share_book
Envoyer cet article par e-mail

No mammo? Enquête sur le dépistage du cancer du sein

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
No mammo? Enquête sur le dépistage du cancer du sein

No mammo? Enquête sur le dépistage du cancer du sein

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "No mammo? Enquête sur le dépistage du cancer du sein"

Chaque année, au mois d'octobre, notre environnement se pare de rose et de placards innombrables appelant à partir en croisade contre le cancer du sein grâce à la mammographie. Pourquoi une telle volonté des responsables de santé publique, des médecins, des associations ou des laboratoire? Les femmes sont-elles réellement bien informées des risques qu'elles encourent en se soumettant à un tel dépistage? Et les bénéfices qu'on leur fait miroiter existent-ils vraiment? Révoltée par l'obstination des gynécologues à lui imposer la mammographie, Rachel Campergue a mené sa propre enquête. Ce qu'elle découvre est effarant. Infantilisant les femmes, les pouvoirs publics promeuvent la confusion entre prévention et dépistage. Les médecins ne disposent pas des connaissances adéquates garantissant que les consentements qu'ils arrachent à leur patientes sont effectivement «informés». Quant aux associations, elles sont les agents d'un buisness juteux qui profite avant tout aux fabriquants de biens de santé.La conclusion de ce travail foisonnant, précis et non dénué d'humour, est sans appel: une mammographie n'équivaut pas à une vie sauvée, et, si vous choisissez d'en passer une tous les deux ans, faites-le en toute connaissance de cause.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 544  pages
  • Dimensions :  4.2cmx14.0cmx20.2cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Max Milo Paru le
  • Collection : Essais-Documents
  • ISBN :  2315002931
  • EAN13 :  9782315002931
  • Classe Dewey :  993
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Chaque année, au mois d'octobre, notre environnement se pare de rose et de placards innombrables appelant à partir en croisade contre le cancer du sein grâce à la mammographie. Pourquoi une telle volonté des responsables de santé publique, des médecins, des associations ou des laboratoire? Les femmes sont-elles réellement bien informées des risques qu'elles encourent en se soumettant à un tel dépistage? Et les bénéfices qu'on leur fait miroiter existent-ils vraiment? Révoltée par l'obstination des gynécologues à lui imposer la mammographie, Rachel Campergue a mené sa propre enquête. Ce qu'elle découvre est effarant. Infantilisant les femmes, les pouvoirs publics promeuvent la confusion entre prévention et dépistage. Les médecins ne disposent pas des connaissances adéquates garantissant que les consentements qu'ils arrachent à leur patientes sont effectivement «informés». Quant aux associations, elles sont les agents d'un buisness juteux qui profite avant tout aux fabriquants de biens de santé.La conclusion de ce travail foisonnant, précis et non dénué d'humour, est sans appel: une mammographie n'équivaut pas à une vie sauvée, et, si vous choisissez d'en passer une tous les deux ans, faites-le en toute connaissance de cause.