, et se gagne, la sympathie, et l'appui, de Jemima, sa geôlière, et d'un autre prisonnier, Darnford, lui aussi incarcéré de manière abusive. Le destin de ces trois personnages montre l'intrication entre oppression domestique et oppression politique. L'originalité de la forme narrative donne toute sa force à la revendication féministe et, plus largement, politique : le récit principal contient de longs récits enchâssés, où la première personne succède .à la narration omnisciente. Le roman met à distance les canons esthétiques et éthiques du roman de la sensibilité, dans le cadre d'une mise en cause radicale du mariage, qui aboutit à un Plaidoyer pour le divorce.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 129  pages
  • Dimensions :  1.0cmx15.6cmx23.2cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Pu Saint-Etienne Paru le
  • Collection : Lire le Dix-huitième Siècle
  • ISBN :  2862723967
  • EAN13 :  9782862723969
  • Classe Dewey :  823.6

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Mary Wollstonecraft (1759-1797), femme du philosophe radical William Godwin et mère de celle qui deviendrait Mary Shelley a marqué l'histoire intellectuelle par sa Défense des droits de la femme (1792), considérée comme le premier manifeste du féminisme moderne. Journaliste, analyste de la Révolution française, elle est aussi l'auteur de deux romans, Mary (1788) et Maria, ou, le Malheur d'être femme (1798), publié peu après sa mort par Godwin. Ce second roman est d'une modernité, étonnante. L'héroïne, enfermée dans un asile de fous par son mari qui veut s'approprier sa fortune, refuse de se laisser intimider, et se gagne, la sympathie, et l'appui, de Jemima, sa geôlière, et d'un autre prisonnier, Darnford, lui aussi incarcéré de manière abusive. Le destin de ces trois personnages montre l'intrication entre oppression domestique et oppression politique. L'originalité de la forme narrative donne toute sa force à la revendication féministe et, plus largement, politique : le récit principal contient de longs récits enchâssés, où la première personne succède .à la narration omnisciente. Le roman met à distance les canons esthétiques et éthiques du roman de la sensibilité, dans le cadre d'une mise en cause radicale du mariage, qui aboutit à un Plaidoyer pour le divorce.