share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Colonel Fabien était mon père

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Colonel Fabien était mon père

Le Colonel Fabien était mon père

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Colonel Fabien était mon père"

Colonel Fabien n'est pas uniquement le nom d'une place où se dresse le siège du Parti communiste. C'est le nom de résistant de Pierre Georges, né le 21 janvier 1919. Titi parisien débordant d'énergie, fils d'un ouvrier boulanger, conscient de la misère pendant la crise des années 1930, il organise les Jeunesses communistes de son quartier à Belleville. En 1936, dès que la République espagnole est attaquée par Franco et que les Brigades internationales sont créées, il falsifie ses papiers pour faire croire qu'il a dix-huit ans et gagne l'Espagne. De retour en France, il rencontre Andrée et l'épouse. Le déclenchement de la guerre et le pacte germano-soviétique écourtent leur lune de miel : tous les deux sont arrêtés et emprisonnés fin 1939. Leur existence bascule dans la clandestinité en juin 1940. Pierre prend part à des sabotages et à des attentats avec les Bataillons de la jeunesse. L'Histoire a retenu son coup de feu contre un officier allemand à la station de métro Barbès, mais son action a été de structurer dans plusieurs régions la lutte des francs-tireurs et partisans contre l'occupant en Provence et en Corse, dans le Centre et en Franche-Comté, avant de participer à la libération de Paris. En septembre 1944, à vingt-cinq ans, le résistant est un chef militaire qui veut poursuivre la guerre. Il ne la terminera pas. Née en août 1940, Monique Georges n'est pas le témoin direct de cette histoire. Elle découvre à la mort de sa mère, en 2006, la correspondance de celle-ci avec son père. Le moment est alors venu pour elle de ranimer le souvenir d'un jeune homme attachant sous son casque de héros.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 319  pages
  • Dimensions :  2.8cmx15.4cmx22.8cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Mille Et Une Nuits Paru le
  • Collection : Document
  • ISBN :  2755500999
  • EAN13 :  9782755500998
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Colonel Fabien n'est pas uniquement le nom d'une place où se dresse le siège du Parti communiste. C'est le nom de résistant de Pierre Georges, né le 21 janvier 1919. Titi parisien débordant d'énergie, fils d'un ouvrier boulanger, conscient de la misère pendant la crise des années 1930, il organise les Jeunesses communistes de son quartier à Belleville. En 1936, dès que la République espagnole est attaquée par Franco et que les Brigades internationales sont créées, il falsifie ses papiers pour faire croire qu'il a dix-huit ans et gagne l'Espagne. De retour en France, il rencontre Andrée et l'épouse. Le déclenchement de la guerre et le pacte germano-soviétique écourtent leur lune de miel : tous les deux sont arrêtés et emprisonnés fin 1939. Leur existence bascule dans la clandestinité en juin 1940. Pierre prend part à des sabotages et à des attentats avec les Bataillons de la jeunesse. L'Histoire a retenu son coup de feu contre un officier allemand à la station de métro Barbès, mais son action a été de structurer dans plusieurs régions la lutte des francs-tireurs et partisans contre l'occupant en Provence et en Corse, dans le Centre et en Franche-Comté, avant de participer à la libération de Paris. En septembre 1944, à vingt-cinq ans, le résistant est un chef militaire qui veut poursuivre la guerre. Il ne la terminera pas. Née en août 1940, Monique Georges n'est pas le témoin direct de cette histoire. Elle découvre à la mort de sa mère, en 2006, la correspondance de celle-ci avec son père. Le moment est alors venu pour elle de ranimer le souvenir d'un jeune homme attachant sous son casque de héros.