share_book
Envoyer cet article par e-mail

Histoire du populisme: Le peuple et les gros

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Histoire du populisme: Le peuple et les gros

Histoire du populisme: Le peuple et les gros

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Histoire du populisme: Le peuple et les gros"

Pierre Birnbaum est professeur de sociologie politique à l’Université de  Paris-I et à l’Institut d’Études politiques de Paris. Il a notamment publié Le  moment antisémite (Fayard, 1998) et Face au pouvoir (Galilée, 2010), ainsi  que, dans la collection Pluriel, Sociologie de l’État (avec Bertrand Badie). Une poignée de « gros », détenteurs  du pouvoir économique et politique,  écrasant le bon peuple (tous groupes  sociaux confondus, ouvriers, paysans,  employés, commerçants, petits  patrons) : tel est, depuis la fin du  XIXe siècle un des mythes les plus  tenaces de l’idéologie française.  Mythe d’extrême-droite à l’origine,  aux relents parfois antisémites :  mais aussi bien mythe de gauche,  particulièrement endurant.  Retraçant les origines de ce mythe, l’ouvrage en analyse  les développements successifs, des années de naissance  de la République à nos jours, en passant par la période de  l’entre-deux-guerres.  Dans une nouvelle préface, il montre comment  désormais ce mythe oppose avec complaisance un  populisme culturel, volontiers nationaliste, aux élites  mondialisées. Cet ouvrage est paru en première édition chez Grasset en 1979 sous  le titre Le peuple et les gros.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 300288  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.0cmx17.8cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Fayard/Pluriel Paru le
  • Collection : Pluriel
  • ISBN :  281850225X
  • EAN13 :  9782818502259
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Birnbaum

Un mythe politique

L'antisémitisme en France est une tradition double. Il dénonce, comme dans les autres pays, l'argent, le nomadisme, les perversions sexuelles, le cosmopolitisme supposés des Juifs. Cet antisémitisme a trouvé son héraut en la personne d'Edouard Drumont, auteur de la France juive (1886), qui eut...

Prix : 173.5 DH

Géographie de l'espoir : L'exil, les Lumières, la désassimilation

Nul n'ignore plus la différence fondamentale entre le judaïsme de l'Est de l'Europe et celui de l'Ouest. Le premier était une civilisation, irriguant la vie publique et les institutions communautaires ; c'est en son sein que naquirent, avec les premières enquêtes historiques et sociologiques, l...

Voir tous les livres de Pierre Birnbaum

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pierre Birnbaum est professeur de sociologie politique à l’Université de  Paris-I et à l’Institut d’Études politiques de Paris. Il a notamment publié Le  moment antisémite (Fayard, 1998) et Face au pouvoir (Galilée, 2010), ainsi  que, dans la collection Pluriel, Sociologie de l’État (avec Bertrand Badie). Une poignée de « gros », détenteurs  du pouvoir économique et politique,  écrasant le bon peuple (tous groupes  sociaux confondus, ouvriers, paysans,  employés, commerçants, petits  patrons) : tel est, depuis la fin du  XIXe siècle un des mythes les plus  tenaces de l’idéologie française.  Mythe d’extrême-droite à l’origine,  aux relents parfois antisémites :  mais aussi bien mythe de gauche,  particulièrement endurant.  Retraçant les origines de ce mythe, l’ouvrage en analyse  les développements successifs, des années de naissance  de la République à nos jours, en passant par la période de  l’entre-deux-guerres.  Dans une nouvelle préface, il montre comment  désormais ce mythe oppose avec complaisance un  populisme culturel, volontiers nationaliste, aux élites  mondialisées. Cet ouvrage est paru en première édition chez Grasset en 1979 sous  le titre Le peuple et les gros.