share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ultimes Paroles

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ultimes Paroles

Ultimes Paroles

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ultimes Paroles"

De novembre 1996 à fin juillet 1997, quelques jours avant sa disparition, William Burroughs, légende de l'underground, tient scrupuleusement son journal. Soit deux années d'écriture, qui s'ouvrent sur la mort de sa chatte, Calico Jane, et se ferment sur la disparition du chat Fletch. Entre les deux, des notations violentes ou grinçantes sur la drogue, des commentaires sur les livres qu'il est en train de lire, des citations glanées au fil de son existence, des accès de violence contre la bêtise humaine, des visions de corps nubiles de jeunes hommes désirables, ainsi qu'une réflexion sur sa propre mortalité. Ces textes courts, parfois de simples brouillons, dressent le portrait d'un homme à l'écriture toute de violence contenue, étrangère aux préoccupations de la béatitude hippie ou de la beat generation, et qui attaque avec virulence ses ennemis de toujours : les "Guerriers antidrogue", une certaine humanité qui détruit la Terre, les agents du FBI. Les amateurs de l'œuvre de William Burroughs apprécieront sans doute cette écriture à l'état d'ébauche, à travers laquelle l'écrivain se met à nu  les autres se tourneront plutôt vers des œuvres plus achevées, à commencer par Le Festin nu ou Les Garçons sauvages. --Nathalie Gouiffès

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 343  pages
  • Dimensions :  2.8cmx12.0cmx20.0cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Bourgois Paru le
  • Collection : Les derniers mots
  • ISBN :  2267015676
  • EAN13 :  9782267015676

D'autres livres de  Mona de Pracontal

Le Couperet

ll n'est pas un seul PDG qui n'ait commenté publiquement la vague de compressions de personnel qui balaie l'Amérique sans l'expliquer par une variation sur la même idée : la fin justifie les moyens. Burke Devore, cadre supérieur au chômage, décide d'appliquer la méthode dans son propre...

Un Dernier verre avant la guerre

Amis d'enfance, Patrick Kenzie et Angie Gennaro sont devenus détectives privés à Boston. Ils sont engagés par le politicien Mulkern pour retrouver Jenna Angeline, la femme de ménage noire du sénateur Paulson. À la veille du vote au Sénat d'une importante loi contre le terrorisme de rue, [...

Voir tous les livres de  Mona de Pracontal

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

De novembre 1996 à fin juillet 1997, quelques jours avant sa disparition, William Burroughs, légende de l'underground, tient scrupuleusement son journal. Soit deux années d'écriture, qui s'ouvrent sur la mort de sa chatte, Calico Jane, et se ferment sur la disparition du chat Fletch. Entre les deux, des notations violentes ou grinçantes sur la drogue, des commentaires sur les livres qu'il est en train de lire, des citations glanées au fil de son existence, des accès de violence contre la bêtise humaine, des visions de corps nubiles de jeunes hommes désirables, ainsi qu'une réflexion sur sa propre mortalité. Ces textes courts, parfois de simples brouillons, dressent le portrait d'un homme à l'écriture toute de violence contenue, étrangère aux préoccupations de la béatitude hippie ou de la beat generation, et qui attaque avec virulence ses ennemis de toujours : les "Guerriers antidrogue", une certaine humanité qui détruit la Terre, les agents du FBI. Les amateurs de l'œuvre de William Burroughs apprécieront sans doute cette écriture à l'état d'ébauche, à travers laquelle l'écrivain se met à nu  les autres se tourneront plutôt vers des œuvres plus achevées, à commencer par Le Festin nu ou Les Garçons sauvages. --Nathalie Gouiffès