share_book
Envoyer cet article par e-mail

Beurk ! c'est bon : Cuisine délicieuse de produits repoussants

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Beurk ! c'est bon : Cuisine délicieuse de produits repoussants

Beurk ! c'est bon : Cuisine délicieuse de produits repoussants

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Beurk ! c'est bon : Cuisine délicieuse de produits repoussants"

    Manger des testicules d'agneau grillés, de la cervelle de veau en beignets ou une soupe d'ortie à l'andouille croustillante, ça ne vous est jamais venu à l'esprit ? On vous comprend... Pourtant, vous passez à côté d'un vrai plaisir gastronomique. Eh oui, difficile à admettre, mais les couilles d'agneau, non seulement ça se mange, mais en plus c'est savoureux. Promis. Au premier abord, certes, c'est assez repoussant, mais une fois bien cuisiné, c'est aussi bon que les huîtres chaudes, le foie de lapin, le coeur de veau, la cervelle d'agneau, les intestins de porc, les topinambours crus, les pieds de cochon... La cuisine, c'est comme le rapport à l'autre, il ne faut pas se fier à l'apparence. Ce n'est pas parce que le poulpe fait peur avec ses longs tentacules, qu'il n'est pas succulent en salade ou en ragoût. Ce n'est pas parce qu'un fromage sent très fort les pieds, qu'il n'a pas un bon goût en bouche. Ce n'est pas parce que la simple idée de manger les tripes d'un animal fait fuir, qu'il ne faut pas y goûter. La nature regorge de produits bizarres, laids, biscornus, rabougris, puants, bref dégoûtants et malgré tout savoureux. C'est tout l'objet de ce livre : 46 recettes pour apprendre à cuisiner et à se délecter des produits " beurks " ! Et en prime, quelques témoignages croustillants de fins gastronomes qui nous dévoilent leurs meilleurs et pires souvenirs à table.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 124  pages
    • Dimensions :  1.8cmx15.8cmx23.8cm
    • Poids : 322.1g
    • Editeur :   Editions Du Rouergue Paru le
    • Collection : ROUERGUE LITTER
    • ISBN :  2812600969
    • EAN13 :  9782812600968
    • Classe Dewey :  641

    D'autres livres de  Julien Fouin

    Maisons en bois, du rêve à la réalité

    Les constructions en bois font rêver et connaissent un succès grandissant. Ce secteur est en plein essor et de nombreuses possibilités techniques existent parmi lesquelles les particuliers ont bien du mal à se retrouver. D'où l'utilité des conseils techniques d'un architecte comme [....]...

    Les matériaux naturels : Décorer, restaurer et construire

    Les matériaux naturels retrouvent les :faveurs du public et des professionnels. Mais il ne suffit pas de vouloir utiliser la pierre, la, chaux, le plâtre, la terre, le bois, la laine, le chanvre pour pouvoir le faire dans de bonnes conditions. C'est pourquoi, dans cet ouvrage pédagogique et [....

    Voir tous les livres de  Julien Fouin

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Manger des testicules d'agneau grillés, de la cervelle de veau en beignets ou une soupe d'ortie à l'andouille croustillante, ça ne vous est jamais venu à l'esprit ? On vous comprend... Pourtant, vous passez à côté d'un vrai plaisir gastronomique. Eh oui, difficile à admettre, mais les couilles d'agneau, non seulement ça se mange, mais en plus c'est savoureux. Promis. Au premier abord, certes, c'est assez repoussant, mais une fois bien cuisiné, c'est aussi bon que les huîtres chaudes, le foie de lapin, le coeur de veau, la cervelle d'agneau, les intestins de porc, les topinambours crus, les pieds de cochon... La cuisine, c'est comme le rapport à l'autre, il ne faut pas se fier à l'apparence. Ce n'est pas parce que le poulpe fait peur avec ses longs tentacules, qu'il n'est pas succulent en salade ou en ragoût. Ce n'est pas parce qu'un fromage sent très fort les pieds, qu'il n'a pas un bon goût en bouche. Ce n'est pas parce que la simple idée de manger les tripes d'un animal fait fuir, qu'il ne faut pas y goûter. La nature regorge de produits bizarres, laids, biscornus, rabougris, puants, bref dégoûtants et malgré tout savoureux. C'est tout l'objet de ce livre : 46 recettes pour apprendre à cuisiner et à se délecter des produits " beurks " ! Et en prime, quelques témoignages croustillants de fins gastronomes qui nous dévoilent leurs meilleurs et pires souvenirs à table.