share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le corporatisme, stade ultime du capitalisme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le corporatisme, stade ultime du capitalisme

Le corporatisme, stade ultime du capitalisme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le corporatisme, stade ultime du capitalisme"

    Le corporatisme français est à nouveau accusé d'impotence, de gaspillage, on le traite de tue-la-croissance, d'ennemi du pouvoir d'achat, de somnifère criminogène. Cette vindicte le laisse froid. Qu'il soit loué, vilipendé ou simplement négligé, " notre " corporatisme n'a cessé d'affirmer une très belle et invulnérable santé. Ce bref et brillant essai d'Alain Cotta scrute les mille et une adaptations du corporatisme après l'abrogation des corporations par la loi Le Chapelier sous la Révolution, ses résurgences et redéploiements sous la révolution industrielle, son précaire triomphe sous les fascismes allemand et italien, sous Pétain, sa routinière continuation après guerre et son ultime métamorphose avec l'abaissement des barrières et la globalisation, où les excès du marché et les insuffisances d'une régulation languide continuent de lui assurer une tranquille prévalence.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 121  pages
    • Dimensions :  1.2cmx12.0cmx18.0cm
    • Poids : 59.0g
    • Editeur :   Fayard Paru le
    • Collection : LITT.GENE.
    • ISBN :  2213637628
    • EAN13 :  9782213637624
    • Classe Dewey :  338.632

    D'autres livres de Alain Cotta

    Sortir de l'euro ou mourir à petit feu

    Les mirobolantes promesses faites par les partisans de l'euro en 1997 n'ont pas été tenues. Au contraire. La situation actuelle révèle l'absence de solidarité des nations européennes, l'opposition entre les conceptions allemande et française de l'avenir de l'euro, les déficits publics qui...

    Le règne des oligarchies

    Les oligarchies concentrent partout l'essentiel des pouvoirs: économiques, politiques et sociaux. Elles sont constituées partout des même individus: dirigeants des grandes entreprises, titulaires des grandes et très grandes fortunes boostées par un développement économique désormais mondial,...

    Le rose ou le noir : Deux scénarios pour 2050

    " Le siècle avait si bien commencé : presque un rêve, qui avait duré le temps d'une ou deux générations. Le monde entier pouvait se regarder avec des yeux ronds et radieux. Égalité, Liberté, Fraternité : on pouvait se dire que l'esprit de la Révolution française avait triomphé, en l'esp...

    Voir tous les livres de Alain Cotta

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Le corporatisme français est à nouveau accusé d'impotence, de gaspillage, on le traite de tue-la-croissance, d'ennemi du pouvoir d'achat, de somnifère criminogène. Cette vindicte le laisse froid. Qu'il soit loué, vilipendé ou simplement négligé, " notre " corporatisme n'a cessé d'affirmer une très belle et invulnérable santé. Ce bref et brillant essai d'Alain Cotta scrute les mille et une adaptations du corporatisme après l'abrogation des corporations par la loi Le Chapelier sous la Révolution, ses résurgences et redéploiements sous la révolution industrielle, son précaire triomphe sous les fascismes allemand et italien, sous Pétain, sa routinière continuation après guerre et son ultime métamorphose avec l'abaissement des barrières et la globalisation, où les excès du marché et les insuffisances d'une régulation languide continuent de lui assurer une tranquille prévalence.