share_book
Envoyer cet article par e-mail

Méfaits divers : Journal d'un frère

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Méfaits divers : Journal d'un frère

Méfaits divers : Journal d'un frère

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Méfaits divers : Journal d'un frère"

" J'avais coupé mon téléphone portable depuis deux jours et demi. Enfin, j'étais au calme, serein, bien, bien avec ma famille, ma compagne et les enfants. Chaque fois que je me retrouve dans la maison de l'île de Ré, je ressens cette sensation de bien-être, d'apaisement, de plénitude presque. Je suis tombé amoureux de l'île de Ré il y a vingt ans en même temps que de ma femme, Rétaise d'origine. Sa famille y est installée depuis le XVIIe siècle au moins et c'était notre destination fétiche bien avant que les Parisiens en fassent une réserve à la mode. Ce coin est mon refuge, notre refuge, je m'y retrouve, je nous retrouve. Alors, oui, ce lundi 28 juillet 2003, je vais vraiment très bien. J'allais vraiment très bien. " Xavier Cantat ne parle au nom de personne et surtout pas au nom de Bertrand, qui, aujourd'hui encore, n'a d'autre issue que de survivre sans voix au milieu du fracas assourdissant de ses tourments. Ces faits n'appartiennent qu'à lui. Il vous les livre tels quels, conscient de leur part de subjectivité. Pendant plus d'un an, il a partagé sa vie entre Bordeaux et Vilnius, pour soutenir son frère, accablé par la peine, la prison et la presse. Il confie ici ses blessures d'homme indigné.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 211  pages
  • Dimensions :  1.7cmx15.3cmx23.8cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Editions Michalon Paru le
  • Collection : Documents
  • ISBN :  2841862534
  • EAN13 :  9782841862535
  • Classe Dewey :  364
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" J'avais coupé mon téléphone portable depuis deux jours et demi. Enfin, j'étais au calme, serein, bien, bien avec ma famille, ma compagne et les enfants. Chaque fois que je me retrouve dans la maison de l'île de Ré, je ressens cette sensation de bien-être, d'apaisement, de plénitude presque. Je suis tombé amoureux de l'île de Ré il y a vingt ans en même temps que de ma femme, Rétaise d'origine. Sa famille y est installée depuis le XVIIe siècle au moins et c'était notre destination fétiche bien avant que les Parisiens en fassent une réserve à la mode. Ce coin est mon refuge, notre refuge, je m'y retrouve, je nous retrouve. Alors, oui, ce lundi 28 juillet 2003, je vais vraiment très bien. J'allais vraiment très bien. " Xavier Cantat ne parle au nom de personne et surtout pas au nom de Bertrand, qui, aujourd'hui encore, n'a d'autre issue que de survivre sans voix au milieu du fracas assourdissant de ses tourments. Ces faits n'appartiennent qu'à lui. Il vous les livre tels quels, conscient de leur part de subjectivité. Pendant plus d'un an, il a partagé sa vie entre Bordeaux et Vilnius, pour soutenir son frère, accablé par la peine, la prison et la presse. Il confie ici ses blessures d'homme indigné.