share_book
Envoyer cet article par e-mail

Au pire qu'est-ce qu'on risque ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Au pire qu'est-ce qu'on risque ?

Au pire qu'est-ce qu'on risque ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Au pire qu'est-ce qu'on risque ?"

John Dortmunder s'affaire méticuleusement à dévaliser un appartement new-yorkais censé être inoccupé, lorsque le propriétaire, le célèbre milliardaire Max Fairbanks, le met en joue. À l'arrivée de la police, Max exige que Dortmunder lui donne la bague qu'il a au doigt. Contraint et forcé, Dortmunder obtempère. Embarqué dans la voiture des flics, il réussit à s'évader avant son arrivée au poste. Désormais, le voleur n'aura plus qu'une idée en tête : récupérer la bague, cadeau de sa compagne May. Furieux, vexé, humilié, il reçoit cependant le soutien de tous ses amis, qui face à sa mauvaise humeur et à sa détermination, se gardent de tout quolibet. Car il faut bien se rendre à l'évidence… Dortmunder rejoue la farce de l'arroseur arrosé. Mais rira bien qui rira le dernier. Avec quelques monte-en-l'air intéressés par l'affaire, Dortmunder suivra pas à pas les déplacements de Max dans ses différents appartements pour les vider systématiquement et récupérer, - il le faut, il le doit !- le bijou auquel il tient par-dessus tout. Il ne vaut rien, certes, mais c'est une question de principe. Si on ne peut plus cambrioler un appartement tranquillement sans se faire voler ! Voici le grand retour du fataliste Dortmunder pris à son propre piège. Si la bague est en toc, l'humour de Westkake, est, lui, finement ciselé. Le seul risque du lecteur est de rire à cette huitième aventure, avec en refermant le livre, l'envie d'applaudir et de crier : " Une autre !".--Claude Mesplède --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 406  pages
  • Dimensions :  2.0cmx11.0cmx16.2cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages noir
  • ISBN :  2743611987
  • EAN13 :  9782743611989
  • Classe Dewey :  813.54
  • Langue : Français

D'autres livres de Donald Westlake

Le Couperet

ll n'est pas un seul PDG qui n'ait commenté publiquement la vague de compressions de personnel qui balaie l'Amérique sans l'expliquer par une variation sur la même idée : la fin justifie les moyens. Burke Devore, cadre supérieur au chômage, décide d'appliquer la méthode dans son propre...

Dégâts des eaux

John Archibald Dortmunder, l'infortuné voleur à la triste figure, est de retour après les tribulations de Mauvaises nouvelles (Rivages/Thriller, 2002). Alors qu'il revient chez lui à l'aube, après un cambriolage raté (qui a dit « un de plus » ?), il découvre avec effroi que son [....]...

Mauvaises nouvelles

Mauvaise ou bonne nouvelle ? John Dortmunder, l'homme qui a donné un nouveau sens au mot « récidiviste » est de retour après une absence de plusieurs années, toujours aussi entreprenant, ambitieux et... pitoyable. Cette fois-ci, il n'est pas en quête de bijoux, d'une bague porte-bonheur, [...

Personne n'est parfait

Le célèbre avocat J. Radcliffe Stonewiler vient de tirer Dortmunder d'un mauvais pas. Mais, comme le fait judicieusement observer May, sa fidèle compagne : " qu'est-ce que ça va te coûter ? " C'est alors que Dortmunder se souvient de ce petit bristol que l'avocat lui a glissé dans les mains...

Voir tous les livres de Donald Westlake

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

John Dortmunder s'affaire méticuleusement à dévaliser un appartement new-yorkais censé être inoccupé, lorsque le propriétaire, le célèbre milliardaire Max Fairbanks, le met en joue. À l'arrivée de la police, Max exige que Dortmunder lui donne la bague qu'il a au doigt. Contraint et forcé, Dortmunder obtempère. Embarqué dans la voiture des flics, il réussit à s'évader avant son arrivée au poste. Désormais, le voleur n'aura plus qu'une idée en tête : récupérer la bague, cadeau de sa compagne May. Furieux, vexé, humilié, il reçoit cependant le soutien de tous ses amis, qui face à sa mauvaise humeur et à sa détermination, se gardent de tout quolibet. Car il faut bien se rendre à l'évidence… Dortmunder rejoue la farce de l'arroseur arrosé. Mais rira bien qui rira le dernier. Avec quelques monte-en-l'air intéressés par l'affaire, Dortmunder suivra pas à pas les déplacements de Max dans ses différents appartements pour les vider systématiquement et récupérer, - il le faut, il le doit !- le bijou auquel il tient par-dessus tout. Il ne vaut rien, certes, mais c'est une question de principe. Si on ne peut plus cambrioler un appartement tranquillement sans se faire voler ! Voici le grand retour du fataliste Dortmunder pris à son propre piège. Si la bague est en toc, l'humour de Westkake, est, lui, finement ciselé. Le seul risque du lecteur est de rire à cette huitième aventure, avec en refermant le livre, l'envie d'applaudir et de crier : " Une autre !".--Claude Mesplède --Ce texte fait référence à l'édition Broché .