share_book
Envoyer cet article par e-mail

Corruptions

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Corruptions

Corruptions

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Corruptions"

Face à la récente mobilisation contre la corruption, longtemps considérée comme un " crime blanc " (et n'appelant donc pas de réprobation sociale), deux problèmes se posent, remarque l'auteur, directeur de recherche au CNRS : finalement, en dépit des remous médiatiques, la corruption ne reste-t-elle pas socialement perçue comme sans véritable gravité ? Par ailleurs, les projets punitifs renvoient-ils à une volonté et à une capacité réelles des autorités politiques ? Pour y répondre, Pierre Lascoumes se propose d'élargir le champ habituellement réservé au problème de la corruption (souvent limité à son chapitre politique) en examinant les relations étroites et complexes qu'entretiennent la corruption politique, celle des fonctionnaires et celle pratiquée par les entreprises privées. Il circonscrit en revanche son objet aux phénomènes observables dans les sociétés démocratiques industrialisées - même si la frontière avec les pays en développement est évidemment poreuse. Les acceptions du terme " corruption " sont nombreuses, et sont solidaires des différentes cultures politiques, chacune ayant " produit son mode d'euphémisation, voire de déni de ces pratiques ". Insistant sur le flou qui accompagne la notion, ainsi que sur la facilité déroutante avec laquelle sont reçus les propos des acteurs impliqués visant à nier leur responsabilité, Pierre Lascoumes suggère qu'en France, la confiance en la justice et en la rationalité du pouvoir nous porte à postuler l'irresponsabilité a priori des dirigeants. Il examine longuement deux dossiers récents, afin de comprendre pourquoi l'un d'entre eux a abouti à un traitement social en termes de " corruption " (Agusta-Dassault) alors que l'autre y a échappé (Luchaire). Il est d'ailleurs loisible de distinguer deux archétypes de luttes contre la corruption, que le chercheur développe et compare. Du côté américain, la pression idéologique du puritanisme a vite fait de la corruption un enjeu de réflexion et de réforme publique, même si l'absence de regard critique porté sur l'idéologie sous-tendant cette préoccupation ne permet pas de voir qu'il s'agit le plus souvent d'une lutte rhétorique. En France, il y a certes eu une rupture récente dans la culture de l'impunité de la corruption publique qui s'expliquait par la faiblesse du système démocratique, mais cette évolution ne peut occulter que " les atteintes à la probité [...] restent encore dans beaucoup de circonstances un illégalisme toléré ou discrètement géré ". L'auteur conclut en montrant que la corruption procède des conflits d'intérêt et des chevauchements entre deux légitimités, l'une économique, l'autre de type démocratique ; c'est d'ailleurs sous cet angle (sous une forme " économico-morale ") que la régulation internationale se manifeste. --Benjamin Delannoy--

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 160  pages
  • Dimensions :  1.4cmx11.2cmx21.4cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Presses De Sciences Po Paru le
  • Collection : La bibliothèque du citoyen
  • ISBN :  2724607732
  • EAN13 :  9782724607734
  • Classe Dewey :  320
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Lascoumes

Sociologie de l'action publique

Ces dernières années, les domaines d'intervention de l'État ont proliférés. De multiples acteurs économiques et sociaux, territoriaux et transnationaux, ont été également mobilisés et interfèrent avec l'Etat. Les auteurs de ce livre se sont attachés à caractériser ces dynamiques et leu...

Gouverner par les instruments

Réglementer, taxer, contracter, communiquer sont généralement considérés comme des activités d'évidence : de fait, la question des instruments de l'action publique est un thème peu exploré, et la plupart des recherches ont porté sur les contenus et les acteurs des politiques menées [.....

Une démocratie corruptible

Des scandales politico-financiers défraient régulièrement la chronique. Malgré leur réputation de légalisme, les élites françaises ont du mal à faire face aux situations problématiques : cumul de mandats, financement de la vie politique, conflits d'intérêts, etc. De leur côté, les [...

Favoritisme et corruption à la française : Petits arrangements avec la probité

Les " affaires " se succèdent, devenant parfois des scandales, laminant toujours un peu plus la confiance des citoyens à l'égard de leurs élus et des institutions politiques. Quand 65 % des Français considèrent les hommes politiques comme " plutôt corrompus ", on pourrait penser que la cote d...

Voir tous les livres de Pierre Lascoumes

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Face à la récente mobilisation contre la corruption, longtemps considérée comme un " crime blanc " (et n'appelant donc pas de réprobation sociale), deux problèmes se posent, remarque l'auteur, directeur de recherche au CNRS : finalement, en dépit des remous médiatiques, la corruption ne reste-t-elle pas socialement perçue comme sans véritable gravité ? Par ailleurs, les projets punitifs renvoient-ils à une volonté et à une capacité réelles des autorités politiques ? Pour y répondre, Pierre Lascoumes se propose d'élargir le champ habituellement réservé au problème de la corruption (souvent limité à son chapitre politique) en examinant les relations étroites et complexes qu'entretiennent la corruption politique, celle des fonctionnaires et celle pratiquée par les entreprises privées. Il circonscrit en revanche son objet aux phénomènes observables dans les sociétés démocratiques industrialisées - même si la frontière avec les pays en développement est évidemment poreuse. Les acceptions du terme " corruption " sont nombreuses, et sont solidaires des différentes cultures politiques, chacune ayant " produit son mode d'euphémisation, voire de déni de ces pratiques ". Insistant sur le flou qui accompagne la notion, ainsi que sur la facilité déroutante avec laquelle sont reçus les propos des acteurs impliqués visant à nier leur responsabilité, Pierre Lascoumes suggère qu'en France, la confiance en la justice et en la rationalité du pouvoir nous porte à postuler l'irresponsabilité a priori des dirigeants. Il examine longuement deux dossiers récents, afin de comprendre pourquoi l'un d'entre eux a abouti à un traitement social en termes de " corruption " (Agusta-Dassault) alors que l'autre y a échappé (Luchaire). Il est d'ailleurs loisible de distinguer deux archétypes de luttes contre la corruption, que le chercheur développe et compare. Du côté américain, la pression idéologique du puritanisme a vite fait de la corruption un enjeu de réflexion et de réforme publique, même si l'absence de regard critique porté sur l'idéologie sous-tendant cette préoccupation ne permet pas de voir qu'il s'agit le plus souvent d'une lutte rhétorique. En France, il y a certes eu une rupture récente dans la culture de l'impunité de la corruption publique qui s'expliquait par la faiblesse du système démocratique, mais cette évolution ne peut occulter que " les atteintes à la probité [...] restent encore dans beaucoup de circonstances un illégalisme toléré ou discrètement géré ". L'auteur conclut en montrant que la corruption procède des conflits d'intérêt et des chevauchements entre deux légitimités, l'une économique, l'autre de type démocratique ; c'est d'ailleurs sous cet angle (sous une forme " économico-morale ") que la régulation internationale se manifeste. --Benjamin Delannoy--