share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jim Morrison, ailleurs... : Les confidences de Jim Morrison à Sam Bernett

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jim Morrison, ailleurs... : Les confidences de Jim Morrison à Sam Bernett

Jim Morrison, ailleurs... : Les confidences de Jim Morrison à Sam Bernett

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jim Morrison, ailleurs... : Les confidences de Jim Morrison à Sam Bernett"

Jim Morrison a passé les trois derniers mois de sa vie à Paris. J'ai eu la chance de le rencontrer plusieurs fois au Rock'n'roll Circus. Une discothèque de Saint-Germain des Prés que j'avais créé et que j'animais. Jim appréciait particulièrement cet endroit où toute la faune musicienne internationale de l'époque aimait à se retrouver. Nous bavardions souvent ensemble au cours de ces soirées lorsque son état le permettait. Jim Morrison buvait énormément et se défonçait sans limite. De sorte que certaines conversations étaient surréalistes comme d'autres étaient brillantes. Je vous propose donc, en lisant cette bande dessinée de retrouver le florilège incomplet de quelques unes de nos conversations. J'ai souhaité en écrivant cette histoire vous transmettre mon émotion. Jim se confiait avec beaucoup de pudeur et de sincérité. Il me parlait de son écriture, de son oeuvre, de ses mots qui remplissaient des cahiers d'écolier. Souvent Jim était difficile à comprendre mais les mots étaient toujours justes. Jim Morrison était une personnalité complexe, splendide et insondable. Il luttait en permanence contre de nombreux démons intimes. En venant à Paris, Jim Morrison choisit de ne plus s'adresser aux foules pour n'écrire qu'à un seul individu : “Toi, lecteur !” Dès lors plus de concert, plus de grande messe, plus de provocation... Seule la puissance créatrice, ballotée entre la vacuité du monde et son gouffre. Pamela Courson, sa compagne jusqu'au dernier jour, fut une ancre et un démon de plus. Plus que personne, elle favorisa l'émergence du poète. Mais une ancre trop lourde, entraînant au fond l'esprit de Jim sans jamais trouver de rocher pour s'y arrimer. Jim Morrison mourut d'une dose d'héroïne dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971. Je l'ai retrouvé mort dans les toilettes du Rock'n'Roll Circus, mort d'un arrêt cardiaque foudroyant provoqué par la drogue. Son entourage a préféré le “faire mourir” chez lui, dans sa baignoire. Un fragment de l'histoire véritable est donc par nature un véritable mystère. Mais rien ne préfigurait l'immortalité du chanteur et l'immortalité du poète.

Détails sur le produit

  • Reliure : Cartonné
  • 48  pages
  • Dimensions :  1.0cmx23.6cmx31.8cm
  • Poids : 476.3g
  • Editeur :   Roymodus Editions Paru le
  • Collection : pars pro toto
  • ISBN :  2363630009
  • EAN13 :  9782363630001
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Sam Bernett

Johnny : 7 vies (1CD audio)

Un demi-siècle de feu, de transe, d'amour. Plus de mille chansons. Un rebelle qui eut autant de vies qu'un chat : le félin du rock. Une bête de scène ! Avant qu'il n'arrête là son équipée sauvage, Sam Bernett, qui le connaît depuis l'époque du Golf Drouot, raconte ici les sept vies de John...

Jim Morrison : James Douglas Morrison 8 décembre 1943 - 3 juillet 1971

40 ans après la disparition brutale du chanteur des Doors, la légende tient toujours : l'ange noir du Rock'n'Roll " est mort dans sa baignoire "... " Faux ! " témoigne avec force Sam Bernett. Dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971, Jim Morrison n'était plus accoudé au bar du Rock'n'Roll Circus... ...

Johnny 7 vies (nouvelle édition augmentée)

Soixante-quatre concerts depuis mars 2009, dont une quinzaine de stades... A 66 ans, l’idole, qui pour sa dernière tournée aura été applaudi par 1,2 million de spectateurs, semble en pleine possession de ses moyens. Pourtant, comme cette année 2009 aura été difficile ! Tumeur du côlon, her...

Eddy Mitchell

Il est si "chic" quand il interprète des rocks mythiques comme " Dactylo rock ", " La Voix d'Elvis ", ou quand il chante de sa voix fiévreuse et mélancolique " Couleur menthe à l'eau ", " Le Cimetière des éléphants ". Si " frenchy " aussi, lorsqu'il reprend les hits américains - " C'est la v...

Voir tous les livres de Sam Bernett

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Jim Morrison a passé les trois derniers mois de sa vie à Paris. J'ai eu la chance de le rencontrer plusieurs fois au Rock'n'roll Circus. Une discothèque de Saint-Germain des Prés que j'avais créé et que j'animais. Jim appréciait particulièrement cet endroit où toute la faune musicienne internationale de l'époque aimait à se retrouver. Nous bavardions souvent ensemble au cours de ces soirées lorsque son état le permettait. Jim Morrison buvait énormément et se défonçait sans limite. De sorte que certaines conversations étaient surréalistes comme d'autres étaient brillantes. Je vous propose donc, en lisant cette bande dessinée de retrouver le florilège incomplet de quelques unes de nos conversations. J'ai souhaité en écrivant cette histoire vous transmettre mon émotion. Jim se confiait avec beaucoup de pudeur et de sincérité. Il me parlait de son écriture, de son oeuvre, de ses mots qui remplissaient des cahiers d'écolier. Souvent Jim était difficile à comprendre mais les mots étaient toujours justes. Jim Morrison était une personnalité complexe, splendide et insondable. Il luttait en permanence contre de nombreux démons intimes. En venant à Paris, Jim Morrison choisit de ne plus s'adresser aux foules pour n'écrire qu'à un seul individu : “Toi, lecteur !” Dès lors plus de concert, plus de grande messe, plus de provocation... Seule la puissance créatrice, ballotée entre la vacuité du monde et son gouffre. Pamela Courson, sa compagne jusqu'au dernier jour, fut une ancre et un démon de plus. Plus que personne, elle favorisa l'émergence du poète. Mais une ancre trop lourde, entraînant au fond l'esprit de Jim sans jamais trouver de rocher pour s'y arrimer. Jim Morrison mourut d'une dose d'héroïne dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971. Je l'ai retrouvé mort dans les toilettes du Rock'n'Roll Circus, mort d'un arrêt cardiaque foudroyant provoqué par la drogue. Son entourage a préféré le “faire mourir” chez lui, dans sa baignoire. Un fragment de l'histoire véritable est donc par nature un véritable mystère. Mais rien ne préfigurait l'immortalité du chanteur et l'immortalité du poète.