share_book
Envoyer cet article par e-mail

Lire Délire : Psychanalyse de la lecture

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Lire Délire : Psychanalyse de la lecture

Lire Délire : Psychanalyse de la lecture

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Lire Délire : Psychanalyse de la lecture"

    La psychanalyse nous a appris que le sujet est le produit d'une culture alphabétique, un sujet à la lettre. Aborder " l'illettrisme " comme un symptôme plutôt que comme une maladie nous éclaire sur le refus inconscient des enfants non lecteurs (15% d'irréductibles qui font vraiment couler beaucoup d'encre !), mais aussi sur la nature psychologique du plaisir de la lecture. Devenir lecteur, c'est aussi advenir, pour l'enfant, à la dernière initiation il doit en effet admettre que la lettre n'est pas un dessin de chose, que la signification n'est pas magique mais se construit à rebours, à la fin de la phrase, qu'il faut travailler avec le matériau de l'écrit pour pouvoir un jour, refouler l'alphabet pour ne plus voir que le sens. Ce qu'on retrouve dans le plaisir de la lecture, n'est-ce pas le lieu d'une origine, d'une régression vers le paradis de la langue maternelle, là où le mot convoquait la chose ? La " page vierge " de l'écrivain n'est-elle pas ce territoire fantasmatique perdu où on peut faire comme si... le langage redevenait formule magique, celui de la bonne fée qui, d'un coup de plume, créerait le monde, le moi et son objet de désir ? C'est là notre délire : faire comme si les mots étaient des pictogrammes empreints de la valeur sacrée ou des maléfices de notre subjectivité. Cette théorie erronée de l'écrit est une solution onirique partagée par les non-lecteurs et les écrivains... mais aussi les sujets de culture alphabétique que nous sommes. Elle est le lieu de naissance de la littérature.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 180  pages
    • Dimensions :  1.5cmx13.7cmx21.8cm
    • Poids : 340.2g
    • Editeur :   Erès Paru le
    • Collection : Psychanalyse et écriture
    • ISBN :  2749212391
    • EAN13 :  9782749212395
    • Classe Dewey :  150.195
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    La psychanalyse nous a appris que le sujet est le produit d'une culture alphabétique, un sujet à la lettre. Aborder " l'illettrisme " comme un symptôme plutôt que comme une maladie nous éclaire sur le refus inconscient des enfants non lecteurs (15% d'irréductibles qui font vraiment couler beaucoup d'encre !), mais aussi sur la nature psychologique du plaisir de la lecture. Devenir lecteur, c'est aussi advenir, pour l'enfant, à la dernière initiation il doit en effet admettre que la lettre n'est pas un dessin de chose, que la signification n'est pas magique mais se construit à rebours, à la fin de la phrase, qu'il faut travailler avec le matériau de l'écrit pour pouvoir un jour, refouler l'alphabet pour ne plus voir que le sens. Ce qu'on retrouve dans le plaisir de la lecture, n'est-ce pas le lieu d'une origine, d'une régression vers le paradis de la langue maternelle, là où le mot convoquait la chose ? La " page vierge " de l'écrivain n'est-elle pas ce territoire fantasmatique perdu où on peut faire comme si... le langage redevenait formule magique, celui de la bonne fée qui, d'un coup de plume, créerait le monde, le moi et son objet de désir ? C'est là notre délire : faire comme si les mots étaient des pictogrammes empreints de la valeur sacrée ou des maléfices de notre subjectivité. Cette théorie erronée de l'écrit est une solution onirique partagée par les non-lecteurs et les écrivains... mais aussi les sujets de culture alphabétique que nous sommes. Elle est le lieu de naissance de la littérature.