share_book
Envoyer cet article par e-mail

Que faire de notre cerveau ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Que faire de notre cerveau ?

Que faire de notre cerveau ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Que faire de notre cerveau ?"

    Ne soyons pas dupes de la façon dont on nous parle de notre cerveau Le cerveau a toujours été l'organe le plus sujet aux métaphores politiques. Certainement parce qu'il est celui qui commande. Mais les dernières découvertes le concernant, notamment celle qui touche à sa plasticité, ont fondamentalement remis en cause cette fonction. Que trouve-t-on en effet dans le cerveau ? Des milliards de neurones, connectés par un réseau de jonctions innombrables, qui ne cessent de se développer et de changer tout au long de la vie. Le cerveau se sculpte lui-même, notamment par la mort cellulaire. Il est aussi sensible aux stimulations extérieures qui influencent directement le développement et le volume des connexions. Il sait également se réparer lui-même. Bref, le cerveau est flexible. La question que pose ici Catherine Malabou est la suivante : le cerveau a cessé de fait d'être la métaphore d'un pouvoir centralisé et rigide. Mais pour autant, la description que l'on en fait actuellement est-elle dénuée de toute arrière-pensée politique ? Il est en effet troublant de constater que les mêmes mots, à commencer par la flexibilité, sont utilisés communément dans la vie économique. La description du cerveau aujourd'hui n'est-elle pas l'image du monde capitaliste dans lequel nous vivons ? Ne décrit-elle pas une autre forme de pouvoir qui ne serait pas centralisé mais n'en resterait pas moins un poste de commande, d'où on encense l'adaptabilité absolue, la flexibilité et d'où on rejette les individus sans mobilité, trop rigides ? Ne soyons pas dupes de la façon dont on nous parle de notre cerveau. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 189  pages
    • Dimensions :  2.0cmx12.0cmx17.6cm
    • Poids : 99.8g
    • Editeur :   Bayard Jeunesse Paru le
    • Collection : Le temps d'une question
    • ISBN :  222748313X
    • EAN13 :  9782227483132
    • Classe Dewey :  612.82
    • Langue : Français

    D'autres livres de Catherine Malabou

    Que faire de notre cerveau ?

    Ne soyons pas dupes de la façon dont on nous parle de notre cerveau Le cerveau a toujours été l'organe le plus sujet aux métaphores politiques. Certainement parce qu'il est celui qui commande. Mais les dernières découvertes le concernant, notamment celle qui touche à sa plasticité, ont fonda...

    Les nouveaux blessés : De Freud à la neurologie, penser les traumatismes contemporains

    " Au fou de l'ancienne médecine, au névrosé de la psychanalyse, s'est substitué le nouveau blessé cérébral. " Les nouveaux blessés, ce sont les malades d'Alzheimer ou de Parkinson, les sujets atteints de dommages neurologiques irréversibles, mais aussi les traumatisés de guerre, vétérans...

    La plasticité au soir de l'écriture : Dialectique, destruction, déconstruction

    La plasticité au soir de l'écriture est un manifeste particulièrement éclairant pour qui tente de comprendre l'un des mouvements directeurs de la philosophie française de ces cinquante dernières années. Dans cette autobiographie intellectuelle, Catherine Malabou revient sur l'héritage de la ...

    Voir tous les livres de Catherine Malabou

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Ne soyons pas dupes de la façon dont on nous parle de notre cerveau Le cerveau a toujours été l'organe le plus sujet aux métaphores politiques. Certainement parce qu'il est celui qui commande. Mais les dernières découvertes le concernant, notamment celle qui touche à sa plasticité, ont fondamentalement remis en cause cette fonction. Que trouve-t-on en effet dans le cerveau ? Des milliards de neurones, connectés par un réseau de jonctions innombrables, qui ne cessent de se développer et de changer tout au long de la vie. Le cerveau se sculpte lui-même, notamment par la mort cellulaire. Il est aussi sensible aux stimulations extérieures qui influencent directement le développement et le volume des connexions. Il sait également se réparer lui-même. Bref, le cerveau est flexible. La question que pose ici Catherine Malabou est la suivante : le cerveau a cessé de fait d'être la métaphore d'un pouvoir centralisé et rigide. Mais pour autant, la description que l'on en fait actuellement est-elle dénuée de toute arrière-pensée politique ? Il est en effet troublant de constater que les mêmes mots, à commencer par la flexibilité, sont utilisés communément dans la vie économique. La description du cerveau aujourd'hui n'est-elle pas l'image du monde capitaliste dans lequel nous vivons ? Ne décrit-elle pas une autre forme de pouvoir qui ne serait pas centralisé mais n'en resterait pas moins un poste de commande, d'où on encense l'adaptabilité absolue, la flexibilité et d'où on rejette les individus sans mobilité, trop rigides ? Ne soyons pas dupes de la façon dont on nous parle de notre cerveau. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.