share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pour une vie plus douce

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pour une vie plus douce

Pour une vie plus douce

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pour une vie plus douce"

" Quand, vers huit ans, je demandai à mes parents où ils s'étaient vus la première fois, ils ne me firent pas le type de réponse qu'entendent habituellement les enfants. Ils ne s'étaient pas rencontrés au lycée, ni dans un box en Skaï de discothèque, ni lors d'un stage UCPA, et donc ils n'allaient pas le prétendre. Ils m'apprirent qu'ils s'étaient d'abord aperçus dans une agence de Cetelem, où ils étaient venus réclamer un crédit voiture (mon père, fonctionnaire mâle, l'avait obtenu d'emblée pour un des tout premiers exemplaires de la Citroën BX break, tandis que ma mère, ouvrière précaire, était invitée à repasser une fois qu'elle se serait décidée à acquérir une cylindrée d'occasion plutôt qu'une neuve). Je crois bien qu'ils avaient évoqué leurs frôlements du début avec beaucoup de tendresse dans la voix, encore émus par ce souvenir et parce qu'ils avaient toujours tenu la salle d'attente du prêteur pour un lieu somme toute aussi romantique qu'une petite auberge de bois clair sur la route de l'Italie. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 176  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.6cmx21.2cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Stock Paru le
  • ISBN :  2234062020
  • EAN13 :  9782234062023
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Routier

Pour une vie plus douce

Bertrand et Sandrine se rencontrent dans une agence de crédit. Très vite, ils deviennent un de ces couples sans histoire : elle est ouvrière, il est agent de plateforme à la poste. Les fins de mois sont serrées. Pourquoi se priver lorsqu'on a déjà si peu ? Alors que les crédits à la consomm...

Noces de verre

Khadija a grandi dans la petite épicerie que tenaient ses parents à Puteaux. À la mort de sa mère, son père Tareq est reparti vivre au Maroc. À vingt ans, la jeune femme mène une vie simple et solitaire jusqu’au jour où elle rencontre Virgile, un garçon un peu frustre, mais sociable et au...

Le veilleur de Britannia

Philippe Routier est né en 1958. Il vit et travaille à Paris. Son premier roman, Le Passage à niveau, a paru chez Stock à l'automne 2006....

Le veilleur du Britannia

Je suis mort sans papiers, renversé par un bus de la ligne 95. On a pu m'identifier grâce aux recherches de la patronne du Britannia, Marie-Anne Piéton, étonnée de ne pas me voir apparaître dans le hall de réception, à dix-neuf heures tapantes, comme toujours depuis huit ans. Quand elle s'es...

Voir tous les livres de Philippe Routier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

" Quand, vers huit ans, je demandai à mes parents où ils s'étaient vus la première fois, ils ne me firent pas le type de réponse qu'entendent habituellement les enfants. Ils ne s'étaient pas rencontrés au lycée, ni dans un box en Skaï de discothèque, ni lors d'un stage UCPA, et donc ils n'allaient pas le prétendre. Ils m'apprirent qu'ils s'étaient d'abord aperçus dans une agence de Cetelem, où ils étaient venus réclamer un crédit voiture (mon père, fonctionnaire mâle, l'avait obtenu d'emblée pour un des tout premiers exemplaires de la Citroën BX break, tandis que ma mère, ouvrière précaire, était invitée à repasser une fois qu'elle se serait décidée à acquérir une cylindrée d'occasion plutôt qu'une neuve). Je crois bien qu'ils avaient évoqué leurs frôlements du début avec beaucoup de tendresse dans la voix, encore émus par ce souvenir et parce qu'ils avaient toujours tenu la salle d'attente du prêteur pour un lieu somme toute aussi romantique qu'une petite auberge de bois clair sur la route de l'Italie. "