share_book
Envoyer cet article par e-mail

La tapisserie d'Aubusson et de Felletin

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La tapisserie d'Aubusson et de Felletin

La tapisserie d'Aubusson et de Felletin

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La tapisserie d'Aubusson et de Felletin"

Ici, en ce Limousin, " terre bénie de la tapisserie ", tout commença avec les gestes des villageois qui, vivant en autarcie, fabriquaient leurs outils et leurs vêtements, tissaient la laine de leurs moutons, le lin et le chanvre de leurs terres. Ils s'y appliquaient si bien que, dès le Moyen-Age, leur province fut réputée pour ses épais tissus de laine, ses serges, ses droguets et ses solides draps. Mais des paisibles pacages et de leurs blancs moutons aux " verdures agrémentées de licornes, de dragons ailés, d'écureuils, de griffons et autres animaux ", n'y avait-il vraiment qu'une aiguillée de laine? Robert Guinot ne s'en tient pas à l'agreste mythe. Il nous rappelle, maintes sources à l'appui, combien croisades et migrations bouleversèrent cet horizon paisible et comment un artisanat de nécessité se mua en art appliqué de la tapisserie. D'un VIIe siècle qui vit l'essor des Manufactures royales d'Aubusson et de Felletin à la crise du nouveau millénaire, la tapisserie, au même titre que la peinture ou la sculpture, a connu tout à la fois son âge d'or et ses désaffections. Elle a traversé " la très riche et très pauvre Belle Epoque ", vécu deux guerres mondiales, connu avec Jean Lurçat et toute une pléiade de peintres cartonniers et de lissiers, de collectionneurs et de galeristes, un renouveau sans précédent. D'ombre et de lumière, du siècle du tapis à celui de " la laine au mur ", cette épopée colorée et chatoyante ne de nous étonner. Mais pour bien la comprendre, il faut la vivre de l'intérieur en poussant, comme le fait Robert Guinot depuis plus de 35 ans, chaque jour la porte des ateliers, en réveillant la mémoire des archives, en réveillant sur le coin du métier les affirmations trop vite admises, en renouant patiemment le fil et la trame. L'auteur a accompli ici un travail en profondeur, s'appuyant tour à tour sur la collaboration des artistes d'hier d'aujourd'hui dont les noms fourmillent au fil des pages, en rassemblant des témoignages inédits, en illustrant son propos d'une iconographie exceptionnelle. Et c'est bien l'ouvrage le plus complet jamais consacré à la tapisserie d'Aubusson qu'il dépose aujourd'hui entre nos mains.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 182  pages
  • Dimensions :  1.6cmx23.6cmx31.6cm
  • Poids : 1238.3g
  • Editeur :   Lucien Souny Paru le
  • Collection : ALBUMS
  • ISBN :  2848862793
  • EAN13 :  9782848862798
  • Classe Dewey :  746
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ici, en ce Limousin, " terre bénie de la tapisserie ", tout commença avec les gestes des villageois qui, vivant en autarcie, fabriquaient leurs outils et leurs vêtements, tissaient la laine de leurs moutons, le lin et le chanvre de leurs terres. Ils s'y appliquaient si bien que, dès le Moyen-Age, leur province fut réputée pour ses épais tissus de laine, ses serges, ses droguets et ses solides draps. Mais des paisibles pacages et de leurs blancs moutons aux " verdures agrémentées de licornes, de dragons ailés, d'écureuils, de griffons et autres animaux ", n'y avait-il vraiment qu'une aiguillée de laine? Robert Guinot ne s'en tient pas à l'agreste mythe. Il nous rappelle, maintes sources à l'appui, combien croisades et migrations bouleversèrent cet horizon paisible et comment un artisanat de nécessité se mua en art appliqué de la tapisserie. D'un VIIe siècle qui vit l'essor des Manufactures royales d'Aubusson et de Felletin à la crise du nouveau millénaire, la tapisserie, au même titre que la peinture ou la sculpture, a connu tout à la fois son âge d'or et ses désaffections. Elle a traversé " la très riche et très pauvre Belle Epoque ", vécu deux guerres mondiales, connu avec Jean Lurçat et toute une pléiade de peintres cartonniers et de lissiers, de collectionneurs et de galeristes, un renouveau sans précédent. D'ombre et de lumière, du siècle du tapis à celui de " la laine au mur ", cette épopée colorée et chatoyante ne de nous étonner. Mais pour bien la comprendre, il faut la vivre de l'intérieur en poussant, comme le fait Robert Guinot depuis plus de 35 ans, chaque jour la porte des ateliers, en réveillant la mémoire des archives, en réveillant sur le coin du métier les affirmations trop vite admises, en renouant patiemment le fil et la trame. L'auteur a accompli ici un travail en profondeur, s'appuyant tour à tour sur la collaboration des artistes d'hier d'aujourd'hui dont les noms fourmillent au fil des pages, en rassemblant des témoignages inédits, en illustrant son propos d'une iconographie exceptionnelle. Et c'est bien l'ouvrage le plus complet jamais consacré à la tapisserie d'Aubusson qu'il dépose aujourd'hui entre nos mains.