share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Oncles de Sicile

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Oncles de Sicile

Les Oncles de Sicile

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Oncles de Sicile"

Quarante-huit (quarantottu) signifie en sicilien le désordre, la confusion, allusion aux événements de 1848 dans l'île. C'est aussi le titre de la première des quatre nouvelles qui composent ce recueil. Peu avant Le Guépard de Lampedusa, Sciascia dépeint les troubles que provoqua au sein de la noblesse insulaire le rattachement de la Sicile à la métropole au XIXe siècle. L'Antimoine, La Tante d'Amérique et La Mort de Staline rapportent des événements contemporains, qu'il s'agisse de ce modeste ouvrier sicilien qui part faire la guerre en Espagne et découvre l'imposture fasciste  de la difficulté des Siciliens émigrés aux États-Unis à se réintégrer chez eux à leur retour ou enfin des désillusions d'un simple cordonnier face à "l'Oncle Joseph". Dès ses premières oeuvres, Leonardo Sciascia se montre un écrivain "engagé". Inspirés des philosophes des Lumières, ses romans, nouvelles et essais leur empruntent cet art de questionner le lecteur sur la société, coloré d'un profond amour pour les hommes et la justice (Le Conseil d'Égypte, La Mer couleur de vin...). --Laure Anciel --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 322  pages
  • Dimensions :  2.6cmx14.0cmx20.4cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Editions Denoël Paru le
  • Collection : Denoël & d'ailleurs
  • ISBN :  2207258300
  • EAN13 :  9782207258309
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Leonardo Sciascia

Le Jour de la chouette

" La mafia est une association criminelle ayant pour fin l'enrichissement de ses membres, qui se pose en intermédiaire parasite, et s'impose par la violence, entre la propriété et le travail, la production et la consommation, le citoyen et l'Etat... J'ai cherché à comprendre ce qui faisait que ...

Prix : 48 DH
Du côté des infidèles

A la fin des années quarante, un responsable de la Démocratie chrétienne, un cardinal et le Saint-Office veulent contraindre un évêque sicilien à renoncer à son diocèse: il n'appuie pas assez les campagnes électorales démochrétiennes. A l'aide de documents inédits et secrets, l'auteur re...

Le Chevalier et la mort

Les coups de feu, il les entendit, lui sembla-t-il, dans un temps incommensurablement antérieur à l'instant où il se sentit touché. Il tomba en pensant : on tombe par précaution et par convention. Il pensait pouvoir se relever, mais il n'y réussit pas. Il se souleva sur un coude. La vie s'en a...

L'Affaire Moro

Cette mystérieuse affaire souleva des polémiques passionnées. Aurait-on pu sauver l'homme d'État ? Peu satisfait des conclusions officielles de l'enquête, Sciascia, le disciple de Voltaire, le combattant de la liberté, se mit à son tour sur la piste. D'où ce livre - où le philosophe épaule...

Voir tous les livres de Leonardo Sciascia

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Quarante-huit (quarantottu) signifie en sicilien le désordre, la confusion, allusion aux événements de 1848 dans l'île. C'est aussi le titre de la première des quatre nouvelles qui composent ce recueil. Peu avant Le Guépard de Lampedusa, Sciascia dépeint les troubles que provoqua au sein de la noblesse insulaire le rattachement de la Sicile à la métropole au XIXe siècle. L'Antimoine, La Tante d'Amérique et La Mort de Staline rapportent des événements contemporains, qu'il s'agisse de ce modeste ouvrier sicilien qui part faire la guerre en Espagne et découvre l'imposture fasciste  de la difficulté des Siciliens émigrés aux États-Unis à se réintégrer chez eux à leur retour ou enfin des désillusions d'un simple cordonnier face à "l'Oncle Joseph". Dès ses premières oeuvres, Leonardo Sciascia se montre un écrivain "engagé". Inspirés des philosophes des Lumières, ses romans, nouvelles et essais leur empruntent cet art de questionner le lecteur sur la société, coloré d'un profond amour pour les hommes et la justice (Le Conseil d'Égypte, La Mer couleur de vin...). --Laure Anciel --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.